Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Algérie – Tassili n’Ajjer (14) mirages à l’erg d’Admer

Classé dans : ALGERIE TASSILI — 1 avril, 2008 @ 8:09

erg d'admer   touffe de drinn  

Quarante kilomètres de piste nous conduisent à l’erg d’Admer, au sud de Djanet, dans un lieu-dit les chandeliers, face aux collines de dunes roses, courbes du désert modelées par le vent. 

Les mirages étendent leurs lacs hallucinants avec tant de vraisemblance que les petits monts s’y reflètent. Un oiseau noir et blanc du nom de moula moula vient picorer quelques miettes.  Comme le remarque J. Diéterlen dans sa préface à « l’appel du Hoggar », » il ne fait pas de doute que ces étendues infinies où le rêve et l’aventure se confondent en poésie sont attirantes et inspiratrices au même degré que certaines solitudes de la montagne ». 

Proust a qualifié « d’instants d’éternité » ces moments où l’homme parvient à « fixer le temps que rien ne fixe ». Hâtons-nous à l’ère où d’une décennie à l’autre le Sahara passe du signe du chameau et des grands nomades à celui de l’avion et du pétrole, de retrouver l’image d’une terre d’ancienne civilisation où le temps et l’espace gardent leur profonde unité. 

Algérie – Tassili n’Ajjer (13) la sébiba

Classé dans : ALGERIE TASSILI — 29 mars, 2008 @ 8:15

la sebiba danseur brandissant la takouba

La Sebiba est une fête touarègue qui a lieu en début de chaque année à Djanet, selon le compte lunaire des saisons. Elle prend ses racines dans une page d’histoire très ancienne qui avait permis à deux tribus  de sceller un pacte de paix.

 

Féerie de musiques, de couleurs, beauté des costumes et bijoux dont les femmes se parent , la Sebiba est un moment inoubliable qui dure plusieurs jours et réunit l’ensemble des habitants du Tassili n’Ajjer. 

Les hommes se jaugent et se provoquent, brandissant leur épée, comme dans un vrai combat. Les femmes chantent aux rythmes des tambourins, chants entrecoupés de youyous, comme pour galvaniser leurs guerriers dont les pas soulèvent des nuages de sable.

 

Tempête sur la pointe de Bretagne

Classé dans : BRETAGNE — 27 mars, 2008 @ 4:17

Image de prévisualisation YouTube

 

De très belles images signées Jean René Keruzoé prises le 9 décembre 2007.

Le Phare de la Vieille a, dans la  terrible tempête du 25 mars dernier, perdu son mât de charge qui servait à établir le va et vient avec la vedette de ravitaillement qui faisait la relève des gardiens.

Ces phares, construits par les anciens au prix de tant d’efforts et si utiles aux marins, finiront par disparaître s’ils ne sont pas entretenus rapidement.

A voir le commentaire de Didd très intéressant !

Algérie – Tassili n’Ajjer (12) des cyprès venant de si loin

Classé dans : ALGERIE TASSILI — 26 mars, 2008 @ 8:01

abri sanctuaire de Tan Zoumaitak touareg près des zéribas

Le dernier jour est consacré à une promenade dans l’oued Tamrit parmi les oliviers sauvages, de vertes plantes grasses et les fameux cyprès de trente ou quarante mètres de hauteur où il faut cinq hommes pour en faire le tour. Il y a environ cent cinquante cyprès disséminés dans les oueds du Tassili, restes d’une vraie forêt dans cette forêt de pierres brûlées, flore résiduelle de l’époque humide datant de quatre ou cinq mille ans, époque où le Sahara était verdoyant et jouissait d’un climat méditerranéen. 

 Nous n’en croyons pas nos yeux en découvrant l’abri sanctuaire de Tan Zoumaitak, un véritable Lascaux miniature saharien avec une multitude de figures et d’animaux étranges : des silhouettes évoquant une danse à moins que ce ne soit du ski nautique, de grands personnages parés de l’époque archaïque avec des superpositions de mouflons peints en blanc d’un autre âge, un hippopotame et même une méduse. 

Nous terminons l’après midi au camp en compagnie de nos guides touareg devenus nos amis. Nous avons pu au cours de ces derniers jours apprécier leurs qualités. Ils sont francs, gais, généreux, aimables et dévoués. Ils sont très jeunes, un peu efféminés et se disent tous les fils de Djébrine !  Plusieurs fois par jour, ils s’écartent de nous de quelques mètres, se tournent vers l’orient et s’allongent face contre le sable pour la prière.

