Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Archive pour la catégorie 'TIBET'

Alexandra David Neel (8/8)

Posté : 14 août, 2015 @ 7:50 dans grands voyageurs, TIBET | 14 commentaires »

Outre sa longévité , son trait de gloire le plus marquant reste d’avoir été, en 1924, la première femme d’origine européenne à séjourner à Lhassa au Tibet, exploit dont la publicité fut soigneusement orchestrée dans les années 1920 et qui contribua fortement à sa renommée, en plus de ses qualités personnelles et de son érudition.

Elle laisse une œuvre volumineuse composée d’une vingtaine de livres et d’une immense correspondance adressée à Philippe Neel. Elle avait un grand talent que ce soit pour relater ses aventures, présenter les traditions indiennes ou tibétaines ou son acquis philosophique et spirituel.

« En ces temps là, le musée Guimet était un temple. (…) Dans la petite chambre, des appels muets s’échappent des pages que l’on feuillette. L’Inde, la Chine, le Japon, tous les points de ce monde qui commence au delà de Suez sollicitent les lecteurs… Des vocations naissent… La mienne y est née. »   L’Inde où j’ai vécu 

« (…) cette vie pittoresque, je l’estime la plus délicieuse que l’on puisse rêver et tiens pour les plus heureux jours que j’ai jamais vécus, ceux où, mon misérable baluchon sur le dos, j’errais par monts et par vaux au merveilleux « Pays des Neiges » » Voyage d’une Parisienne à Lhassa.

adn (5)

« Les vrais compagnons, ce sont les arbres, les brins d’herbes, les rayons du soleil, les nuages qui courent dans le ciel crépusculaire ou matinal, la mer, les montagnes. C’est dans tout cela que coule la vie, la vraie vie, et on n’est jamais seule quand on sait la voir et la sentir. »Journal de Voyage T 1

« Cette solitude que j’imaginais absolue, répandait en moi des vagues de félicité. Les transports les plus exaltés des mystiques peuvent-ils égaler cet état de calme infini dans lequel toute agitation physique ou mentale a disparu et où la vie coule sans heurts, sans se fragmenter en sensations ou en idées, sans autre goût que l’existence? » Le Sortilège du Mystère

Sa devise préférée était tirée de l’Ecclesiaste : « Marche comme ton cœur te porte ».

Alexandra David Neel (7/8)

Posté : 11 août, 2015 @ 7:40 dans grands voyageurs, TIBET | 13 commentaires »

Puis en 1955 c’est la perte de son fils chéri, son petit morceau d’Asie qu’elle avait ramené avec elle.

A 86 ans tout s’effondre autour d’elle et elle erre désespérée jusqu’à sa rencontre fortuite avec Marie-Madeleine Peyronnet en 1959 qui restera avec elle jusqu’à sa mort. Elle la surnommera la Tortue et avec son grand caractère, elle ne lui fera pas de cadeau, mais Marie Madeleine lui restera attachée et écrira un livre sur les dix années passées auprès d’elle puis s’occupera de recevoir les visiteurs de Samten Dzong qui deviendra un musée.. On la voit ici présenter le campement d’Alexandra.

adn (9)

photo du net

A la stupéfaction de tous, à 100 ans ½, Alexandra fait renouveler son passeport, comptant retourner là-bas et projette aussi un tour du monde en 4CV avec sa secrétaire comme chauffeur.

adn (10)

photo du net

Malgré son grand âge et ses nombreux rhumatismes qui la font beaucoup souffrir, elle continue à écrire 18 heures par jour et ne dort qu’assise dans son fauteuil. Elle s’éteint en septembre1969 quelques jours avant d’avoir 101 ans.

Son dernier voyage elle l’a effectué avec Yongden et Marie-Madeleine Peyronnet en 1973 à Bénares lorsque cette dernière a immergé leurs cendres dans le Gange selon ses dernières volontés.

Source : Site officiel à ce lien http://alexandra-david-neel.com/ où vous pourrez découvrir toutes les photos de l’époque.

et à ce lien : ICI vous pourrez l’écouter parler lors d’une interview à l’âge de 100 ans !

