Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Archive pour la catégorie 'LIBYE FEZZAN'

Le chant des dunes (2/2)

Posté : 1 avril, 2015 @ 7:38 dans LIBYE FEZZAN | 14 commentaires »

Mystérieux phénomène de la nature, seules quelques dizaines de dunes dans le monde chantent et sont capables de produire plusieurs tonalités en même temps, selon la taille du grain. Les dunes marocaines produisent des sons à une seule tonalité tandis que celles d’Oman sont polyvalentes avec une gamme composée de neuf notes, créant d’étranges harmonies.

Takouinet_1_a

Ce chant est émis lorsqu’une avalanche se déclenche dans la face la plus pentue de la dune et il dure jusqu’à ce que l’avalanche atteigne le pied de la dune. Pendant la chute, les grains de sable se mettent tous à vibrer au même moment.

« A chaque pas s’effondrent des langues fluides qui dégringolent en petites avalanches. En glissant les nappes de sable crissent à la surface du sable resté stable, provoquant un chuintement qui, lentement se transforme en vibration puis emplit crescendo l’atmosphère d’un grondement sourd comme si le vent bourdonnait dans la harpe celtique abandonnée par un barde sur une falaise des Highlands. » Sylvain Tesson

Pour les Bédouins, le bruit trahit la présence des djinns, esprits qui rôdent dans le désert.

J’aimerais que cette musique parvienne jusqu’à vous.

Le chant des dunes (extrait de mon ouvrage « Paisible était le chant des dunes ») (1/2)

Posté : 29 mars, 2015 @ 7:21 dans a PRESENTATION, LIBYE FEZZAN | 16 commentaires »

Ceci est le prologue en deux épisodes de mon ouvrage « Paisible était le chant des dunes ».

« Le chant de la dune est apaisant comme le silence de ce désert où le vent dessine majestueusement les vagues du temps. » Jack Maudelaire

Photo couverture paisible était chant des dunes de Michèle Bec

 

Bonjour chers amis, vous qui avez déjà lu mon premier livre sur mon tour d’Asie et qui l’avez aimé,

je vous offre cette fois quelques histoires d’autrefois et de maintenant qui se sont passées dans le plus beau désert du monde, le Sahara.

C’est ce lieu que nous allons parcourir ensemble, avalant la poussière de la piste, côtoyant les plus hautes dunes, ressentant la vibration de l’air chaud et les émois de nos cœurs abasourdis par tant de beautés naturelles.

Nos yeux seront éblouis par la réverbération du soleil sur les milliers de grains de sable qui, étaient ces beaux rochers dressés sur le ciel bleu avant de subir l’érosion du vent et du gel pendant des siècles.

Tous ces grains de sable, poussés par l’harmattan, s’accumulent en collines pour former les dunes dont les courbes dorées enchantent les voyageurs.

Le calme règne sur l’étendue désertique. Seules quelques tiges d’herbe ondulent au souffle du vent. Doucement, un léger murmure monte du sol. Bientôt, c’est une mélodie assourdissante qui envahit l’air. Mais d’où vient ce chant ?

Unique, envoûtant, mystérieux, ce chant est en fait connu depuis longtemps. Déjà, au 12ème siècle, Marco Polo mentionnait son existence dans ses écrits de voyage. 

Carnet de voyage désert libyen (13/13) le retour

Posté : 19 juillet, 2011 @ 7:53 dans LIBYE FEZZAN | 13 commentaires »

 

Voyage retour plutôt fatigant mais la chance me sourit. Je me trouve au même instant, alors que nous ne nous étions pas concertées, au même terminal, avec ma cousine qui arrive , elle, de Budapest. Taxi, retour à la maison, il est grand temps de dormir.

Ma fille le lendemain me dit : (elle est très sensible aux odeurs, elle me dit toujours que je sens le moisi quand je viens de Bretagne !) « Comme tu sens mauvais ! Tes vêtements sentent le vieux mouton ». Je me défends fortement. Je veux bien sentir le feu de bois, mais pas le suif du mouton. Subitement elle se met à rire et se souvient qu’elle a oublié son sac d’ordures dans l’entrée et qu’elle m’a préparé un bon couscous pour mon arrivée !

