Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Aventures africaines – du Niger au Tchad (2/43)

Classé dans : NIGER DIVERS — 26 août, 2015 @ 7:53

La frontière 

A Labbézanga, nous quittons le Mali pour pénétrer sur le territoire nigérien. Devant les policiers nous manifestons notre intérêt pour leur président, dont le portrait est affiché sur un mur, pendant que Gabriel fait de la prestidigitation avec les cartes grises qu’il présente deux fois en annonçant différents numéros minéralogiques. Rappelez-vous, on nous en a volé deux en Algérie, nous sommes quatre véhicules et nous n’avons que deux cartes grises.

A (31)

 

Le village est constitué de cases en terre séchée et de volumineux greniers à mil montés sur pilotis pour éviter insectes et rongeurs.

C (6)

Un vieil homme veut nous vendre des dents d’hippopotame, mais nous interdit catégoriquement de photographier ses femmes qui pilent le mil à l’abri d’un mur en paillis.

Un camion, qui fait office de car, s’arrête dans le pays et les voyageurs y grimpent par tous les côtés à la fois, formant une véritable grappe humaine.

C (7)

Aventures africaines – du Niger au Tchad (1/43)

Classé dans : NIGER DIVERS — 23 août, 2015 @ 7:40

Ce récit fait suite à notre croisière africaine qui avait débuté par la traversée du désert du Tanezrouft en Algérie, puis celle du nord au sud du Mali en février 1967. Nous irons de Niamey au Niger à Fort Lamy au Tchad (maintenant renommé N’ Djamena) en traversant le Nigéria et le nord Cameroun.

Nous sommes quatre 404 et une quinzaine de participants.

A (40)

 

Jour 9 /ANSONGO – AYOROU

2130201

petit clic pour agrandir

Les girafes 

La région d’Ansongo est peuplée de girafes. Il est interdit de les chasser, même pour leur queue qui est un trophée. De ce fait pourquoi auraient-elles peur de l’homme ? Nous en apercevons quelques unes au travers des arbres clairsemés de la savane. Nous essayons de nous en approcher furtivement à pied. Hélas je dois recharger mon appareil photo qui n’est pas un apn dans ce temps là, ce qui m’oblige à retourner à la voiture. 

A (2)

Pendant ce temps les girafes s’éloignent. Gabriel, notre guide pour notre expédition, voyant mon désappointement m’invite à monter en voiture et nous fonçons vers elles à travers la brousse. D’une petite butte nous dominons un troupeau d’au moins vingt-cinq têtes. Côte à côte nous les poursuivons, la 404 bondissant sportivement entre les arbustes. Leur démarche tout en légèreté malgré leur corpulence est un véritable ballet.

 

Retour à Ko Samui (2/2)

Classé dans : THAILANDE — 20 août, 2015 @ 8:16

 

Cécile a voulu goûter à tous les plats et à tous les fruits exotiques. Elle nous présente plein d’insectes grillés, mais là les gros vers blancs peut-être encore tout vivants , pouah. Je ne suis pas à Koh Lanta !!! Cécile, dis-nous si c’était bon ?

11745353_407113286151335_6681495152267189623_n

Il y a des fêtes certaines nuits de pleine lune sur les plages alors que de mon temps tout était calme. Il n’y avait pas de transports en commun, presque pas de motos, pas de boutiques qui vendent de tout ni de marchés de jour ou de nuit. Juste un bungalow doré sur une plage, un hamac suspendu entre deux arbres et la mer transparente au pied. Un gros Bouddha qu’il fallait aller voir à pied, tout en dégustant le lait de la noix de coco qu’on vous offrait sur la route. 

Je vous laisse découvrir les photos de Cécile Koch que je remercie chaleureusement.

11695933_406129602916370_1924068454620528497_n

11693816_405211886341475_8147434784152793130_n

11692507_404658086396855_5225716334813969800_n

11692485_405211943008136_8629699207419496899_n

11667442_404655606397103_2245978248732415898_n

11667341_404655529730444_7712156735648303297_n

11665377_404655259730471_831633178376528503_n

11542120_404658189730178_3915065789337796202_n

11403276_405041513025179_848549661982185366_n

11401333_404658043063526_1495040833670567576_n

11250919_406647286197935_1912253384499438374_n

11214096_405629786299685_7242576139665543946_n

11181392_404655566397107_1561835664475736901_n

11017851_409890262540304_7528479467565083142_n

10271594_408312889364708_4945449396138497194_n

Retour à Ko Samui (1/2)

Classé dans : THAILANDE — 17 août, 2015 @ 6:40

Vous avez sans doute déjà lu mon récit se rapportant à la visite de cette île au sud de la Thaïlande. C’était il y a quarante ans. Vous le trouverez à ce lien : ICI

 

Grâce à la gentillesse de mon amie Cécile Koch, qui me prête ses photos, nous pourrons parcourir ce petit paradis à nouveau visuellement et y découvrir beaucoup de nouveautés. Je la remercie sincèrement. Elle en revient en cet été 2015 et a passé trois semaines de bonheur avec sa famille dans un bungalow loué en pleine nature avec une petite piscine qui leur a permis de se rafraîchir ! 