Alexandra David Neel (6/8)

Posté : 8 août, 2015 @ 8:12 dans grands voyageurs, TIBET | 13 commentaires »

En 1937 elle repart en Chine mais les guerres la bloqueront pendant 9 années avec Yongden, sous les bombardements, le froid, la famine et les épidémies..

En 1941 elle apprend avec peine la mort de son mari avec lequel elle n’a cessé de correspondre, souvent pour lui demander de l’argent pour pouvoir poursuivre ses voyages !

En 1946 retour à regret vers l’occident.

adn (7)

photo du net

Son exploit décrit dans les journaux du monde entier lui permettra d’acheter en 1928 sur les hauteurs de Digne, Samten Dzong, sa forteresse de méditation où elle écrira une grande partie de son œuvre, en compagnie de Yongden qui devient légalement son fils adoptif. Ici c’est loin de l’Himalaya mais le ciel est bleu et le soleil brille.

adn (8)

photo du net

Aujourd’hui on peut visiter sa demeure et y retrouver tous ses souvenirs, ses malles de voyages, des manuscrits tibétains, des statues, des thankas,des tapis, son vieil appareil photo, etc….

adn (6)

photo du net

Alexandra David Neel (5/8)

Posté : 5 août, 2015 @ 8:23 dans grands voyageurs, TIBET | 18 commentaires »

Ils empruntent des pistes escarpées, enneigées, isolées, qu’un yéti au sommet de sa forme n’oserait même pas parcourir. D’autant qu’ils marchent de nuit, pour éviter les mauvaises rencontres..

Début janvier, après quatre mois d’efforts, ils parviennent enfin en vue de Lhassa.

Les deux aventuriers arrivent à Lhassa en février 1924 à temps pour assister aux festivités du nouvel an tibétain. Alexandra est réduite à l’état de squelette, elle vient d’avoir 56 ans.

adn (1)

photo du net

Alexandra et Yongden séjournent deux mois dans la capitale spirituelle du Tibet sans se faire repérer par les autorités, jusqu’au jour où la franco-belge est dénoncée par une voisine. Celle-ci a reconnu une étrangère en Alexandra, car elle descend chaque matin à la rivière pour se laver. Une hygiène incompréhensible pour une Tibétaine. Alexandra doit s’enfuir de la cité.

Retour en France.

Alexandra David Neel (4/8)

Posté : 2 août, 2015 @ 8:21 dans grands voyageurs, TIBET | 17 commentaires »

Fin 1923, elle refait ses bagages avec la ferme intention de rejoindre la capitale mythique Lhassa, la terre des divinités, territoire interdit aux étrangers.

Pour passer inaperçus, ils se déguisent en mendiants.

adn (1)

photo du net

Elle oint sa peau de suie et de cacao, mêle des crins de yack à ses cheveux et joue à la muette.

Elle parle pourtant le tibétain mais a peur d’être trahie par l’accent de sa voix.

Les deux voyageurs vont à pied, sans mule, sans yack, sans domestique. Ils mendient leurs repas, constitués le plus souvent de soupe ou de thé agrémenté de beurre rance. Et quand ils n’obtiennent rien, ils font bouillir le cuir de leurs bottes pour se préparer une soupe.

Alexandra David Neel (3/8)

Posté : 30 juillet, 2015 @ 7:34 dans grands voyageurs, TIBET | 16 commentaires »

Bloquée en Asie à cause de la Première Guerre mondiale, Alexandra parcourt le Japon où elle rencontre un moine qui, déguisé en moine chinois, a réussi à demeurer quelques mois à Lhassa. L’histoire la passionne et lui donne des idées.

Alexandra et Yongden partent ensuite pour la Corée, puis la Chine. Leur périple durera plusieurs années. Alexandra est infatigable.

adn (4)

photo du net

Ils traverseront le Gobi, la Mongolie, puis feront une pause de trois ans au monastère de Kumbum au Tibet, où elle traduira la fameuse Prajnaparamita,

adn (11)

photo du net

Alexandra David Neel (2/8)

Posté : 27 juillet, 2015 @ 7:57 dans grands voyageurs, TIBET | 16 commentaires »

Elle n’est pas faite pour être femme au foyer et en 1914, n’y tenant plus, elle part seule aux Indes faisant la promesse de revenir au bout de 18 mois, elle reviendra 14 ans plus tard !