Le jour se levait à 7 h moins ¼. Il faisait nuit vers 19 h 30. Nous nous levions avec le jour et nous couchions vers 22 h. L’époque était bien choisie. Le matin, il faisait frais et nous gardions nos pulls, l’après-midi était très chaude et les nuits étaient relativement douces, du moins au début du séjour, fin octobre.

libye85.jpg

Carnet de voyage désert libyen (12/13) Tripoli – Leptis Magna – Paris

Posté : 16 juillet, 2011 @ 7:41 dans LIBYE FEZZAN | 10 commentaires »

 

Jour 15 – Tripoli – Leptis Magna – Zurich – Paris

Donc après une heure d’avion plus une heure de bus pour arriver à l’hôtel aux abords de Tripoli, en bord de mer, nous trouvons une chambre à 6 h du matin pour en repartir à 8 h 30. Andrée perd ½ heure à farfouiller dans ses affaires. Je veux prendre une douche, un énorme jet glacé me fait pousser un hurlement et finit de me réveiller !

Deux heures de route pour aller à Leptis-Magna, les ruines romaines les mieux conservées au monde, toute une ville de cent mille habitants sous Septime Sévère, dont nous parcourons les ruelles désertes, le théâtre, la basilique, l’aqueduc, le port, les boutiques, le marché, les thermes. Je revois ces ruines trente ans plus tard et je regrette de jolies statues (d’hommes nus) qui ornaient le théâtre et qui ont aujourd’hui disparu pour aller au musée.

leptis18.jpg

J’en ai déjà fait une description complète que vous trouverez à ce lien :  http://danae.unblog.fr/tag/libye/page/3/    .

 

Nous déjeunons avec les provisions du petit déjeuner de l’hôtel, toujours pain et la sempiternelle vache qui rit. Deux heures de route pour l’aéroport. Départ à 17 h pour Zurich. Arrivée à Roissy à 22 heures.

Carnet de voyage désert libyen (11/13) lac d’Ubari – Germa- Sebha – Tripoli

Posté : 13 juillet, 2011 @ 7:52 dans LIBYE FEZZAN | 7 commentaires »

 

Jour 14 – Lac d’Ubari – Germa – Sebha – Tripoli

Marche d’une heure vers le lac. J’ai mis mes beaux vêtements propres et devant Amgar, j’ouvre mon anorak, montre mon pull vert que je soulève pour faire voir mon tee-shirt. Beau, beau, encore, encore ! Déjeuner près du lac de Mandara qui est à sec, dans un village triste et désert. Arrêt au creux d’une belle dune jaune pour la dernière photo avec les touareg.

libye71.jpg 

Arrivée à Germa. Adieux émouvants. Douche rapide avant le retour en car sur Sebha avec Emmanuelle. Allons déguster un thé et un hamburger dans la ville.

Nous attendrons huit heures l’avion pour Tripoli pour faire seulement une heure d’avion ! Est-ce le ramadan qui serait cause de ce retard. Je finis par m’étendre par terre dans l’aéroport. Mon bagage restera à Sebha car je ne savais pas qu’il fallait le mettre soi-même sur le chariot. Grâce aux responsables de Nomade, je le récupérerai un jour plus tard à Roissy au comptoir de … la Luftansa !

libye86.jpg

Carnet de voyage désert libyen (10/13) lac d’Ubari

Posté : 9 juillet, 2011 @ 7:42 dans LIBYE FEZZAN | 14 commentaires »

 

Jour 13 – Dunes de Mourzouk – Germa – Lac d’Ubari (Um el Ma)

Retour sur Germa, civilisation et poubelles. Essence. Provisions. Déjeunons dans la palmeraie rendue poussiéreuse par un début de vent de sable. Baguette fraîche, vache qui rit et bananes d’Equateur en plus du repas habituel.

Nous devons traverser l’erg sur 26 kms pour découvrir ces fameux lacs qui nourrissaient les populations (les daoudads) avec des petits crustacés qu’ils faisaient pourrir avant de les manger. Maintenant ces lacs sont désertés. L’eau y est salée.

libye73.jpg

libye79.jpg

La voiture de Moussa passe la première difficulté mais pas celle d’Ibrahim trop poussive et après plusieurs essais, nous devons contourner les dunes qui se ressemblent toutes. On ne sait comment ils reconnaissent leur chemin ? Le sable est mou en milieu de journée. Allah aide-nous. On a le temps de sortir des voitures en attendant que chacun passe. J’ai la chance d’être dans le véhicule qui a le plus de puissance et qui est conduit de main de maître par Moussa, ce qui n’empêche pas un beau vol plané où nos têtes ont failli toucher le plafond (sensations garanties).

libye80.jpg

 

Arrivée magnifique au lac entouré de palmiers avec des dattes mûres, eau bleue enchassée au milieu des sables. Nous partons dormir à 3 kms de là pour éviter les moustiques. Dîner poulet au barbecue.

