Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Archive pour la catégorie 'NEPAL'

Trek de Pokhara à Gandrung (8/8)

Posté : 13 janvier, 2015 @ 8:09 dans NEPAL | 21 commentaires »

 

Aujourd’hui c’est le big festival dans tout le Népal. La « Durga Puja ». On sacrifie à Durga qui est la forme en colère de Parvati, la femme de Shiva.

1 (4)

photos du net

Tout le peuple arbore la « tika » sur le front, entre les deux yeux, comme un œil supplémentaire qui permettrait de voir l’invisible, petit rond rouge d’argile colorée où sont agglutinés des grains de riz.

C’est le rôle des parents d’en munir leurs enfants et aussi l’objet d’une cérémonie où chacun se met à genoux pour la recevoir.

1 (10)

On a installé des grandes roues en bois sur toutes les places publiques qui font la joie des enfants. Ces manèges sont si répandus qu’on en voit le dessin sur les billets de une roupie. Des jeunes filles aux saris multicolores s’élancent debout sur des balançoires accrochées aux arbres.

1 (8)

Au petit temple, près du lac, on va sacrifier une petite chèvre dont les pattes avant sont attachées à un piquet et qui bêle lamentablement, pressentant déjà son sinistre sort. Un népalais la tire par la queue, la tendant sous l’énorme lame d’acier, le koukri, qui, d’un seul coup, lui sépare la tête du tronc. Celle-ci est aussitôt amenée près de l’autel de la déité déjà toute barbouillée de poudre rouge et de pétales de fleurs. Le corps est tiré plusieurs fois autour du temple laissant une traînée sanguinolente.

 

Trek de Pokkhara à Gandrung (7/8)

Posté : 10 janvier, 2015 @ 8:38 dans NEPAL | 19 commentaires »

 

4ème jour – NAUDENDA – POKHARA – 6 h de marche

 

Les deux villages sont à trois heures de marche, nous en mettrons six, sans guide.

Après un long parcours à flanc de terrasses, nous décidons de descendre à vue sur le lac de Pokhara qui est encore très loin. Mauvaise idée !

Nous essayons de nous frayer une voie à travers prés, rizières, lits de ruisseaux et bois. Puis la pente devient si forte que nous devons nous accrocher d’arbre en arbre, tout en écartant (quel courage) un réseau serré de toiles d’araignées qui nous bouchent le passage.

1 (19)

photos du net

Nous sommes arrivées à un tel point de fatigue que quand l’une de nous tombe par terre, elle ne se relève plus.

Je m’écroule près du lac enfin atteint dans la première cabane venue. Je commande un thé citron. Le garçon presse le citron entre ses doigts crasseux et me sert mon thé dans un verre peu appétissant, mais qu’importe, nous avons tellement soif. Le soleil a été si ardent que je crains l’insolation.

Un bain dans le lac nous rafraîchit en compagnie des buffles aux cornes aussi magnifiques qu’inquiétantes.

1 (20)

 

Après ce récit, vous allez penser que nous avons quelque faute grave à expier pour s’imposer tant de douleurs ! Que je vous rassure, nous faisons cela pour le plaisir. Plus il y a de difficultés à surmonter, plus nous sommes contentes d’avoir réussi, surtout quand on a en prime la beauté des paysages ou le sourire d’un enfant.

 

Trek de Pokkhara à Gandrung (6/8)

Posté : 7 janvier, 2015 @ 8:12 dans NEPAL | 19 commentaires »

 

3ème jour – GANDRUNG – NAUDENDA – 10 h de marche

 

On ne voit plus que la base des montagnes poudrées de neige fraîche.

Le soleil est réapparu. Nous faisons un arrêt à chaque source pour boire et se mouiller la tête. Dans la journée il fait très chaud.

1 (13)

photos du net

Nous avons compris maintenant que les sentiers népalais sont constitués de collines successives à franchir, avec chaque fois une descente, un torrent à traverser et une remontée par des marches hautes et irrégulières, représentant des dénivelées importantes.

J’en profite pour souligner le travail remarquable des népalais pour aménager ces escaliers empierrés.

1 (7)

Guillemette plus alerte que moi, me précède et je la retrouve à Chandrakott où elle fait la vedette au milieu d’un groupe du club med.

 Puis remontée sur Lumla et Naudenda où nous arriverons à 6 h du soir, après dix heures de marche pour moi (Guillemette allant plus vite, m’attendait avec un verre de thé).

 

Trek de Pokkhara à Gandrung (5/8)

Posté : 4 janvier, 2015 @ 8:38 dans NEPAL | 20 commentaires »

 

Vers 13 h 30 nous repartons sous une pluie de grêlons qui rendent les marches de l’escalier dangereuses.