adn (2)

photo du net

En 1912, elle rencontre le treizième dalaï-lama en exil puis la voici au Népal. Le maharadja du Népal lui apporte son aide et met à sa disposition une caravane d’éléphants et une chaise à porteur. Elle part au Sikkhim voisin où des liens d’amitié la lient au souverain de ce petit état qui lui offre un serviteur, un jeune moine de 14 ans, Aphur Yongden, qui deviendra par la suite son fils adoptif.

adn (3)

photo du net

Ils se retirent dans une caverne à 4.000 mètres d’altitude, où elle s’exerce à la rude pratique des yogis et y restera plus de deux ans, tout en recevant les enseignements d’un lama réalisé. Elle racontera pratiquer « toumo » c’est à dire qu‘elle sèche sur elle des draps trempés dans un ruisseau gelé par la seule volonté de son esprit.

Alexandra David Neel (1/8)

Posté : 24 juillet, 2015 @ 7:31 dans grands voyageurs, TIBET | 21 commentaires »

Aujourd’hui je suis heureuse de vous présenter la plus grande aventurière du siècle dernier qui a toute mon admiration, vous vous en doutez. Elle était toujours présente dans mon esprit lorsque je marchais dans l’Himalaya.

Louise Eugénie Alexandrine Marie David, plus connue sous son nom de plume Alexandra David-Néel, de nationalités française et belge, est une orientaliste, tibétologue, chanteuse d’opéra, journaliste, écrivain et exploratrice française.

Née en 1868 à Saint-Mandé, Alexandra s’avère différente des autres jeunes filles dès son plus jeune âge. À 15 ans, marquée par la vie des saints, elle se mortifie corporellement, enchaîne les jeûnes devient franc-maçonne. C’est à 21 ans qu’elle se convertit au bouddhisme, . Dans la foulée, elle s’initie au sanscrit et au tibétain.

Les démons du voyage et de l’aventure la prennent très tôt et la jeune fille, fière et éprise de liberté, pratique l’art de la fugue et à sa majorité partira pour ces horizons lointains qui l’intriguent et l’appellent. Rien ne la retiendra.

adn (2)

photo du net

Pendant huit années, elle gagne sa vie en devenant chanteuse lyrique puis se retrouve en 1900 à Tunis où elle rencontre Philippe Neel et l’épouse 4 ans plus tard, elle a alors 36 ans.

Le royaume de Shambhala, mythe ou réalité

Posté : 23 août, 2008 @ 6:30 dans TIBET | 28 commentaires »

Ayant remarqué sur le blog de MUTTI  des créations numériques artistiques d’où se dégageaient beaucoup d’harmonie, d’amour et de paix, je me suis permis de lui demander d’illustrer mon récit. Elle s’est investie, m’a fait très plaisir, je la remercie et je vous convie à admirer son oeuvre. Vous trouverez d’autres illustrations de grande qualité sur : http://muttizdream.blogspot.com et vous pourrez rêver à votre tour.

le royaume de Shambhala d'après Mutti

BIENVENUE au train des bancs chez ARIAGA
http://ariaga.hautetfort.com/
 qui vient terminer son ultime voyage ici !

Amis de tous pays, je vous invite à venir vous asseoir sur mon banc pour un voyage initiatique. Fermez les yeux et méditez sur vos bonnes actions, groupons les, entourons les d’un beau ruban, ce sera notre cadeau, un cadeau digne de l’endroit où nous allons aller, portés sur les ailes de colombes blanches, symboles de paix dans un ciel d’azur.

Laissez vous transporter, franchissons huit rangées de pics enneigés de la barrière himalayenne, emportés par une brise légère, traversons une rivière, avant de prendre pied sur une île mystérieuse où des anges nous ouvrent une porte décorée de mandalas.

Nous sommes devant un palais aux toits d’or soutenus par des dragons souriants, entouré de bannières colorées, drapeaux où s’inscrivent les prières des humains.

