Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Aventures africaines – du Niger au Tchad (12/43)

Classé dans : NIGERIA — 25 septembre, 2015 @ 7:39

A Kano

 

De nuit les routes du Nigeria (conduite à gauche) resteront à mes yeux l’image d’un cauchemar. Couvertes de gravillons qui ne pardonnent pas, elles se rétrécissent si brutalement à l’annonce des « bridges » (ponts) qu’il faut bien viser pour passer entre les deux piliers blancs en ciment. Quant elles sont goudronnées, elles ne le sont que sur une étroite bande, si bien que si une voiture arrive face à vous, c’est à qui restera au milieu jusqu’à une collision probable pour peu que les conducteurs soient têtus. Il y a une circulation intense et les camions sont dotés de phares blancs éblouissants. Heureusement que déviation se dit en anglais « diversion » !.

Zambia-Camion-1

 photo du net

Nous traversons des villages d’où se dégagent à l’entrée et à la sortie, d’affreuses odeurs. Les habitants uniformément vêtus de djellabas et de toques blanches poussiéreuses passent leurs soirées dans la rue à la lueur des lampes à huile. La foule est si dense qu’elle a envahi la chaussée. Si nous en écrasions un, nous n’en sortirions pas vivants. Nous arrivons à Kano vers les dix heures du soir.

 

Au centre de cette ville industrielle et laide, Gabriel nous a choisi un piteux hôtel de France. Nous qui avons emporté une élégante garde-robe de peur de choquer le raffinement britannique avec nos tenues de brousse, sommes déçus. Deux d’entre nous refusent de dormir là et vont à leurs frais au Central Hôtel plus chic. Ils ont comme une envie de prendre une douche sans marcher sur les cafards et de rouleur leur bosse dans les boites de nuit. Pour notre part, le dîner sera expéditif et le coucher tôt.

 

Aventures africaines – du Niger au Tchad (11/43)

Classé dans : NIGERIA — 22 septembre, 2015 @ 8:23

JOUR 12/ BIRNI N’KONNI – KANO 

Frontière du Nigeria

A (19)

 

Nous partons relativement tôt, vers les 8h30. Une crevaison à Madaoua nous permet d’admirer des autruches dans un enclos, que nous photographions en évitant le grillage. Les enfants vendent des bâtons de guimauve. A Maradi, nous nous arrosons des pieds à la tête à un robinet en pleine ville avant de déjeuner dans un restaurant tenu par une femme qui connaît notre guide depuis vingt ans et qui nous soigne. Salle ombragée, boissons rafraîchissantes, tomates et foie de zébu.

 

A Jibiya, frontière du Nigeria, nous avons affaire à des types bornés qui ne savent pas faire le calcul des trois mois pour la validité d’un visa et nous font attendre the big man qui tranchera l’affaire après des palabres interminables en anglais petit nègre ! Encore une demi journée perdue dans un endroit inintéressant avec pour unique distraction un robinet à notre disposition et une camionnette autobus remplie de noirs ayant pour couvre chef de petites calottes blanches ou brodées, qui achètent des morceaux de canne à sucre à un jeune garçon et qui repartent sans avoir fini de payer ! Nous ne serons libérés qu’à sept heures du soir.

 

Aventures africaines – du Niger au Tchad (10/43)

Classé dans : NIGER DIVERS — 19 septembre, 2015 @ 8:01

Le cram cram 

Peu après de nuit nous nous installons en pleine brousse dans un endroit parsemé de piquants. Nous enrichissons ainsi notre vocabulaire et nos tissus sensibles d’un nouveau terme africain « le cram cram ». Cette petite boule piquante pénètre partout jusque sous les ongles, elle colle aux couvertures, elle s’accroche aux vêtements.

B (13)

 

Bivouac sous un ciel étoilé . Nous supportons difficilement le froid sur la tête et la pleine lune dans l’oeil ! Et justement celle ci éclaire le camp.

 

Après avoir dormi quelques heures, je m’éveille avec la certitude d’une présence à mes côtés. En effet un animal de la taille d’un petit renard passe rapidement à quelques mètre de moi. Je ne me sens pas particulièrement rassurée et je me demande si je dois réveiller mes compagnons. A tout hasard je m’arme de ma lampe électrique pour éblouir l’intrus s’il revenait et je me tiens aux aguets. Comme plus rien ne bouge, l’esprit fataliste je finis par me rendormir.

 

Au petit jour nous nous apercevons que nous avons campé non loin d’un village et l’animal qui m’a tant effrayée n’est autre qu’un chien attiré par les reliefs de nos repas ! Une heure à passer la couverture au peigne fin pour en ôter le cram cram en bougonnant.

