Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Archive pour la catégorie 'NIGERIA'

Aventures africaines – du Niger au Tchad (15/43)

Posté : 4 octobre, 2015 @ 7:43 dans NIGERIA | 13 commentaires »

JOUR 14/ POTISKUM – FRONTIERE CAMEROUN

 

C’est dur

 

Une entreprise refait la route en défrichement pour le moment. Quelle poussière ! Nous roulons tranquillement et puis vers midi nous nous arrêtons pour attendre une voiture qui n’arrive pas. Hélas nos inquiétudes sont fondées. Nos amis ont voulu doubler et un gravillon a cassé le pare-brise. Consternation, où en trouver un de rechange ? Nous déjeunons sans entrain.

 

A Maiduguri bonne nouvelle. On peut nous en délivrer un neuf moyennant 55.000 anciens francs.

Nous n’avons jamais eu aussi chaud. Nous achetons dix pamplemousses. Le égoïstes se précipitent chacun sur un fruit entier et les autres n’ont plus qu’à se partager ceux qui restent. Plus d’argent dans la monnaie du pays pour acheter à boire.

B (1)

 

Le moral des troupes est en baisse. Les membres de l’expédition sont nerveux, se disputent pour des riens ou se font des reproches. Deux semaines de vie commune, quelques petits ennuis et les meilleurs deviennent méchants ! Je n’ose imaginer ce qu’il adviendrait si nous étions perdus dans le désert face à nos dernières réserves.

Assis sur des troncs d’arbres nous écoutons la lecture apaisante du Coran récitée sur un ton monocorde. L’homme installé à même le sol ne s’occupe pas de nous et inscrit avec application des signes bizarres sur une plaquette de bois. Dommage mon magnétophone est parti avec la voiture en réparation.

Une aimable personne nous propose de l’eau à la post-office et nous nous aspergeons copieusement sous l’œil amusé des employés.

 

Aventures africaines – du Niger au Tchad (14/43)

Posté : 1 octobre, 2015 @ 8:09 dans NIGERIA | 12 commentaires »

Départ de Kano

 

Dans la cour nous retrouvons Gabriel trafiquant ses voitures au milieu des vautours. Les margouillats abondent sur les arbres et j’en aperçois un beau vert à la queue orange qui mesure au moins vingt centimètres.

Les vendeurs nous harcèlent comme des mouches pour nous offrir contre le plus d’argent possible des peaux de serpents.

Impossible de téléphoner en France, ce qui rend furieux l’un de nos covoyageur. Ses désirs contrariés le rendent de très méchante humeur et nous n’osons plus nous moquer. Déjeuner, sieste courte et départ.

A (14)

 

Nous abandonnons à Kano une voiture et nous nous entassons à plusieurs dans les autres. Nous traversons des forêts de baobabs. Des camions font le ramassage du coton accumulé entre de hauts murs, on croirait de la neige. Des sacs de jute contenant des arachides sont disposés curieusement en véritables pyramides.

 

A part cela, la route est monotone, le pays plat. La lassitude nous gagne et nous avons hâte d’arriver au Cameroun. Dans chaque voiture l’ambiance est différente. Celle de F égale à son moral du moment, et il est bien bas car en plus de ses malheurs téléphoniques, il est couvert de piqures de moustiques qui prennent chez lui des proportions inquiétantes. Celle de D est réglée comme du papier à musique, thé, telle heure, pipi, telle heure et aucune dérogation n’est permise. C’est aussi la voiture lambinante car ils s’arrêtent dès qu’il y a quelque chose à voir, nous obligeant à les attendre à un endroit où justement il n’y a rien à voir !

 

Coucher en brousse peu après Potiskum. Avant le départ pour l’Afrique j’imaginais que nous serions obligés chaque soir d’allumer un feu pour éloigner les bêtes sauvages, ou de mettre des petites boîtes à cirage contenant du pétrole sous les quatre pieds de notre lit de camp pour empêcher les fourmis d’y monter ! Nous n’avons jamais eu à frémir seulement d’un cri de chacal.

 

Aventures africaines – du Niger au Tchad (13/43)

Posté : 28 septembre, 2015 @ 7:59 dans NIGERIA | 13 commentaires »

JOUR 13/ KANO – POTISKUM

 

Toujours à Kano

 

On nous a oubliés à la poste de Kano où nous sommes partis acheter des timbres aussi décidons-nous de revenir à pied mais la ville est immensément grande et nous serions perdus si une âme du pays compatissante ne nous avait ramenés en voiture aimablement.