Vous n’y verrez pas les hôtels qui ont poussé comme des champignons, elle a privilégié la nature et la rencontre avec les habitants toujours souriants et amicaux. Elle n’a pas rencontré Tarzan et pourtant elle aurait pu, notre Jane pour l’occasion !!! Les lianes ne manquent pas autour des cocotiers, je m’y suis bien balancée autrefois !

11853856_411428632386467_319027208_n

11830349_411428339053163_20182465_n

11800057_409895145873149_7452831184923378054_n

11781779_410377469158250_3412623091643526815_n

11774709_408817765980887_1318658981_n

11760140_407617786100885_2217035255737808135_n

11760070_408381782691152_5144601320464861966_n

11755110_407881622741168_4320151080174158315_n

11753681_407113142818016_5913119776410734673_n

11745577_406129852916345_5995829582076916491_n

11742793_408694849326512_1005112289515503641_n

11742733_407113232818007_1486172495980431990_n

11737902_406707606191903_1221821979201053924_n

11705292_406707662858564_2630228972094024769_n

11700919_404654536397210_4222756060558480585_n

Alexandra David Neel (8/8)

Classé dans : grands voyageurs,TIBET — 14 août, 2015 @ 7:50

Outre sa longévité , son trait de gloire le plus marquant reste d’avoir été, en 1924, la première femme d’origine européenne à séjourner à Lhassa au Tibet, exploit dont la publicité fut soigneusement orchestrée dans les années 1920 et qui contribua fortement à sa renommée, en plus de ses qualités personnelles et de son érudition.

Elle laisse une œuvre volumineuse composée d’une vingtaine de livres et d’une immense correspondance adressée à Philippe Neel. Elle avait un grand talent que ce soit pour relater ses aventures, présenter les traditions indiennes ou tibétaines ou son acquis philosophique et spirituel.

« En ces temps là, le musée Guimet était un temple. (…) Dans la petite chambre, des appels muets s’échappent des pages que l’on feuillette. L’Inde, la Chine, le Japon, tous les points de ce monde qui commence au delà de Suez sollicitent les lecteurs… Des vocations naissent… La mienne y est née. »   L’Inde où j’ai vécu 

« (…) cette vie pittoresque, je l’estime la plus délicieuse que l’on puisse rêver et tiens pour les plus heureux jours que j’ai jamais vécus, ceux où, mon misérable baluchon sur le dos, j’errais par monts et par vaux au merveilleux « Pays des Neiges » » Voyage d’une Parisienne à Lhassa.

adn (5)

« Les vrais compagnons, ce sont les arbres, les brins d’herbes, les rayons du soleil, les nuages qui courent dans le ciel crépusculaire ou matinal, la mer, les montagnes. C’est dans tout cela que coule la vie, la vraie vie, et on n’est jamais seule quand on sait la voir et la sentir. »Journal de Voyage T 1

« Cette solitude que j’imaginais absolue, répandait en moi des vagues de félicité. Les transports les plus exaltés des mystiques peuvent-ils égaler cet état de calme infini dans lequel toute agitation physique ou mentale a disparu et où la vie coule sans heurts, sans se fragmenter en sensations ou en idées, sans autre goût que l’existence? » Le Sortilège du Mystère

Sa devise préférée était tirée de l’Ecclesiaste : « Marche comme ton cœur te porte ».

Alexandra David Neel (7/8)

Classé dans : grands voyageurs,TIBET — 11 août, 2015 @ 7:40

Puis en 1955 c’est la perte de son fils chéri, son petit morceau d’Asie qu’elle avait ramené avec elle.

A 86 ans tout s’effondre autour d’elle et elle erre désespérée jusqu’à sa rencontre fortuite avec Marie-Madeleine Peyronnet en 1959 qui restera avec elle jusqu’à sa mort. Elle la surnommera la Tortue et avec son grand caractère, elle ne lui fera pas de cadeau, mais Marie Madeleine lui restera attachée et écrira un livre sur les dix années passées auprès d’elle puis s’occupera de recevoir les visiteurs de Samten Dzong qui deviendra un musée.. On la voit ici présenter le campement d’Alexandra.

adn (9)

photo du net

A la stupéfaction de tous, à 100 ans ½, Alexandra fait renouveler son passeport, comptant retourner là-bas et projette aussi un tour du monde en 4CV avec sa secrétaire comme chauffeur.

adn (10)

photo du net

Malgré son grand âge et ses nombreux rhumatismes qui la font beaucoup souffrir, elle continue à écrire 18 heures par jour et ne dort qu’assise dans son fauteuil. Elle s’éteint en septembre1969 quelques jours avant d’avoir 101 ans.