1 (17)

C’est la fin de la mousson. Les sangsues vont s’en donner à cœur joie car elles sortent avec la pluie. Les fières exploratrices ne sont pas très rassurées. Ce petit ver, avide de sang, qui ondule, peut s’infiltrer dans les chaussures par les œillets des lacets ou vous tomber dans le cou depuis une feuille d’arbre. Il n’y a que le sel ou la brûlure de cigarette pour les détacher.

Nous atteignons le torrent rugissant qui s’est grossi des chutes de pluie, cherchons l’amorce du sentier sur l’autre rive et traversons le ruisseau où je perds l’équilibre sous la plus grosse cascade. C’est le fou rire inextinguible qui nous prend !

1 (5)

photo du net 

Nous tenons à peine debout, nos jambes sont tremblantes par l’effort. Le village de Gandrung est en haut de l’escalier de 600 mètres de dénivelé. Nous arriverons vers 17 h sans nos sacs, ceux-ci ayant été confiés à de jeunes garçons rencontrés avec l’espoir mais aussi l’inquiétude qu’ils les mèneront au but, car plus lestes que nous ils disparaissent vite de notre vue.

Les pics neigeux prennent des tons blafards dans la nuit qui s’annonce glaciale.

 

Trek de Pokhara à Gandrung (4/8)

Posté : 17 décembre, 2014 @ 8:40 dans NEPAL | 18 commentaires »

 

2ème jour – DHUMPUS 1800 m – GANDRUNG 2000 m – 8 h 30 de marche 

Le lever du soleil est impressionnant sur les montagnes qui nous apparaissent toutes proches.

Départ à 7 h. Le chemin grimpe. Nous devons traverser une partie de jungle avant d’arriver à Landrung.

1 (15)

photos du net

A mi-chemin de notre but, nous nous perdons et errons dans une végétation exubérante, avec des lianes qui pendent des arbres, des fougères qui nous frôlent dans un bruit assourdissant d’insectes et de cascades. Nous nous fourvoyons de plus en plus dans un fouillis d’arbres, de buissons touffus jusqu’à découvrir un joli petit lac. Puis à force de tourner en rond, le cœur battant, nous retrouvons notre point de départ et le chemin bien tracé où déjà des porteurs nous dépassent.

Après une descente périlleuse dans la terre glaise et les herbes glissantes jusqu’à une vallée nouvelle, nous n’en pouvons plus. Nous arrivons à Landrung après six heures de marche, complètement épuisées.

1 (16)

Depuis le village aux murs ocres où s’ébat une basse cour, la vue sur l’Annapurna est fantastique. Celle sur la suite de notre itinéraire n’est pas moins somptueuse. Il s’agit d’atteindre le torrent 400 m plus bas, avant d’en remonter 600 sur l’autre versant.

 à suivre en Janvier

Trek de Pokhara à Gandrung (3/8)

Posté : 14 décembre, 2014 @ 8:48 dans NEPAL | 23 commentaires »

 

Il fait bon s’abriter du froid dans une petite cabane où nous avons pour tout dîner une assiette de riz aux lentilles pour l’équivalent de deux francs par personne (menu qui restera immuable chaque soir).

1 (6)

photos du net

Devant un couple qui, pour faire le même parcours que nous, a engagé trois porteurs, un sherpa et un cuisinier, nous sommes fières d’y être arrivées par nous-mêmes. C’est vrai que les chemins du Népal ne sont pas dangereux pour deux filles seules (en 1977), les népalais étant de braves gens. Mais quand il s’agit de leur demander si l’on est encore loin du village à atteindre, ils ne veulent pas nous décevoir et nous disent toujours que c’est tout près !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Trek de Pokhara à Gandrung (2/8)

Posté : 11 décembre, 2014 @ 8:16 dans NEPAL | 22 commentaires »

 

1er jour – POKHARA 900 m – DHUMPUS 1800 m – 6 h de marche

 

La nuit est courte. J’ai rendez-vous avec Guillemette devant l’aéroport à 7 h 30. Le bus nous mène au Chinese Hospital, point de départ pour s’enfoncer dans la vallée vers le Tibetan Village et Hyengia.

Nous traversons en équilibre précaire des ponts branlants en bambou, enjambant des torrents bouillonnants. Sans garde fou, cela devient un exercice périlleux quand il faut croiser des porteurs lourdement chargés et qu’il n’y a place que pour une personne. Je frémis en pensant aux ponts du Zanskar faits de lianes tressées et qui font balançoire au-dessus du précipice.