 

B (20)

photo du net

Nous ne pouvons partir de Kano sans voir la mosquée. Il fait trop chaud pour marcher, pourquoi n’essayerions-nous pas à nouveau l’auto-stop. Je me précipite sur un beau garçon en short et chaussettes montantes blanches prêt à rentrer dans sa voiture : « please sir, where is the mosk ? ». Il m’explique tant bien que mal le chemin et finalement m’invite à m’y accompagner, et c’est là que mes compagnons surgissent !!! Gentiment il nous laisse au pied de la mosquée et nous le remercions vivement.

Dans l’escalier en spirale nous manquons écraser des petits vautours faisant leurs premiers pas et sortant de leurs nids. Du haut la vue est très belle sur les toits haoussas des quartiers indigènes. A la sortie le gardien n’a pas l’air de trouver suffisants les deux schillings mais je connais le tarif.

 

Au retour nous ne pouvons éviter la traversée de la ville indigène et des quartiers de teintures indigo qui sentent si mauvais. J’ai l’audace de taper au carreau d’une voiture en stationnement pour demander la direction de notre hôtel et aussitôt le blanc cette fois interpellé se fait un plaisir de nous y amener jusque sur ses pelouses. Cool !

 

Aventures africaines – du Niger au Tchad (12/43)

Posté : 25 septembre, 2015 @ 7:39 dans NIGERIA | 18 commentaires »

A Kano

 

De nuit les routes du Nigeria (conduite à gauche) resteront à mes yeux l’image d’un cauchemar. Couvertes de gravillons qui ne pardonnent pas, elles se rétrécissent si brutalement à l’annonce des « bridges » (ponts) qu’il faut bien viser pour passer entre les deux piliers blancs en ciment. Quant elles sont goudronnées, elles ne le sont que sur une étroite bande, si bien que si une voiture arrive face à vous, c’est à qui restera au milieu jusqu’à une collision probable pour peu que les conducteurs soient têtus. Il y a une circulation intense et les camions sont dotés de phares blancs éblouissants. Heureusement que déviation se dit en anglais « diversion » !.

Zambia-Camion-1

 photo du net

Nous traversons des villages d’où se dégagent à l’entrée et à la sortie, d’affreuses odeurs. Les habitants uniformément vêtus de djellabas et de toques blanches poussiéreuses passent leurs soirées dans la rue à la lueur des lampes à huile. La foule est si dense qu’elle a envahi la chaussée. Si nous en écrasions un, nous n’en sortirions pas vivants. Nous arrivons à Kano vers les dix heures du soir.

 

Au centre de cette ville industrielle et laide, Gabriel nous a choisi un piteux hôtel de France. Nous qui avons emporté une élégante garde-robe de peur de choquer le raffinement britannique avec nos tenues de brousse, sommes déçus. Deux d’entre nous refusent de dormir là et vont à leurs frais au Central Hôtel plus chic. Ils ont comme une envie de prendre une douche sans marcher sur les cafards et de rouleur leur bosse dans les boites de nuit. Pour notre part, le dîner sera expéditif et le coucher tôt.

 

Aventures africaines – du Niger au Tchad (11/43)

Posté : 22 septembre, 2015 @ 8:23 dans NIGERIA | 12 commentaires »

JOUR 12/ BIRNI N’KONNI – KANO 

Frontière du Nigeria

A (19)

 

Nous partons relativement tôt, vers les 8h30. Une crevaison à Madaoua nous permet d’admirer des autruches dans un enclos, que nous photographions en évitant le grillage. Les enfants vendent des bâtons de guimauve. A Maradi, nous nous arrosons des pieds à la tête à un robinet en pleine ville avant de déjeuner dans un restaurant tenu par une femme qui connaît notre guide depuis vingt ans et qui nous soigne. Salle ombragée, boissons rafraîchissantes, tomates et foie de zébu.

 

A Jibiya, frontière du Nigeria, nous avons affaire à des types bornés qui ne savent pas faire le calcul des trois mois pour la validité d’un visa et nous font attendre the big man qui tranchera l’affaire après des palabres interminables en anglais petit nègre ! Encore une demi journée perdue dans un endroit inintéressant avec pour unique distraction un robinet à notre disposition et une camionnette autobus remplie de noirs ayant pour couvre chef de petites calottes blanches ou brodées, qui achètent des morceaux de canne à sucre à un jeune garçon et qui repartent sans avoir fini de payer ! Nous ne serons libérés qu’à sept heures du soir.

 

 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...