Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Archive pour la catégorie 'ILES EOLIENNES'

Les îles éoliennes (7/7) Alicudi et Filicudi

Posté : 26 décembre, 2011 @ 8:49 dans ILES EOLIENNES | 7 commentaires »

 

Ces deux îles sont excentrées et par leur sauvagerie raviront ceux d’entre vous que les mondanités font fuir. 

Filicudi est l’île des fougères géantes, composée aussi de deux cônes volcaniques séparés par une vallée verdoyante. Le plus haut sommet est une véritable forêt d’un mélange d’arbousiers, châtaigniers, palmiers et oliviers. Trois hameaux sont reliés par plusieurs chemins pavés datant de l’époque romaine. 

 

Les îles éoliennes (7/7) Alicudi et Filicudi dans ILES EOLIENNES Filicudi-8a

photo du net

Alicudi est la moins peuplée. Un cône presque parfait posé sur la mer, recouvert de bruyères. 

 allicudi-300x198 dans ILES EOLIENNES

photo du net

Les îles éoliennes (6/7) Salina

Posté : 19 décembre, 2011 @ 8:32 dans ILES EOLIENNES | 11 commentaires »

 Les îles éoliennes (6/7) Salina dans ILES EOLIENNES salina-2

photo du net

L’île de Salina est la plus fertile de l’archipel. Elle est constituée de deux cônes volcaniques qui ne sont plus actifs, séparés entre eux par un étroit col. Les villages sont pittoresques. Ici le panorama est bercé dans le vert de la végétation et les cultures qui donnent à l’île une beauté sereine et joyeuse.

SALINA__ dans ILES EOLIENNES

photo du net

 C’est ici que l’on produit le fameux Malvoisie, vin renommé de goût doux et de couleur d’or. L’île est fameuse aussi par sa culture de câpres qu’on exporte dans le monde entier. Et comme dans tout l’archipel, le poisson ne manque pas. En été, l’espadon et le thon migrent par le détroit de Messine et, à bord de leurs bateaux rapides, les pêcheurs passent à l’attaque.

Les îles éoliennes (5/7) Panarea

Posté : 16 décembre, 2011 @ 8:49 dans ILES EOLIENNES | 15 commentaires »

 Avec sa couronne de rochers, ce fut le plus grand volcan de l’archipel, avant qu’une formidable explosion ne fasse s’enfoncer dans les flots son cratère, toujours actif à mille cinq cents mètres de profondeur. 

C’est la plus petite, et la plus belle, des sept îles. Les maisons blanches, ocres ou roses, de pur style éolien, se marient parfaitement avec la luxuriante végétation

Les îles éoliennes (5/7) Panarea dans ILES EOLIENNES panarea-51

 

On peut descendre se baigner dans les eaux limpides et c’est ce que nous avons fait. Il fallait profiter de la transparence de l’eau pour tester nos masques et tubas ! En ouvrant un oursin en deux, les girelles venaient tourbillonner autour de nous à notre plus grand plaisir

001-320x2002 dans ILES EOLIENNES

et les filles sautaient de joie jusqu’au moment où un filament de méduse caressa la jambe de ma cadette.! C’est venimeux, cela fait très mal et, vous savez quoi : pour atténuer la douleur rien de mieux que de faire pipi dessus ! Panarea resta un souvenir douloureux !

Les îles éoliennes (4/7) Stromboli

Posté : 13 décembre, 2011 @ 9:01 dans ILES EOLIENNES | 12 commentaires »

Imaginez un petit village minuscule de pêcheurs tout blanc qui se niche dans le sable noir, avec tout en haut, 900 mètres au-dessus de lui le volcan en grande activité qui crache ses flammes toutes les nuits dans des explosions dantesques ! C’est le Stromboli. Une coulée de lave s’en échappe et va rejoindre la mer, la sciara del fuego, qui bouillonne à cet endroit et laisse échapper des nuages de vapeur. La lave ainsi canalisée évite le village . C’est un couloir de sept-cents mètres de long et de près de mille de large, tombant à pic dans la mer.

stromboli4.jpg
image du net

De tous temps, cette ile-volcan a exercé une extraordinaire fascination sur les navigateurs qui ont abordé ses rives. Jules Verne y situa le retour de ses héros et Rossellini fit tourner Ingrid Bergman dans le village pour son film Stromboli.

stromboli.jpg
image du net 

C’était trop tentant d’aller passer la nuit là-haut ! Nous l’avons fait, et avons mis plus de trois heures pour en gravir la pente glissante et poussiéreuse faite de scories. L’une de mes filles soufflait et ahanait et nous l’encouragions du mieux que l’on pouvait. Ah ces parents qui infligent de tels efforts à leurs enfants, il faudrait les ….. Non ils ont raison, cela leur apprend la vie qui demande patience et courage, n’est-ce pas ?