1 (12)

photos du net

Le chemin est loin d’être évident, surtout quand il faut se fier aux indications des enfants malicieux en échange de bonbons.

1 (11)

A Sukhet, nous buvons deux thés coup sur coup, la gorge un peu nouée en examinant la falaise à pic qui nous domine de ses 400 m et qu’il va falloir gravir par un escalier de quelques deux mille marches qui semblent escalader le ciel.

1 (14)

Une fois là-haut, toutes haletantes, nous devons contourner plusieurs flancs de montagne couverts d’admirables terrasses avant d’arriver à Dhumpus sur une crête face à un immense panorama.

 

Trek de Pokhara à Gandrung (1/8)

Posté : 7 décembre, 2014 @ 8:50 dans NEPAL | 28 commentaires »

Je suis au Népal à la bonne saison, loin de la période de mousson et j’ai bien envie de partir à l’aventure !

J’ai trouvé une charmante copine qui veut bien partager ces moments avec moi , elle se nomme Guillemette, il faut que je vous la présente. 

1 (2)

Pour employer ses termes favoris, je dirai qu’elle est une super fille vachement chouette. Elle a 23 ans, une jolie frimousse avec des joues rouges comme une campagnarde, une tête toute frisée, des yeux ronds toujours prêts à s’extasier sur tout.

Ses premiers mots en me voyant : « j’espère que t’es pas trop chiante à vivre ! » Comme entrée en matière, ça met tout de suite dans l’ambiance.

Accord conclu sur le champ, nous irons jusqu’à Gandrung. Nous partirons ce lundi du mois d’octobre avec des provisions, une gourde (je précise sans whisky !), un duvet chaud et notre courage. Il en faudra.

Pokhara au Népal (7/7)

Posté : 4 décembre, 2014 @ 8:36 dans NEPAL | 21 commentaires »

 

Retourà Pokhara

L’aéroport de Pokhara est curieusement une prairie d’herbe verte broutée par les vaches qu’on écarte au moment de l’arrivée de l’avion !

Quand Barry s’envolera pour Perth, je serai sur les montagnes avec Guillemette, ma nouvelle compagne. Il nous verra du ciel et nous promet de nous envoyer un caillou sur la tête pour qu’on ne l’oublie pas ! En attendant il me dédicace un petit livre de short stories en anglais, acheté au marché. Il me remercie de l’avoir mené sur les sommets grâce surtout à la gourde de whisky que je portais dans mon sac à dos. Je fus, m’écrit-il son « rayon de soleil » ! 

En attendant, il faut se restaurer car nos jambes sont molles pour pédaler. Nous visitons le Tibetan Village près de l’aéroport, où les réfugiés vivent difficilement de leur artisanat et de la vente d’objets anciens sauvés du Tibet, mais qui s’épuisent au fil du temps.

Puis nous faisons une promenade sur le lac dans une barque taillée dans un arbre, étroite et instable.

phewa-tal-min

photo du net 

Pendant le dîner qui suivit, un homme passa entre nos tables proposant des champignons hallucinogènes (delight mushrooms) et Barry qui n’avait pas compris de quels champignons il s’agissait, trouva que le prix de vingt roupies le sachet était vraiment trop cher pour une simple omelette !… 

Pour notre dernière soirée, nous assistons à un spectacle de danses époustouflant. Il y avait là un garçon qui jouait sur huit tam tam à la fois et un travesti, qu’on prenait réellement pour une fille aguichante, qui faisait de superbes clins d’ oeil aux spectateurs.

P1070396

photo du net

 

 

Pokhara au Népal (6/7)

Posté : 1 décembre, 2014 @ 8:43 dans NEPAL | 23 commentaires »

La maison de thé 

Les flancs des collines sont stupéfiants, aménagés patiemment par la main de l’homme en centaines de terrasses où poussent le riz, le dal ou l’orge. Le torrent rugit plus bas. Les sommets se cachent sous les nuages noirs. La pluie commence à tomber.

4327092-Tea_seller_Sarangkot_Nepal

photo du net

Une maison de thé est placée là providentiellement. Après le namasté d’usage, nous sommes d’autant mieux accueillis que nous apprenons quelques mots de népali : « calotchia » signifie thé noir et « nini » sucre. Après trois heures de marche, nous atteignons Sarangkot.

nepal 1

A la descente une petite fille s’est ouvert la gorge sur un caillou. On nous demande de la soigner mais nous ne pouvons rien faire d’autre que de lui serrer un foulard autour de la plaie béante. Elle reste stoïque, accrochée à la hotte d’un garçon de dix ans qui la transportera au pas de course jusqu’au docteur à Pokhara.

 

1234
 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...