Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Archive pour la catégorie 'MALDIVES EMBUDU'

Maldives île d’Embudu (13/13)

Posté : 21 mars, 2010 @ 9:09 dans MALDIVES EMBUDU | 9 commentaires »

 

img32561.jpg 
ange royal

C’est un éblouissement permanent : les petits balistes à la queue orange, les demoiselles, les poissons anges, les papillons qui vont toujours par deux avec une grosse tache noire sur le dos simulant un œil pour faire peur aux prédateurs potentiels,

 img3248.jpg
poisson papillon

poisso010a.jpg

les chirurgiens avec un scalpel près de la queue dont le plus commun et pourtant si beau arbore une robe bleue et jaune avec un ventre blanc et une tête noire, les sergents majors rayés comme des bagnards, le poisson coffre qui peut se gonfler en avalant de l’eau pour intimider ses adversaires et surtout le diagramme oriental (un drôle de nom pour un poisson) dont la livrée est rayée jaune et noir avec des points noirs sur la tête et les nageoires.

poisso019.jpg
diagramme oriental


Une véritable menace pèse sur ces poissons tropicaux qui sont très recherchés pour les aquariums du monde entier et aussi sur les requins dont les ailerons sont très appréciés dans les pays asiatiques.

img3239.jpg
poisson chirurgien

C’est avec nostalgie que nous quittons l’île, où nous ne reviendrons probablement plus, les joues hâlées par le soleil tropical et l’esprit empli de la beauté des paysages.

Maldives île d’Embudu (12/13)

Posté : 18 mars, 2010 @ 9:00 dans MALDIVES EMBUDU | 16 commentaires »

A marée haute j’ai pu traverser le récif avec assez de hauteur d’eau pour atteindre les bords du tombant que j’ai suivi un bon moment (notre hantise est de toucher avec les genoux les coraux qui sont souvent coupants et urticants). De plus il est interdit de toucher à quoi que ce soit pour garder un environnement intact et je le comprends.

Une murène de couleur marron, grosse comme le bras, a brusquement surgi au-dessous de moi. Un mérou passait au loin, un baliste s’est approché, justement le dangereux et j’ai eu une montée d’adrénaline pendant que jem’enfuyais à toutes palmes ! A l’endroit du tombant, l’eau accumulée sur 30 mètres de profondeur prend une teinte bleu foncé et c’est comme un écran géant où passent des familles de poissons de toutes les couleurs dans tous les sens. C’est un spectacle féérique !

mald136.jpg

Le ponton des pilotis, c’est notre endroit de prédilection pour arriver sur le tombant au bout duquel un banc de vivaneaux rayés jaune a élu domicile.

 vivaneaux5.jpg
vivaneaux

 Là nous tombons sur un mur d’une centaine de poissons cochers, ceux-ci rayés blanc et noir avec la queue jaune et une grande antenne blanche qui part vers l’arrière. Les nasons noirs, si curieux avec leur éperon nasal , nous frôlent de tous côtés, on pourrait les toucher.

 nason3.jpg
nason

 De grosses carangues d’un bleu électrique, toujours par trois, nous passent entre les jambes.

 poisso025.jpg
carangue bleue

 Un poisson perroquet reste sur place pendant que de minuscules labres rayés bleus et noirs lui font la toilette des ouies. Ces poissons portent bien leur nom car leur robe est chamarrée de toutes couleurs, bleu, turquoise, orange, rose, violet et jaune. Ils croquent le corail avec bruit pour se nourrir.

dcp0990.jpg

Maldives île d’Embudu (11/13)

Posté : 15 mars, 2010 @ 8:52 dans MALDIVES EMBUDU | 12 commentaires »

img5059.jpg 

Nous resterons aux abords des passes et irons visiter le « trou bleu » face au bar sur pilotis où les formations coralliennes sont plus importantes. Certains jours il y aura du courant et la mer sera agitée.
Je vais faire la risée de toute la plage, car accrochée au drapeau de la passe du bungalow 78, je vais perdre la vitre de mon masque qui tombera au fond de l’eau. Je n’avais plus sur la figure que le tour en caoutchouc noir et j’ai du demander de l’aide à deux nageurs qui passaient « help, help » leur ai-je dit. Je devais avoir l’air très bête et j’ai déclenché leur hilarité !

poiss007.jpg
 carangues grises sous le ponton

En 1998, l’algue caulerpa taxifolia qui détruit les coraux de tous les océans et dont la propagation est liée au réchauffement de la planète, s’attaque aux Maldives Les coraux deviennent tout gris, se cassent. C’est un désastre car ils ne repoussent que de quelques centimètres par an. Ils sont attendrissants les petits qui repoussent, ils ont des couleurs roses, bleues ou violettes et resplendissent comme des bijoux . Leur protection a fait l’objet de mesures dont l’interdiction de l’ancrage des bateaux sur les coraux et la création de réserves naturelles marines.

