Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Archive pour la catégorie 'LIBYE FEZZAN'

Carnet de voyage désert libyen (5/13) Teshuinet – In Amenal

Posté : 14 juin, 2011 @ 5:23 dans LIBYE FEZZAN | 16 commentaires »

 

Jour 7 – Teshuinet – point d’eau -In Amelal

Arrivée au point d’eau de méharistes. Les rencontres entre touareg sont toujours sujettes à de grandes accolades et exclamations bruyantes. Les filles se lavent les cheveux au « lavoir ». Amgar fait des tresses à Isabelle. Aujourd’hui déjeuner de lentilles puis sieste le temps de les digérer. Il fait très chaud.

libye42.jpg

Balade très belle à laquelle je participe. A 15 h en plein soleil, traversée d’un grand espace où l’on imaginerait au loin le bord d’une plage pour se rafraîchir, mais hélas non. Il fait au moins 40° à l’ombre. Puis montée raide de dunes pour arriver à un point de vue à vous couper le souffle dans tous les sens du terme. Nous nous asseyons précautionneusement sur une crête de sable avec le vide de chaque côté. La plaine d’in Amenal est sous nos yeux, des étendues de sable rouge et de rochers à l’infini. Descente raide dans le sable mou, attention de ne point chuter sur les rochers en bas.

 libye10.jpg

On m’attend et m’encourage en m’applaudissant. Amgar fait la course avec Sandrine qui en perd ses lunettes (retrouvées par la suite en retournant sur ses traces). Arrivée pour un thé mérité. Amgar nous montre les photos de sa famille. Le sable c’est comme la neige en montagne, sauf que la température est différente. Toujours personne à l’horizon. Grands espaces. On oublie tout : rhume, asthme, ampoules, coliques, mal au genou !!! Les touareg ont joué à lancer des cailloux dans des trous et se veulent les plus adroits. Ils adorent rire et jouer comme de grands enfants.

libye56.jpg

Carnet de voyage désert libyen (4/13) Akakus – Canyon de Teshuinet

Posté : 12 juin, 2011 @ 7:57 dans LIBYE FEZZAN | 10 commentaires »

 

Jour 6 – Akakus – Canyon de Teshuinet

Une heure de marche le matin, une heure l’après-midi. J’avale une mouche. (intéressant n’est-ce pas comme détail ) (oui je suis essoufflée, alors forcément j’ouvre la bouche pour mieux respirer !) Visite d’une zériba (hutte en paillis) habitée par une famille qui garde des chèvres.

 libye78.jpg

Nous en achetons une qui bêle lamentablement. Une fillette fait rouler un jouet avec des roues en boîtes de vache qui rit ! Déjeuner sous une roche en surplomb. La chèvre est égorgée, puis dépecée.

 libye33.jpg

Vu quelques peintures sous abris : char au galop volant des guaramantes, soldats se battant avec des arcs pour une urne qui contient peut-être un trésor, préparation d’un mariage où l’on voit une femme se lavant les cheveux ou bien bergère jouant de la flute pour sa chèvre.

 libye38.jpg

Bivouac dans le fond d’un canyon entouré de forteresses de pierre imprenables. Je monterai à un petit col le lendemain et découvrirai dans le sable une chenille rouge et bleue à la tête jaune, futur papillon. A part les trous des gerboises, les traces de lézards ou de gazelles, les oiseaux comme le moula moula noir et blanc ou les corbeaux qui attendent notre départ, on ne voit ni scorpion, ni vipère qui sont en hibernation en cette saison et l’on peut marcher pieds nus sans crainte dans le sable. C’est très sensuel de marcher pieds nus dans le sable !

libye41.jpg

Carnet de voyage désert libyen (3/13) Akakus

Posté : 8 juin, 2011 @ 7:34 dans LIBYE FEZZAN | 9 commentaires »

 

Jour 5 – Erg Titersine – El Awinat (douche) – Akakus – soirée France 2

Une heure à pied sur l’erg le matin. Retour à El Awinat pour une douche fort appréciée. Déjeuner sous un abri rocheux dans l’Akakus, près du rocher nommé le doigt pour sa forme particulière. Plat spécial de riz pour moi (oui j’ai quelques problèmes d’intestin et le cuisinier est adorable) . Pour nous approcher d’un abri à peintures, les 4×4 ont pratiquement escaladé des dalles rocheuses et les cailloux noirs du reg.

libye76.jpg

Des journalistes de France 2 sont présents sur le site et filment nos touareg et nous-mêmes pour un film qui passera avec le Dakar en janvier. J’ai mis mon tee-shirt turquoise et mon beau chèche bleu en écharpe. Je fais même un petit discours devant les caméras. Les touareg sont magnifiques en train de marcher sur la crête de la grande dune, avec leurs djellabahs de couleurs vives.Ils se découpent sur le ciel d’un bleu pur. Au moment du Dakar, le reportage passera, il ne durera … que quelques secondes !