 

Aventures africaines – du Niger au Tchad (9/43)

Classé dans : NIGER DIVERS — 16 septembre, 2015 @ 7:58

Dogondoutchi 

C’est une voiture légèrement excitée qui arrive Dogondoutchi. Arrêt buffet. Tout le monde descend. Ravitaillement essence. Achat de deux ananas. Enregistrement de l’hymne du Niger chanté par des garçonnets.

C (9)

 

La route semblerait monotone sans les arrêts crevaison et ils sont nombreux. Grâce à cela nous faisons la rencontre peu avant Birni N’Konni de beaux hommes noirs se rendant à la fête au village, des adolescents à l’allure un peu efféminée. On dirait les descendants de quelque pharaon tant ils sont magnifiques par leurs gestes nobles, leurs vêtements brodés, leurs colliers de cauris.

A (21)

 

Ce sont des peuls wodaabes du Niger, éleveurs nomades réputés pour leur beauté, leurs corps longiformes et la finesse de leurs traits. Nous échangeons des sourires à défaut de paroles : « sanou sanou » bonjour bonjour. Nous osons leur offrir des perles enfilées sur des épingles de nourrice ce qui me fait encore sourire et penser que le plus sauvage des deux n’est pas celui qu’on pense.

 

Aventures africaines – du Niger au Tchad (8/43)

Classé dans : NIGER DIVERS — 13 septembre, 2015 @ 8:13

JOUR 11/ NIAMEY – BIRNI N’KONNI 

 A (37) 

En piste à nouveau

 

Gabriel se débat au milieu des bagages et des pneus à raccommoder, aidé par les boys qui les gonflent à tour de bras avec la pompe à main.

A 10h30 nous quittons Niamey et le Niger. La poussière de la piste avec la transpiration nous colle à la peau et nous avons l’air de vrais peaux-rouges.

Nous déjeunons debout rapidement autour du capot de la voiture transformé en table de salle à manger. Les cuvettes qui servent à se laver ou à faire la vaisselle remplacent les saladiers manquants pour y mettre tomates, thon, haricots verts dans l’une, ananas au sirop dans l’autre. Gabriel se contente d’un oignon sur du pain. Avec ce régime il ne risquera pas le scorbut.

 

Reprise de la piste, il fait chaud et pas de baignade en vue. Arrêt à un village où les fillettes ont des tatouages bleus sur le visage, des nattes pittoresques, des pièces de monnaie autour du cou et de gentils sourires, et les femmes d’âge mûr, des seins qui leur tombent jusqu’au nombril!

On me met un bébé dans les bras.

A (35)

Il y a belle lurette que nous avons vidé la gourde de thé préparée chaque matin et qui reste chaude la journée entière que nous remplaçons par des gorgées de whisky tiède .

 

Aventures africaines – du Niger au Tchad (7/43)

Classé dans : NIGER DIVERS — 10 septembre, 2015 @ 7:43

Niamey 

La ville de Niamey, capitale du Niger, constitue pour nous un retour à la civilisation. Elle s’étend sur des kilomètres et à chaque carrefour des marchands de bananes, tomates, salades, statues ou masques nous raccrochent.

Nous allons directement au garage pour faire réparer une fuite à un radiateur. C’est que la piste n’est pas tendre avec les moteurs !

A (16)

Nous nous installons à l’hôtel Terminus. Parterre de fleurs devant l’entrée, margouillats dans les jardins, chambres climatisées, enfin des douches et aussi le courrier venu de France avec les nouvelles cartes grises. Déjeunons dans la salle du restaurant sous les ventilateurs appréciés. Notre soif est inextinguible. Chacun prend sans compter des consommations et les fait marquer sur le compte collectif, ce qui entrainera à quelques abus. Par cette chaleur épouvantable, la sieste n’est pas de refus.

 

Une fois ragaillardis,nous entreprenons la visite du coquet musée présentant animaux d’Afrique, artisans au travail, reproductions de cases, habits brodés de différentes tribus et kiosque à boissons, ce dernier endroit étant le plus attirant. Sans se donner rendez-vous nous nous y retrouvons tous devant les canettes de bière.

 

Dans les jardins de l’hôtel nous goûtons à la douceur d’une soirée tropicale, confortablement assis dans de bons transats, dégustant whisky ou ricard. Écriture des cartes postales avec une pensée pour ceux qui sont loin.

A (15)

 

Aventures africaines – du Niger au Tchad (6/43)

Classé dans : NIGER DIVERS — 7 septembre, 2015 @ 7:42

Jour 10/ AYOROU – NIAMEY

Vers Niamey 

La plaisanterie classique matinale, je n’oserai dire de mauvais goût, est le dégonflage des tentes igloo avant le réveil ou bien un bain forcé dans le fleuve malgré cris et supplications.

Enfin un petit déjeuner agréable assis à une table et pas de vaisselle à faire. 

Départ en direction de Niamey. Le paysage est toujours semblable, à gauche la savane arbustive aux herbes jaunies, à droite le Niger et de temps en temps des villages et des noirs palabrant assis à l’ombre des toits de chaume. Traversée de Tillabéry. 