platiercoraux3photfpoiraudlambert2002.jpg
photo F.Poiraud Lambert

Au bord des plages les petits poissons volants s’élèvent au-dessus de l’eau en vol plané. Sous l’eau les brêmes de mer, incolores, affluent en masse. Dans le lagon je verrai un vilain poisson pierre immobile, tapi sur un rocher , prêt à dresser ses épines venimeuses mortelles. A ne pas caresser !

poissonpierre264252.jpg
poisson pierre photo Alice Assa

Plein de petits requineaux adorables et peureux circulent dans très peu d’eau. Affluence autour d’une tortue qui va respirer de l’air en surface. Découverte d’une raie pastenague cachée sous le sable et qui s’enfuit. Sous les piles du pont des pilotis un banc de carangues grises est toujours présent. Les poissons s’écartent à peine pour vous laisser passer et le banc se referme aussitôt au bout de vos palmes.

Maldives île d’Embudu /10/13)

Posté : 12 mars, 2010 @ 8:55 dans MALDIVES EMBUDU | 13 commentaires »

img5031.jpg

Se baigner aux Maldives, c’est pénétrer dans un aquarium géant. Les eaux cristallines qui entourent les atolls révèlent le plus fascinant des spectacles, outre les coraux, une étonnante concentration de poissons. Ici « même les requins sont amicaux » affirme un slogan publicitaire ! Ne riez pas, je prends une bouée pour la sécurité, mais je sais faire sans !

img5078.jpg
requin pointe noire

 

Nous sommes venues pour les poissons et là tout dépasse notre imagination. Dès que l’on se trouve au-delà des passes, entre le bleu profond du tombant et le récif qui le borde, on est au milieu de centaines de poissons de toutes couleurs qui nous croisent en tous sens, s’écartant juste au dernier moment pendant que des profondeurs surgissent les « gros » qui passent impassibles, heureusement sans nous prêter attention. Nous verrons un grand requin continuer sa route et aussi comme une apparition fantomatique, une sorte de poisson trompette d’un mètre trente de long environ avec la queue en éventail, dont mes yeux éberlués ont suivi le long défilé. Dans mon souvenir, je me demande si ce n’était pas une hallucination !

img5074.jpg
baliste

Le seul poisson qui nous fait véritablement très peur, nous donne même une trouille folle, c’est le baliste qui peut atteindre 75 cm de long et dont la description nous laisse pantoises. Et j’en rencontrerai cinq dont un qui s’approchera très près de moi. Immédiatement reconnaissable à sa livrée jaune verdâtre assez blafarde marquée d’une résille plus sombre, extrêmement agressif envers les plongeurs durant la saison des amours ou quand il est de garde près du nid, il peut infliger de profondes et très douloureuses morsures grâce à ses dents acérées qui peuvent même inciser le métal. Il est conseillé d’éviter à tout prix de traverser son territoire dans le cas d’une rencontre en plongée. Attention ! Les balistes définissent leur territoire du fond à la surface. Mieux vaut faire un grand détour car c’est une espèce courageuse et rapide qui n’hésite pas à suivre ceux qui le dérangent même sur de longues distances.

Maldives île d’Embudu (9/13) le tsunami

Posté : 9 mars, 2010 @ 8:51 dans MALDIVES EMBUDU | 11 commentaires »

Avant de vous parler de la rencontre avec les poissons (qui était le but de notre voyage), il ne me reste plus qu’à vous raconter le tsunami par la bouche d’une vieille allemande venue 18 fois dans l’île durant 49 semaines.

mald058acopier.jpg

« C’était le matin du 26 décembre 2004, un jour après Noël. Subitement nous avons vu le lagon se vider de son eau. J’ai couru jusqu’au club de plongée. Par le biais de la météo ils avaient eu quelques informations. Ils m’ont dit de courir faire le tour de l’île pour prévenir les gens de quitter immédiatement les bords de la plage. Les uns sont partis d’un côté, les autres de l’autre. Je criais « danger de vie » « danger de vie » !