 

Algérie – Tassili n’Ajjer (11) à dos de chameau dans le désert

Classé dans : ALGERIE TASSILI — 23 mars, 2008 @ 9:09

nos guides avec les chameaux

  

 Je choisis le méhari blanc du chef. Il porte sur son flanc droit la manassa, plat en cuivre ciselé. C’est lui qui a le plus d’allure avec son air dédaigneux, ses trois verrues sur le nez et son beau tapis rouge sur le dos. Le plus difficile est de se maintenir en selle quand il se relève. Je me cramponne ferme à la rahla et aux poils touffus de la bosse, essayant de garder en vain le contact de mes pieds nus avec l’encolure. Le rythme berceur ne m’empêche pas de regarder avec inquiétude le sol hérissé de cailloux deux mètres plus bas. Quelquefois le chemin est escarpé, les larges soles élastiques hésitent à se poser . 

Le chameau de par sa constitution peut résister à la soif pendant plusieurs jour, mais après une période d’abstinence peut absorber jusqu’à plus de cent litres d’eau à la fois. Il n’est pas rare pour une caravane de sacrifier cet animal pour boire l’eau contenue dans sa panse quand les réserves sont épuisées et, détail horrible, quand on prévoit ce cas, on lui coupe la langue pour empêcher que la nourriture qu’il pourrait absorber ne souille cette eau  

Nous partons à la guelta faire un brin de toilette avec précautions car il ne faut pas polluer l’eau . Au retour nous vivons un moment de panique, car à dix minutes seulement du camp, nous ne retrouvons plus le chemin, tous les rochers se ressemblant avec la nuit qui tombe en moins d’un quart d’heure. 

Ce soir les touareg nous invitent autour de leur feu et nous distribuent par trois fois de minuscules verres emplis de thé à la menthe de plus en plus fort, de plus en plus sucré avec tout le sérieux des pratiques rituelles à cette cérémonie. 

Nous assistons à la préparation de la kessera, cette galette de blé ou de mil cuite à même le sable sous des cendres chaudes qui, accompagnée de sauce pimentée, sert de nourriture. Elle a environ vingt-cinq centimètres de diamètre, c’est pour neuf personnes Pas étonnant que leurs corps bruns et musclés n’aient pas un gramme de graisse. Ils nous l’offrent si gentiment que nous ne pouvons refuser. L’un de nous prend un grand couteau et fait semblant, pour plaisanter, de leur couper la gorge. Ils rient comme des enfants. Il y a cinquante ans, il n’aurait pas fallu se permettre pareille fantaisie ! 

 Un targui vit trois jours avec une datte, dit-on : le premier il la contemple, le second il mange la chair et le troisième il suce le noyau ! 

Nous vivons notre dernière nuit sur le plateau. Les découpes noires et familières des rochers sur le ciel orange ne sont déjà plus qu’un souvenir. Dernier lever de soleil.  

Continuant notre marche nous arrivons devant une faille profonde, le grand canyon du Tamrit, la plus grande cataracte du Sahara, six cents mètres de chute verticale. Nous prenons un malin plaisir à précipiter de gros blocs de rocher pour effrayer Djébrine. 

Nous chargeons une dernière fois les petits ânes et trouvons fort longue la descente des akbas et détestables les pierres qui roulent sous nos pas. 

 

Tassili n’Ajjer (10) les romains à la poursuite des garamantes auraient atteint le niger il y a deux mille ans

Classé dans : ALGERIE TASSILI — 20 mars, 2008 @ 8:57

splendeur de l'arche  Djébrine

Le matin, nous reprenons notre vie de nomades. A Tin Tazarift, la féerie de la nature dépasse en richesse toute l’architecture humaine. Le vent soulevant des grains de quartz creuse la roche. Les différences de température entre le jour et la nuit, parfois de trente-cinq degrés, la font éclater. Partout des pierres dressées implorant le ciel de leurs bras déchiquetés et d’étranges clairières tapissées de sable blond. 