Son dernier voyage elle l’a effectué avec Yongden et Marie-Madeleine Peyronnet en 1973 à Bénares lorsque cette dernière a immergé leurs cendres dans le Gange selon ses dernières volontés.

Source : Site officiel à ce lien http://alexandra-david-neel.com/ où vous pourrez découvrir toutes les photos de l’époque.

et à ce lien : ICI vous pourrez l’écouter parler lors d’une interview à l’âge de 100 ans !

Alexandra David Neel (6/8)

Classé dans : grands voyageurs,TIBET — 8 août, 2015 @ 8:12

En 1937 elle repart en Chine mais les guerres la bloqueront pendant 9 années avec Yongden, sous les bombardements, le froid, la famine et les épidémies..

En 1941 elle apprend avec peine la mort de son mari avec lequel elle n’a cessé de correspondre, souvent pour lui demander de l’argent pour pouvoir poursuivre ses voyages !

En 1946 retour à regret vers l’occident.

adn (7)

photo du net

Son exploit décrit dans les journaux du monde entier lui permettra d’acheter en 1928 sur les hauteurs de Digne, Samten Dzong, sa forteresse de méditation où elle écrira une grande partie de son œuvre, en compagnie de Yongden qui devient légalement son fils adoptif. Ici c’est loin de l’Himalaya mais le ciel est bleu et le soleil brille.

adn (8)

photo du net

Aujourd’hui on peut visiter sa demeure et y retrouver tous ses souvenirs, ses malles de voyages, des manuscrits tibétains, des statues, des thankas,des tapis, son vieil appareil photo, etc….

adn (6)

photo du net

Alexandra David Neel (5/8)

Classé dans : grands voyageurs,TIBET — 5 août, 2015 @ 8:23

Ils empruntent des pistes escarpées, enneigées, isolées, qu’un yéti au sommet de sa forme n’oserait même pas parcourir. D’autant qu’ils marchent de nuit, pour éviter les mauvaises rencontres..

Début janvier, après quatre mois d’efforts, ils parviennent enfin en vue de Lhassa.

Les deux aventuriers arrivent à Lhassa en février 1924 à temps pour assister aux festivités du nouvel an tibétain. Alexandra est réduite à l’état de squelette, elle vient d’avoir 56 ans.

adn (1)

photo du net

Alexandra et Yongden séjournent deux mois dans la capitale spirituelle du Tibet sans se faire repérer par les autorités, jusqu’au jour où la franco-belge est dénoncée par une voisine. Celle-ci a reconnu une étrangère en Alexandra, car elle descend chaque matin à la rivière pour se laver. Une hygiène incompréhensible pour une Tibétaine. Alexandra doit s’enfuir de la cité.

Retour en France.

Alexandra David Neel (4/8)

Classé dans : grands voyageurs,TIBET — 2 août, 2015 @ 8:21

Fin 1923, elle refait ses bagages avec la ferme intention de rejoindre la capitale mythique Lhassa, la terre des divinités, territoire interdit aux étrangers.

Pour passer inaperçus, ils se déguisent en mendiants.

adn (1)

photo du net

Elle oint sa peau de suie et de cacao, mêle des crins de yack à ses cheveux et joue à la muette.

Elle parle pourtant le tibétain mais a peur d’être trahie par l’accent de sa voix.

Les deux voyageurs vont à pied, sans mule, sans yack, sans domestique. Ils mendient leurs repas, constitués le plus souvent de soupe ou de thé agrémenté de beurre rance. Et quand ils n’obtiennent rien, ils font bouillir le cuir de leurs bottes pour se préparer une soupe.

Alexandra David Neel (3/8)

Classé dans : grands voyageurs,TIBET — 30 juillet, 2015 @ 7:34

Bloquée en Asie à cause de la Première Guerre mondiale, Alexandra parcourt le Japon où elle rencontre un moine qui, déguisé en moine chinois, a réussi à demeurer quelques mois à Lhassa. L’histoire la passionne et lui donne des idées.

Alexandra et Yongden partent ensuite pour la Corée, puis la Chine. Leur périple durera plusieurs années. Alexandra est infatigable.

adn (4)

photo du net

Ils traverseront le Gobi, la Mongolie, puis feront une pause de trois ans au monastère de Kumbum au Tibet, où elle traduira la fameuse Prajnaparamita,

adn (11)

photo du net

1...7891011...100
 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...