 Puis l’eau est revenue et le niveau est monté sans faire de vague en quatre épisodes, toujours plus haut. Les vitres dans les pilotis (par où l’on aperçoit les poissons) se sont soulevées et l’eau a envahi les chambres. Les gens avaient eu le temps de se sauver. Nous avons eu la chance que l’île ne soit pas dans le trajet direct du tsunami, mais cela n’a pas été le cas pour l’île d’en face, Embudu Finolhu et nous avons vu plein de débris arriver à la côte. »

mald172acopier.jpg

Il faut dire qu’autrefois on détruisait le récif qui constitue une barrière naturelle, pour construire les maisons en coraux. Si bien que Malé a dû s’entourer d’ une sorte de digue pour se protéger, faite de tétrapodes en béton qui a coûté 3300 euros le mètre.

mald112acopier.jpg

Maldives île d’Embudu (8/13)

Posté : 6 mars, 2010 @ 8:47 dans MALDIVES EMBUDU | 12 commentaires »

 

Pour rompre avec la monotonie du séjour nous avons fait une excursion en bateau vers une île de pêcheurs au sud Maafushi, une île déserte et une île à touristes Biyadhoo.

mald049.jpg  mald042.jpg

L’île des pêcheurs nous a paru très pauvre. Elle a subi des dégâts avec le tsunami et ils reconstruisent. Ils essayent de vendre des souvenirs aux touristes les visitant et ils ont peint leurs boutiques de couleurs criardes. Nous n’avons pu qu’apercevoir de loin les femmes voilées vêtues de robes longues. Les corbeaux nous ont assailli par leurs cris. Des bateaux étaient en construction.

mald016.jpg  mald026.jpg

mald056.jpg mald033bis.jpg

L’île déserte était en fait un banc de sable au milieu de nulle part et le bateau ayant ancré à une centaine de mètres, nous y sommes parvenues à la nage. Seul un tronc d’arbre émergeait du sable blanc et fin comme de la farine.

img5007.jpg

L’île à touristes était très fleurie (fleurs de tiaré ou de frangipaniers, nous ne savons pas exactement) avec une végétation luxuriante, mais nous l’avons trouvée trop sophistiquée par rapport à la nôtre, donc finalement nous étions très contentes de retourner à Embudu.

mald065.jpg

Maldives île d’Embudu (7/13)

Posté : 3 mars, 2010 @ 9:00 dans MALDIVES EMBUDU | 8 commentaires »

img5088.jpg

Une heureuse coïncidence a fait que ma fille a retrouvé une amie de son bureau venue avec son mari dans la même île et pour la même période que nous. Nous allons ensemble au bar pour un apéro à la bière et au coca et le mari très sportif est heureux de nous conter sa rencontre avec des monstres de poissons comme il n’en a jamais vus ailleurs. Un baliste, dont je vous parlerai de la dangerosité plus tard, lui a mordu le bout d’un doigt en lui arrachant le morceau de pain qu’il tenait !

mald096.jpg

 

Le dos de Brigitte commence à prendre des couleurs et notre voisin de table, lui, est carrément brûlé, il n’a pu dormir de la nuit. A l’heure chaude après le repas, nous nous étendons sur des chaises longues en plastique jaune moulé à l’abri du soleil sous les palmes tout en prenant quelques bains dans le lagon pour nous rafraîchir. Et le soir nous nous rendons du côté du bar sur pilotis pour voir le soleil se coucher dans la mer.

mald155.jpg

Nous pourrions nous faire faire des massages un peu particuliers par des indiennes qui ont là un cabinet. En voici un exemple : massage marmas pour le corps, l’esprit et l’âme.

mald0671.jpg

Ce massage exotique et très thérapeutique, qui utilise de l’huile à base de plantes aromatiques, est inspiré par l’Ayurveda et stimule les marmas, les points de pression primordiaux du corps. Ce massage à plein le corps commence avec l’équilibrage des marmas par la tête. Les points du corps sont ensuite massés avec les pieds de la thérapeute puis par la main avec de larges et grandes caresses. Ce traitement s’achève avec un masque du corps curatif à base de plantes suivi par une douche chaude. Ce massage apporte un re-équilibrage complet du corps, de l’esprit et de l’âme.

Maldives île d’Embudu (6/13)

Posté : 28 février, 2010 @ 10:22 dans MALDIVES EMBUDU | 18 commentaires »

 mald060.jpg

La faune terrestre est bien pauvre au regard de la faune marine dont je vous ferai la description un peu plus loin.

mald169.jpg

Quelques aigrettes ou hérons sont perchés sur les coraux, à l’affût de leurs poissons préférés. Nous en verrons un près des pilotis au cours de nos sorties nocturnes, où la lumière au bout des pontons, projetée sur l’eau, attire les poissons. Pas de serpents venimeux sur ces rivages consciencieusement nettoyés par les crabes qui sortent la nuit et laissent sur le sable les empreintes de leur ballet nocturne. De grosses chauves souris s’envolent d’un arbre à l’autre. Les lézards sont friands des fourmis qui hantent les salles d’eau et le soir les geckos ne peuvent plus se livrer à la chasse aux moustiques, ils ont disparu !