 Mais voici qu’une porte s’ouvre vers le soleil. Splendeur de l’arche née du vent, arcs de triomphe créés par la nature, décor colossal et fantastique que nous ne nous lassons d’admirer. Nous nous exclamons à chaque pas, devant chaque nouvelle peinture, sur la pureté des lignes et la richesse du mouvement Outre les bovidiens, nous voyons un cheval tracé dans de justes perspectives, une main négative et appartenant à la période dite des têtes rondes évoluées, un archer et un … nageur 

Le cheval existait au Sahara avant l’ère du chameau. On a même trouvé des peintures représentant des chars tirés par des chevaux « au galop volant » tout au long d’une voie antique allant de la méditerranée au Niger et l’on a supposé d’après de vieux textes d’Hérodote, que les romains à  la poursuite des garamantes avaient atteint le Niger il y a deux mille ans. 

Au loin s’étend à l’infini le désert de Libye. La ville de Ghat n’est qu’à deux jours de marche. Le soleil fait des tâches d’or et notre vieux Djébrine ressemble à l’ermite des sables. Des cercles de pierres sur le sol représentent des tombes préislamiques 

Vers Tin Abotéka, le paysage devient d’une sauvage beauté. Les dunes montent à l’assaut du plateau gréseux. Le décor semble taillé dans l’or patiné d’un temple d’Angkor embrasé. Djébrine trouve des asperges dans le sable. Nous faisons un peu d’escalade par pur plaisir sur les rochers alentour, avant de nous livrer à un sport encore plus divertissant, celui de monter sur le dos d’un chameau. 

Pétition pour soutien aux Tibétains

Classé dans : TIBET — 19 mars, 2008 @ 12:53

L’escalade de la violence au Tibet. Alors que les protestataires tibétains se battent avec la police, le gouvernement chinois a ordonné un blocage des médias et a juré que les émeutiers qui ne se rendent pas ne « seront pas traité avec clémence ». Nous avons déjà vu ça avant en Birmanie.

Comme pour la Birmanie, les citoyens du monde peuvent aider. La Chine est une dictature mais elle est en train de se réformer et elle tient à sa réputation internationale. Pékin veut utiliser les Jeux Olympiques de cet été comme une célébration du nouveau statut de la Chine en tant que pouvoir mondial respecté. Mais le monde ne respecte pas la brutalité et il est temps de le montrer à la Chine. Signez la pétition demandant à la Chine de mettre fin à la violence en engageant pacifiquement avec les protestataires et en réouvrant des discussions pertinentes avec le Dalai Lama. Si nous pouvons atteindre 1 million de signatures, nous remettrons cette pétition aux autorités chinoises. Ensemble, nous pouvons aider à arrêter la violence au Tibet. Signez la pétition maintenant!

Agissez maintenant »

http://www.avaaz.org/fr/

Un commentaire très sympa

Classé dans : citations — 18 mars, 2008 @ 10:50

Bonsai habite au Quebec, sur la » banquise » et de l’autre côté de la « grande flaque » comme il dit !  Ici en France nous rêvons de sa cabane au Canada, qu’il possède à côté d’une rivière qui s’enfonce au milieu des forêts et qu’il parcourt avec un canoë qui lui permet d’aller pêcher des truites. Lui rêve de venir à l’île de Sein déguster un ragoût de homard !

Il m’a écrit un commentaire très poétique , à propos des proverbes touareg, que j’ai envie de vous faire partager.

« Par un après-midi d’hiver, le vent soufflait dans la grande plaine blanche. Mes pas laissent des traces vite effacées par la neige. J’entre chez moi en secouant énergiquement mon manteau recouvert d’un blanc duvet.

Le temps de faire chauffer l’eau pour le thé, j’ouvre une fenêtre, celle qui, bien souvent, me transporte instanténément vers d’autres lieux … d’autres cultures, à dos de souris. 

Au hasard de mes promenades, je découvre la sagesse d’un autre peuple à travers ses proverbes …Mes pas laissent des traces vite effacées par le sable et je rentre chez moi plus riche qu’avant. »

Merci Danae pour ces proverbes touaregs. J’aime bien ce proverbe :
« Si loin que nous portent nos pas, ils nous ramènent toujours à nous-mêmes ».

Hommage au peuple Tibétain

Classé dans : TIBET — 17 mars, 2008 @ 1:40

Image de prévisualisation YouTube

Un grand Lama Tibétain

Classé dans : TIBET — 17 mars, 2008 @ 1:29

Thuksay Rimpoche   

A la violence, je répondrai par cette photo de Thuksay Rimpoche, que j’ai rencontré autrefois au Monastère d’Hémis au Laddakh, illustrant parfaitement la bonté, la sagesse et la sérénité de ces grands Lamas Tibétains.

1...9394959697...100
 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...