libye81.jpg

Carnet de voyage désert libyen (9/13) Dunes de Mourzouk – Oued Mathendous

Posté : 5 juillet, 2011 @ 7:28 dans LIBYE FEZZAN | 15 commentaires »

 

Jour 12 – Dunes de Mourzouk – Oued Mathendous – Dunes de Mourzouk

On remonte le radiateur à eau réparé. Le sable orange est fin et soyeux. La dune chante quand le sable s’écoule sous l’action du vent. C’est romantique n’est-ce pas ? Nous rejoignons le Messak Settafet pour aborder l’oued Mathendous. Nous marcherons pendant presque 4 heures pour en parcourir une dizaine de kilomètres, s’enfonçant dans le sable ou sautant de pierre en pierre.

 libye60.jpg

Sur les falaises rocheuses, des deux côtés de l’oued, nous découvrons les gravures rupestres datant d’environ 6.000 ans, témoignant d’un sahara verdoyant où il y avait de l’eau.

 libye64.jpg

Je connais déjà ces gravures par les photos de mon ami d’autrefois Gabriel et je pourrai les comparer avec les miennes à mon retour. En effet, la cassure du rocher dans la photo du crocodile est plus importante 33 ans après ! On y voit des éléphants, des girafes, des autruches, des boeufs, des lions ? Et même un rhinocéros et un crocodile.

libye65.jpg

 libye66.jpg

 

Déjeuner sous un abri de paille. Nous transpirons et les mouches nous entourent. Petit retour sur l’oued pour compléter la visite. Incroyable, mais des gens ont cru aller à la chasse aux girafes en tirant à coup de fusil sur ces témoignages du passé – preuve, les trous de balles dans la roche. Il y a des imbéciles partout.

Le Messak est un haut plateau rocheux creusé par de nombreux oueds qu’il nous faut traverser en 4×4 et à chaque fois la remontée sur l’autre rive pose problème. Puis nous fonçons dans une plaine à 100 km/heure pour retrouver nos grandes dunes, où nous avançons dans un cirque à l’abri du vent mais pas du froid.

Je fais ma toilette derrière le seul petit bosquet du coin quand je m’aperçois très courroucée que trois de mes compagnons me contemplent du haut de la dune, ce qui donna lieu à une chanson : « quand michèle dégrafait son corsage, pour se faire une toilette de chat, deux gars et une fille de passage, étaient là la la … Se cacher derrière une touffe d’herbe, cette fois ci ça ne suffisait pas, car en haut de leur dune, nos trois zèbres restaient là la la la. Bien n’étant qu’à moitié lavée, Michèle en vitesse se rhabillait, car vers elle, ils dévalaient à grands pas là la la … »

Carnet de voyage désert libyen (8/13) col d’Anaï – dunes de Mourzouk

Posté : 1 juillet, 2011 @ 7:39 dans LIBYE FEZZAN | 11 commentaires »

 

Jour 10 – Col D’anaï – dunes de Mourzouk

Je me suis trompée, le col d’Anaï c’est aujourd’hui. Enfin peu importe, la description en est déjà faite ! La voiture d’Ibrahim a le radiateur qui fuit et il faut remettre de l’eau sans cesse, si bien que ce soir toilette rime avec lingettes. On nous raconte l’histoire d’un moteur démonté sur une natte. Ils forgent une pièce. Ils remontent le moteur et il reste une pièce sur le tapis. Inquiétant, non ? Ou alors comment boucher un trou dans le radiateur à eau avec du carton de boîtes à gâteaux coupé en morceaux + eau + dattes pilées. Faire bouillir = bouche trou.

 libye20.jpg

Ce soir, toujours dans les dunes. Balade sur les crêtes comme tous les soirs. C’est cela qui me restera comme le souvenir le plus fort du voyage, cette marche pendant que le soleil rase une dernière fois la molle courbe des dunes à l’infini.

libye61.jpg

Jour 11 – Dunes de Mourzouk

4×4 toute la journée pour longer les dunes de Mourzouk, où nous ne trouvons plus, comme Philippe l’avait fait à son voyage précédent, des zones intactes de sites préhistoriques avec des pointes de flêches. Nuit très éventée 5° au réveil. C’est le ramadan et les touareg se sont levés à 3 h du matin pour la prière (ils voulaient déjà le faire le jour précédent, mais ne s’étaient pas réveillés !).

libye63.jpg

Carnet de voyage désert libyen (7/13)

Posté : 27 juin, 2011 @ 8:07 dans LIBYE FEZZAN | 11 commentaires »

 