mald144.jpg

 Nous avons entendu quelques cris d’oiseaux sans les voir toutefois à l’exception de corbeaux dans l’île de Maafushi. Ah j’oublie les chats. Il y a trois chats roux qui se promènent. Ils semblent bien maigres et nous nous demandons si quelqu’un les nourrit. Aussi, un soir, prises de pitié nous avons préparé un « sandwich » pour leur porter !

mald146.jpg

La liste des essences végétales s‘accommodant mal du sol sableux des atolls est limitée : bambou, pandanus, bananier,

 51.jpg

arbre à pain, banian, cocotiers , palmiers et palétuviers d’anciennes mangroves. Nous verrons même l’arbre à papayes dans un village de pêcheurs.

mald067.jpg

Maldives île d’Embudu (5/13)

Posté : 25 février, 2010 @ 8:49 dans MALDIVES EMBUDU | 12 commentaires »

mald045.jpg

Tous les soirs nous aurons un dîner à thème, soit asiatique, western, chinois, italien et barbecue. Nous dégusterons frites, chips, beignets de poisson, poulet à l’ail ou tandoori, gigot, pommes sautées, riz blanc ou au safran et beaucoup de pâtes avec sauce tomate et parmesan, possibilité d’une omelette le matin, du pain délicieux, des fruits de la passion, de l’ananas et de la pastèque avec des crèmes aux fruits de la passion et quelques gâteaux finalement pas si mauvais . Nous éviterons les entrées de crudités ainsi que les plats trop épicés que nous laisserons dans nos assiettes un peu honteusement. Nous buvons bien sûr de l’eau minérale et curieusement celle-ci vient de Suisse.

 

mald083.jpg

Je discute avec notre serveur qui me dit qu’il ne retourne voir ses parents qui sont au sud de l’atoll qu’une fois tous les deux ans. C’est le sort de tous les employés de l’hôtel et quand ils ont fini leur service, ils jouent au volley malgré la chaleur. A mon avis les plus mal lotis sont ceux qui, un balai en main et pourtant sourire aux lèvres, passent leur journée à ramasser les feuilles qui tombent des arbres pour que nous, les touristes, puissions marcher pieds nus sur le beau sable propre, travail sans fin. Ils sont certainement mal rétribués et le peu qu’ils gagnent, ils doivent l’envoyer à leur famille pour la faire vivre. A choisir c’est peut-être mieux que de balayer les caniveaux de Paris ? Dites-moi.

mald206.jpg

Maldives île d’Embudu (3/13)

Posté : 19 février, 2010 @ 8:56 dans MALDIVES EMBUDU | 16 commentaires »

 

45 minutes de traversée en bateau et nous découvrons l’île qui va nous accueillir pour une semaine. C’est une crête chevelue d’un beau vert émeraude qui sort du lagon dont la couleur turquoise tient sa promesse. Ici la nature est reine.

mald039.jpg

Nous allons comprendre que le paradis, ça se mérite !

 mald126.jpg

Mauvaise surprise, nous écopons du bungalow 103, le plus moche, au cœur de l’île, loin de la mer, avec une vue sur des bâtiments affreux et si ce n’était que ça ! Mais la clim. est essoufflée pour une si grande pièce, sans une armoire où poser nos affaires, avec un minuscule lavabo. Il y a plus de cent bungalows similaires dans l’île et quand nous voulons retrouver le nôtre, nous tournons en rond un bon moment pendant que la sueur du front nous dégouline dans les yeux ! En faisant le tour de l’île, pourtant petite, peut-être 300 sur 400 mètres , nous essayons de nous repérer : ici le restau, là le bar, la volière, l’allée d’arbres, le ponton aux pilotis, le ponton d’arrivée près du bar au-dessus de l’eau, côté coucher du soleil.

mald044.jpg

Pour résumer, nous sommes fatiguées, nous « crevons » de chaud, pas un poisson visible sur le bord de la plage dont l’eau s’est presque retirée alors que Brigitte déjà venue disait qu’on ne pouvait pas mettre un pied dans l’eau sans qu’un poisson vienne vous picorer les mollets.

mald064.jpg

Le déjeuner n’est pas ce qu’on espérait et les desserts sont de curieuses gélatines vertes ou rouges ! Par contre la salle du restaurant est bien aérée avec ouvertures sur le jardin et ventilateurs au plafond. Le grand hall salon avec de beaux fauteuils en rotin et vues sur la végétation et fleurs de bougainvillées, avec le sol en sable, est assez sympathique. Nos voisins de table sont charmants, c’est le hasard qui les a mis là.

mald220b.jpg

12
 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...