libye35.jpg

Carnet de voyage désert libyen (2/13) Maghidet – Ghat – Titersine

Posté : 4 juin, 2011 @ 7:29 dans LIBYE FEZZAN | 13 commentaires »

 

Jour 3 – Takioumet – Labyrinthe de Maghidet

Amgar me dit : « toi 4×4 Moussa » si bien que je ne participe pas à la montée du canyon pierreux vers le site de Maghidet et n’en suis pas trop mécontente car le soleil tape dur.

libye21.jpg

Je monte à l’avant du véhicule pour un véritable rodéo dans les sables mous, y traçant de profondes ornières avec arrêt dans des paysages somptueux, quelquefois à la poursuite d’un lézard dont on me fit le dessin dans le sable. Avec le coucher du soleil, les pitons rocheux percés de toutes parts se profilent sur un ciel rose. La nuit, j’ai beau être éloignée des autres, mon ronflement fait écho !

libye9.jpg
non ce n’est pas Kadhafi ! lol !

Jour 4 – Maghidet – oasis de Ghat – erg Titersine

Une demie heure de marche jusqu’au point de vue d’un petit mont au loin. Traversée de l’erg « crème chantilly ». Le 4×4 descend des pentes où l’on crie de peur. On course un fennec. Encore 130 kms de piste pour Ghat. On a sommeil malgré les cahots. Cela sent beaucoup l’essence à l’intérieur du véhicule, c’est un peu inquiétant mais personne ne fume !

Arrêt pour le déjeuner à l’ombre d’un mimosa. Un lézard dangereux est rentré par la portière. Il faut le déloger.

Visite de Ghat et de sa vieille ville, du fort italien, achats de bijoux et mètres de tissu pour confectionner des chèches (il en faut au moins six mètres pour que le chèche soit valable !). Nous délaissons la couleur bleue car elle déteint sur la peau, mais pour les touareg c’est un signe de beauté et c’est pourquoi ils ont été dénommés « hommes bleus » ! Nous cherchons du bois sur de grands espaces et perdons (momentanément) la voiture du cuisinier. Bivouac dans des dunes ocrées parsemées de rares arbustes.

libye26.jpg

Carnet de voyage désert libyen (1/13) Takioumet

Posté : 31 mai, 2011 @ 7:42 dans LIBYE FEZZAN | 9 commentaires »

 

Jour 1 – Paris Zurich Tripoli Sebha Campement de Germa

Pas moins de trois avions pour arriver à Sebha, à 800 kms au sud de Tripoli. Après un vol sur les lignes libyennes qui n’inspiraient pas trop confiance, c’est la ruée dans une obscurité presque totale pour récupérer ses bagages entassés sur deux chariots. Heureusement, Emmanuelle, notre correspondante de Nomade, est là pour nous réceptionner. Elle vit ici avec un targui.

Encore deux heures de route, tassés dans deux taxis, pour atteindre le campement de Germa à 160 kms, où nous arrivons à presque minuit. Douche, nuitée dans un lit, petit déjeuner assis sur une chaise, les dernières commodités avant longtemps.

Jour 2 – Germa – El Awinat – Oasis de Takioumet

Encore 350 kms en taxi avant d’être enfin à El Awinat (Serdeles) où nous attendent les touareg et les 4×4.

libye2.jpg

Le soir, arrivée, assez épique avec deux véhicules ensablés, dans le superbe cirque de Takioumet. De se trouver là, notre coeur bat fort tant est inimaginable la splendeur de nos premières dunes. C’est là que nous allons bivouaquer ! On cherche l’oasis, il n’y en a pas. Seulement de l’eau à un mètre sous le sol qui rendra nos duvets humides au petit matin.

libye.jpg

Philippe et son père sont déjà sur la plus haute dune, Andrée et moi sur de plus petites où l’arrivée sur la crête se fait à genoux dans un sable fin qui coule. Mou mou le sable, dure dure la montée ! Nous sommes en émoi devant tant de beauté surtout au moment du coucher de soleil. Nous dominons les voitures qui semblent minuscules au milieu des sables.

libye59.jpg

Nous installons nos matelas pour la nuit loin les uns des autres et faute d’avoir pris des repères, nous aurons du mal à les retrouver à la lueur de nos lampes électriques après le dîner car le croissant de lune ne sera pas encore levé. Nous nous retrouvons autour du feu allumé par nos touareg et la soirée est joyeuse, les yeux brillent à la lueur des flammes.

Je dors très mal, je ne sais si c’est dû aux nombreux thés mais je crois que c’est plutôt l’excitation d’être dans un si bel endroit !