Des nigériens ont des shorts tellement usés et déchirés qu’apparaît uniquement ce qui devrait être caché !

 

En approchant de Niamey, la piste s’écarte du fleuve et domine un paysage de terre rouge, la latérite. A un tournant imprévu et brusque une de nos voitures a failli verser dans le fossé.

c&

 

Aventures africaines – du Niger au Tchad (5/43)

Classé dans : NIGER DIVERS — 4 septembre, 2015 @ 7:20

Au gîte d’étape 

L’après midi nous arrivons à Ayorou. Gabriel nous mène tout droit au gîte d’étape défendu par un tronc d’arbre en guise de barrière. Bien jolie terrasse en bordure de l’eau et boissons glacées sortant du frigidaire. Face à une île importante, nous assistons au va et vient des pirogues à contre jour glissant silencieusement sur l’eau et aux ébats de petits chevaux lustrés qui viennent se désaltérer. Par dessus le mur nous jetons des regards indiscrets sur l’agitation du petit port, femmes et enfants qui se baignent, lavent leur linge ou leur vaisselle ou ramènent de l’eau dans toutes sortes de récipients hétéroclites posés sur la tête.

A (17)

 

Au marché nous circulons dans des nuages de poussière soulevée par le vent entre des vendeurs de bric à brac, de poissons séchés, de brochettes de mouton disposées en rond autour d’un brasero, croisant ânes, chèvres, jolies femmes de tous âges, enfants jouant au ballon. On y voit même la boutique du photographe où tout l’art consiste à faire aux noirs une peau blanche.

C (3)

 

Nous montons les tentes et dînons à la musique des grenouilles, de couscous poulet, capitaine (le magnifique poisson du fleuve) le tout arrosé de vin à volonté. Après cela les histoires rigolotes circulent. Cela me rappelle l’histoire de celui qui en connaît tant qu’il les a numérotées et au lieu de les raconter, annonce le n°untel et de pouffer !

 

Aventures africaines – du Niger au Tchad (4/43)

Classé dans : NIGER DIVERS — 1 septembre, 2015 @ 7:29

Les hippos 

Nous repartons accablés par la chaleur si bien que nous sommes heureux de profiter d’un petit arrêt pour plonger à nouveau dans le Niger, dans un endroit solitaire, vaseux, envahi par les herbes aquatiques et peut-être par quelques crocodiles qui ont eu la bonté de ne pas se manifester.

B (1)

 

Gabriel nous a promis qu’on irait voir les hippopotames et nous amène à un village où il loue deux grandes pirogues. Deux fillettes aux cheveux crépus, un anneau décorant l’aile du nez, ont fort à faire à écoper l’eau qui jaillit de nombreuses fentes colmatées par des amas d’herbes. De très loin, nous distinguons mal, éblouis par le soleil, un groupe d’hippopotames dont seules les têtes dépassent de l’eau un court instant envoyant de petits jets, l’énorme gueule baîllant au soleil ! Attention de ne pas trop s’approcher,  c’est qu’elles peuvent courir vite dans l’eau ces énormes bêtes !

 

La promenade du retour parmi les roseaux, les petites fleurs mauves et jaunes, nous enchante.

 

Aventures africaines – du Niger au Tchad (3/43)

Classé dans : NIGER DIVERS — 29 août, 2015 @ 7:28

Le déjeuner 

Nous nous installons pour déjeuner non loin de la frontière et à quelques mètres du Niger. La douane nous fournit de l’eau et du bois. Nous achetons du lait caillé à une femme à la poitrine opulente. Je paie à l’avance le droit de photographier un groupe de femmes en leur donnant un bonbon à chacune. Elles veulent que le bonbon donné à leur servante leur revienne et se cachent au moment où je vais leur donner. Des hommes se baignent tout nus, nullement indécents, à quelques mètres de nous. Ne dit-on pas que le noir fait habillé ?

A (23)

 

Il fait très chaud, l’eau est claire et tentatrice. Même ceux des nôtres, qui ne se sont pas baignés jusqu’à présent, n’hésitent plus. Nous nous y jetons tous avec un plaisir indescriptible, on s’y pousse même par surprise oubliant le risque d’attraper la bilharziose et sachant que les vêtements vont sécher en peu de temps.

 

Nous dégustons mouton et petits pois aux sons rythmés et joyeux d’un orchestre du pays constitué par des jeunes gens jouant d’un instrument monocorde construit par eux dans vieilles boîtes de conserves recouvertes d’une peau tannée et tendue. Nous en achetons un pour la modique somme de 200 francs cfa. On nous propose aussi une sagaie véritable mais nous n’avons pas assez d’argent du pays. Pourtant Dieu sait si j’ai envie de débarquer au Bourget une lance à la main !

 

1...678910...100
 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...