Jour 9 – Arche – région de grandes dunes

Moussa nous emmène en 4×4 Andrée et moi voir cette fameuse arche alors que les autres y sont repartis à pied. Rencontre d’une caravane de chameaux. Nasser me met la bride en main et tient à me prendre en photo. Sandrine est restée avec nous car elle ne supporte plus le soleil, elle a le visage tout enflé et risque l’oedème de Quincke, si bien qu’elle se cache derrière le chèche et ses lunettes de soleil.

libye57.jpg

 Nous admirons en cours de route une autre petite arche où la voiture passe au-dessous et aussi une pierre volcanique creusée où Ibrahim et chacun de nous s’enfile (comme il peut) à l’intérieur pour la photo !

 libye55.jpg

libye70.jpg

Beaucoup de piste aujourd’hui car nous devons passer par le col d’Anaï. Il n’y a que les voitures de Nomade qui y passent et je comprends pourquoi. Il y a une très grande pente à descendre et il y a des débris de carrosserie en bas. Nous avons très peur que la voiture ne bascule et nous préférons mettre pied à terre. Nous retenons notre souffle le temps de la voir descendre. Il faut aller très lentement car elle est juste à la limite du renversement ! Ouf elle a passé.

libye54.jpg 

Nous déjeunons un peu plus loin à l’abri du soleil, à l’ombre des véhicules. Nous allons longer pendant trois jours les grandes dunes de Mourzouk qui s’étendent sur 300 kms et chaque soir s’engager vers l’intérieur des dunes pour trouver le lieu de bivouac qui nécessite pouvoir y arriver sans s’ensabler, être à l’abri du vent et avoir des replis pour le coin toilette !

Nous sommes près d’un petit bois de mimosas au pied desquels les touareg mettent des collets pour attraper des lapins (sans résultat), où nous voyons des traces de sabots de gazelles. Sur la plaine caillouteuse, Nasser nous ramène des haches de la préhistoire et aussi du bois fossilisé. Ils ont trouvé un gros varan noir et s’approchent de Sandrine et de moi. Nous ne bronchons pas, sauf quand ils veulent nous le mettre dans une jambe de pantalon. Rires et courses. Vent terrible la nuit au point d’avoir du mal à respirer, pourtant la tête cachée derrière tous mes bagages assemblés en rond.

libye47.jpg

Carnet de voyage désert libyen (6/13)

Posté : 23 juin, 2011 @ 3:32 dans LIBYE FEZZAN | 5 commentaires »

 

Jour 8 – In Amelal – arche Afazedjar

Balade de trois heures le matin où nous escaladons une dune, puis montons à un petit col pierreux où la vue est magnifique sur l’étendue de sable et de pitons rocheux. Déjeuner près d’une tour en rocher dont la base est sculptée de trous comme une dentelle. Ibrahim trouve une vraie pointe de flèche taillée qu’il offrit à Sandrine.

Nous faisons la sieste à l’ombre et nos chaussures sèchent au soleil. Au réveil, plus qu’une seule chaussure par personne. Amgar est passé par là. Il aime nous faire des farces. Le ciel bleu disparaît sous les nuages. Bizarre, j’y vois la tête de Théodore Monod … Je n’ai pourtant pas bu car tout alcool est totalement interdit dans le pays. Les autres partent pour une seconde promenade. Ils iront jusqu’à une arche très impressionnante et pour cela devront sur la route du retour escalader trois cordons de dunes. Ils en reviennent fourbus.

libye48.jpg

Pendant ce temps j’accompagne les touareg à la recherche de bois. Ils ont trouvé de vrais arbres entiers et doivent les arracher au sable en les tirant avec un filin métallique attaché au 4×4. Puis ils en débitent les morceaux avec une très lourde hache. Puis ils tireront sur l’écorce si fort qu’ils en tomberont à la renverse (Moussa et Ibrahim). Cela sera l’objet d’un rire toute la journée ! Les touareg ont conscience que le bois est rare et ne sera pas éternel si bien qu’il est réservé uniquement pour la veillée, pour la cuisine ils utilisent du butagaz.

 libye49.jpg

Au bivouac, les nuages se sont amoncelés. Nous sommes obligés de monter trois tentes qui auront toutes trois l’ouverture placée différemment et pourtant le vent ne vient que d’un côté. La mienne était placée judicieusement et je m’en félicite encore ! Mais aucune sardine ne tenait dans le sable (il n’y en avait que 4) et il fallut chercher des pierres. La pluie se mit à tomber, pas longtemps heureusement. Eh oui dans le désert ça arrive ! Le vent chassa les nuages, les étoiles réapparurent et nous pûmes dormir dehors.

123
 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...