Merveilles du Fezzan – désert de Libye (présentation 6/6)

Posté : 27 mai, 2011 @ 9:50 dans LIBYE FEZZAN | 14 commentaires »

 

Les soirées

Après le dîner, les touareg nous conviaient à venir les rejoindre autour du feu de bois. J’avais bien du mal à m’asseoir par terre et je m’amenais une couverture pour en faire un coussin. Ils nous réservaient les meilleures places car le vent nous chassait la fumée dans les yeux qui piquaient horriblement. Ils nous offraient plusieurs verres de thé sucessifs et n’auraient jamais bu avant nous. Ils faisaient mousser le thé très sucré et mettaient l’écume dans les verres avant le thé qu’ils versaient de très haut.

libye34.jpg

Un soir on jouait aux devinettes ou à des problèmes mathématiques qu’on exposait sur le sable comme sur une ardoise : ex comment avoir un litre d’eau avec 3 bidons respectivement de 8, 5 et 3 litres ? Un autre soir, on chantait à tour de rôle. Les touareg inventaient peut-être des couplets où ils parlaient de nous ou des évènements de la journée. Se moquaient-ils? Nous n’en savions rien mais nous reprenions en choeur les refrains : douyéné ou madiralla la la la ! En tapant des mains et eux sur un bidon plastique qui servait de tam tam. C’était très gai et ça réchauffait. Une fois, on a fait circuler un briquet, quand celui qui chantait s’arrêtait, c’était au possesseur du briquet de chanter à son tour. J’ai bien fait semblant de le cacher mais j’ai dû m’exécuter : « nuit de chine, nuit caline » … Philippe réinventait des chansons comme celle de Renaud : « derrière Amgar, sous le cagnard … le désert c’est beau ».

libye31.jpg

D’autres fois les touareg s’intéressaient à nos moeurs respectifs concernant surtout le mariage. Ou alors ils nous posaient des questions sur la façon de se débrouiller en arrivant à Paris (leur rêve bien sûr) et aussi pourquoi en Allemagne des gens se mettent tout nus. Alors on leur a un peu expliqué ce qu’était le naturisme et on était bien contents que ce soit en Allemagne !

Tous les soirs on se trouvait un coin pour dormir et étaler son duvet sur son matelas en essayant de se cacher du vent. C’était magnifique de pouvoir dormir sous la voûte céleste tant les étoiles et le croissant de lune brillaient. Interdit de s’endormir avant d’avoir vu trois étoiles filantes. La température des premières nuits fut idéale, environ 15°, mais cela ne dura et les trois derniers matins, nous nous levions avec 5° ce qui faisait apprécier le thé brûlant.

Merveilles du Fezzan – désert de Libye (présentation 5/6)

Posté : 23 mai, 2011 @ 10:00 dans LIBYE FEZZAN | 14 commentaires »

 

Les marches

Tous les matins Amgar nous signalait le départ pour la marche en montant au sommet d’un rocher (quand il y en avait un). On aurait cru le chant du muezzin qui appelle à la prière, puis il nous rassemblait en disant « on y va ». Chaque jour une heure de marche était prévue pendant que les touareg rangeaient le camp. Puis les voitures rejoignaient les marcheurs.

libye19.jpg

La marche était très rapide et les difficultés grandes : cailloux, sables mous, montées de dunes. Philippe et son père s’étaient très bien entraînés en effectuant 500 kms à pied, les cinq derniers week-end précédant le voyage. Donc le premier jour, test pour connaître les capacités de chacun : je me trouve bel et bien la dernière. Désormais je me garderai pour les balades les plus intéressantes et le reste du temps je resterai avec les touareg en visitant les environs, ce qui ne me privera pas puisque je verrai d’autres paysages avec les voitures. Par contre les deux filles seront surnommées les gazelles.

libye11.jpg

En résumé, j’ai évité la montée laborieuse en plein après-midi d’un canyon pierreux vers Maghidet ainsi que la trop longue marche le jour de l’arche. J’ai pleinement profité des plus beaux paysages d’In Amelal dans l’Akakus, par deux balades de deux à trois heures ainsi que de l’oued Mathendous avec toutes ses gravures que je ne voulais manquer à aucun prix (4 h de marche sur du plat). Je devais toujours courir derrière le guide. C’est vrai qu’avec ses grandes jambes, je devais faire plus de pas que lui.

libye46.jpg

Merveilles du Fezzan – désert de Libye (présentation 4/6)

Posté : 20 mai, 2011 @ 8:18 dans LIBYE FEZZAN | 11 commentaires »

 

Les repas

Nos repas seront les mêmes pratiquement chaque jour. Pour le déjeuner Mohamed nous apportera un grand plat rond où seront disposés harmonieusement tomates, concombres, oignons, rondelles de citron, fèves, olives avec soit un demi oeuf ou une demie sardine, pour dessert des dattes, le tout arrosé de coca cola ou de jus de mangue.