Devant le palais, un lac merveilleux, où éclosent des fleurs de lotus, abrite en son centre un temple tibétain. Une barque nous attend tirée par deux cygnes dont la blancheur est symbole de pureté. Sur le seuil du temple, un grand lama nous accueille avec un sourire merveilleux. Je le reconnais, j’ai été sa disciple au monastère d’Hémis au Laddakh et je suis si heureuse de le retrouver. Il m’offre une kata, écharpe blanche pendant que je m’incline respectueusement devant ce qu’il représente, un personnage de lumière qui a atteint l’illumination. Il nous transmet l’initiation de Kalachakra afin de nous mettre sur la voie de l’éveil.

Après cela, nous retournons dans une prairie fleurie de parterres de roses embaumant l’atmosphère. Les arbres sont emplis de fruits et d’oiseaux chanteurs.

Ici est le paradis terrestre. Il a pour nom le Royaume de Shambhala, retraite himalayenne légendaire où règne la prospérité et le bonheur, lieu mythique où vit une communauté secrète chargée de l’évolution spirituelle de l’humanité.

 Le sens de ce centre spirituel est de conserver le dépôt de la tradition sacrée par laquelle la Sagesse primordiale se communique à travers les âges à ceux qui sont capables de la recevoir. Il rejoint le mythe universel, à travers l’espace et le temps, du royaume des cieux sur la terre, du paradis perdu, du séjour secret et inaccessible de saints personnages protecteurs du monde. Le Maître spirituel qui le dirige est un bodhisattva, un maître de compassion qui porte la marque des Bouddhas. Il a renoncé à l’ultime réalisation pour aider ses frères humains dans leur marche vers la lumière.

Mais revenons à notre extraordinaire visite ! J’aperçois, sortant d’une allée, un couple qui marche bras dessus bras dessous et qui semble en parfaite harmonie. A leur approche, je découvre, oh stupeur, Mère Teresa au bras de l’Abbé Pierre ! Ils m’expliquent comploter pour envoyer des ondes positives afin d’encourager tous ceux qui s’occupent des pauvres, des exilés, des malheureux sur la terre. Plus loin, je reconnais Victor Hugo qui continue d’écrire sa légende des siècles afin de conserver la mémoire du monde. Ailleurs c’est un Pasteur, penché sur ses tubes à essais. Il y a même le Bienheureux Jean XXIII qui prêche la paix sans se lasser, Milarepa qui compose de nouveaux chants, Jean-Jacques Rousseau toujours proche de la nature qui observe avec tristesse depuis une longue lorgnette les atteintes à l’écologie de ces pauvres humains. Ils ont envoyé quelques émissaires sur notre planète comme  le Dalaï Lama et même … Nicolas Hulot !

En ce jour du 20 octobre 2008, Soeur Emmanuelle vient de les rejoindre.

Ils nous offrent une goutte du nectar d’immortalité pendant que Mozart joue sa petite musique de nuit. Il est temps de repartir avant que les ténèbres enveloppent le royaume. Laissons-nous emporter, comptons 1, 2, 3, ouvrons les yeux, nous sommes de retour sur le blog de Danae ! 

Pétition pour soutien aux Tibétains

Posté : 19 mars, 2008 @ 12:53 dans TIBET | 14 commentaires »

L’escalade de la violence au Tibet. Alors que les protestataires tibétains se battent avec la police, le gouvernement chinois a ordonné un blocage des médias et a juré que les émeutiers qui ne se rendent pas ne « seront pas traité avec clémence ». Nous avons déjà vu ça avant en Birmanie.

Comme pour la Birmanie, les citoyens du monde peuvent aider. La Chine est une dictature mais elle est en train de se réformer et elle tient à sa réputation internationale. Pékin veut utiliser les Jeux Olympiques de cet été comme une célébration du nouveau statut de la Chine en tant que pouvoir mondial respecté. Mais le monde ne respecte pas la brutalité et il est temps de le montrer à la Chine. Signez la pétition demandant à la Chine de mettre fin à la violence en engageant pacifiquement avec les protestataires et en réouvrant des discussions pertinentes avec le Dalai Lama. Si nous pouvons atteindre 1 million de signatures, nous remettrons cette pétition aux autorités chinoises. Ensemble, nous pouvons aider à arrêter la violence au Tibet. Signez la pétition maintenant!

Agissez maintenant »

http://www.avaaz.org/fr/

12
 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...