libye36.jpg

Le dîner sera composé d’une soupe aux légumes (courgettes, aubergines, tomates) avec tant de morceaux d’ail que je croyais voir surnager des pâtes . C’était délicieux. Nous aurons pour second plat des pâtes ou de la semoule accompagnées de légumes (carottes, pommes de terre) et de viande de chèvre que nous laisserons car dure et ayant subi l’assaut des mouches et de la chaleur. Exception faite pour le jour d’achat de la chèvre qui sera égorgée pour en recueillir le sang où nous aurons des morceaux de viande cuits au barbecue, les touareg se réservant les intestins et boyaux divers qu’ils aiment tant. Pour le dessert, fruits au sirop sauf les derniers jours où il ne restait plus que des dattes.

 libye5.jpg

Enfin nous ne sommes pas morts de faim d’autant plus que pour le petit déjeuner, il y avait confiture et vache qui rit (heureux mélange qu’Ibrahim appréciait sur du pain). Nous avions droit aussi au quatre heures avec du thé et des gaufrettes. Les touareg étaient vexés si on ne finissait pas les plats.

libye77.jpg

Nous mangions assis sur nos matelas entourant une natte, dans des assiettes et des quarts en inox rutilants et nous avions du pain comme en France à volonté, grillé quand il devenait rassis et quand il n’y eut plus de pain, nous avons eu de la taguella froide et compacte, cette galette faite de farine, d’eau et de sel, cuite sous les braises dans le sable.

Merveilles du Fezzan – désert de Libye (présentation 3/6)

Posté : 16 mai, 2011 @ 8:17 dans LIBYE FEZZAN | 10 commentaires »

 

Les 4×4

Nous avons trois 4×4. Je suis à l’arrière dans celui dirigé de main de maître par Moussa.
La troisième voiture contient toute l’intendance cuisine. On n’a pas intérêt à la perdre !

libye4.jpg

Les véhicules ont un peu triste mine malgré tous les tapis colorés sur les sièges et les pompons sur le tableau de bord. Ils auraient dans les vingt ans d’âge et près de 300.000 kms de pistes ! Je dois tirer sur une ficelle pour ouvrir ma portière et je m’apercevrai plus tard que la porte arrière et aussi le capot tiennent par un cordage. La vitre avant ne pouvant se relever, j’aurai très froid à l’arrière. La targette pour monter la vitre ne marchant pas, on la jettera par la fenêtre au grand bonheur du deuxième véhicule qui la récupérera et sur lequel elle s’adaptera ! A certaines étapes, les touareg répareront les lames de ressort ou le pot d’échappement et même le radiateur d’eau qui fuyait et dont le cloisonnement de refroidissement était complètement bouché par du sable devenu béton.

libye16.jpg

1.200 kms de pistes nous attendent !

Merveilles du Fezzan – désert de Libye (présentation 2/6)

Posté : 12 mai, 2011 @ 8:16 dans LIBYE FEZZAN | 10 commentaires »

 

Les touareg

Nous avons six touareg pour s’occuper de nous six !

libye14.jpg

Que je vous les présente :
trois chauffeurs, Moussa, Ibrahim et Méla
un cuisinier Mohamed, le seul à parler français
un guide Amgar, prénom qui signifie « chef »
et un policier Nasser qui est là pour la protection des sites rupestres (il ne sera jamais avec nous lorsque nous visiterons ces sites et il sera le premier à nous ramasser des haches de la préhistoire, mais chut).

Ils sont très beaux avec leur chèches de couleur. C’est Moussa qui a la plus fière allure car il est grand et se tient très droit, reste toujours zen. Il a vraiment la classe des seigneurs du désert. Les autres sont plus exubérants, surtout le vieil Ibrahim qui rit très fort et réclame des cachets d’aspirine pour ses vieilles douleurs. Ibrahim et Amgar ont chacun trois femmes et une dizaine d’enfants. Ils nous expliquent qu’avant d’épouser une autre femme, ils ont demandé le consentement aux premières. Ils n’arrivaient pas à comprendre qu’Isabelle avait un copain sans être mariée ! Ils pratiquent tous l’Islam, mais seul Moussa a réellement observé le ramadan. !

 libye27.jpg

Pour converser avec eux, nous utilisons un mélange de mots tamacheq, leur langue : shabani(le vieux) (c’est Henri qui en fait les frais), toufat (demain matin), tannenmert (merci) ; de mots arabes comme choukrane ou labès ; de mots français : on y va ou arrêt téléphone (qui signifie stop pipi !) Je suis déçue car je comprends que je ne vaux que deux chameaux !

123
 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...