Une fois là-haut, dans un froid glacial et dans nos duvets emmenés pour l’occasion, nous sommes restés par prudence un peu loin du cratère mais la récompense était là. C’était très très impressionnant ces explosions à intervalles réguliers, ces jets de laves incandescentes dans un bruit sourd qui nous faisait croire que la terre tout entière allait éclater !

stromboli2.jpg
image du net

L’ascension n’est pas sans risque et requiert maintenant les services d’un guide obligatoire, ce qui n’est pas plus mal, donnant du travail aux habitants.

Les habitations cramponnées aux pentes parmi les oliviers et les figuiers de barbarie encadrent les deux églises qui apparaissent bien blanches dans cet univers d’ébène.

Les îles éoliennes (3/7) Vulcano

Posté : 10 décembre, 2011 @ 8:02 dans ILES EOLIENNES | 10 commentaires »

 

Seulement à un kilomètre de Lipari, l’île de Vulcano nous accueille dans une odeur de soufre qui prend à la gorge. De longs nuages de vapeur s’échappent du sommet du volcan toujours en activité.

« A quelques minutes de marche du port, s’étale une grande mare aux eaux grisâtres où l’été, des troupeaux de touristes s’y enfoncent jusqu’aux yeux comme des crapauds- buffles dans la vase d’un marigot. Avant d’aller se plonger, couverts de terre grise qui craquèle au soleil et les transforme en statues se lézardant, dans les eaux toutes proches de la mer où ils se feront masser par des millions de bulles sulfureuses explosant à la surface . » (sic Jean -Marie Dallet)

vulcanouneautredesileseoliennes.jpg
image du net

Un souvenir amusant de mes filles toutes de boue couvertes, dont je ne voyais plus que les yeux rieurs ! Une vraie panacée à 32 degrés, pour soigner les douleurs, alors je m’y mis aussi !

vulcano60.jpg
image du net

 

 

Puis ce fut la montée des 400 mètres pour atteindre le haut du volcan où sur ses flancs, au milieu des fumerolles qui nous faisaient tousser, nous découvrions la terre jaunie par des fleurs de soufre au milieu de roches rouges violacées ou bleuâtres qui nous rappellaient que le volcan n’était pas endormi.

vulcano.jpg
image du net

 

 

Ici l’on mange du bon poisson et nous nous étions régalées d’une grillade d’espadon arrosée de vin de malvoisie dont les grappes prospèrent sur les flancs de Salina.

Les îles éoliennes (2/7) Lipari

Posté : 7 décembre, 2011 @ 12:27 dans ILES EOLIENNES | 11 commentaires »

 

 lipari.jpg

Lipari est la plus grande des îles et la plus peuplée. Elle est principalement connue par ses carrières de pierre ponce et d’obsidienne de Portiallo, sa charmante ville et son musée archéologique. Le tour de l’île permet de profiter de panoramas exceptionnels et plus particulièrement au belvédère de Quattrochi avec sa splendide vue sur l’île de Vulcano.

lipari1.jpg

 

Nous avions trouvé une voiture qui voulut bien nous emmener voir les carrières toutes blanches de pierre ponce, c’était très gentil, mais au retour, pour économiser l’essence sans doute, notre bienfaiteur a coupé le moteur et nous a entraînés dans une descente folle en roue libre qui nous a laissés tremblants et heureux d’être en vie !

lipari3.jpg
image du net

 

Sur le petit pot de Marina Corta, on peut déguster des spécialités palermitaines comme les pâtes au corail d’oursin ou la gelée de pastèque.

Et la rue derrière la station Esso, le barbier travaille au sabre, applique ensuite toute une série de compresses odorantes, brûlantes et finit par un savant massage à l’after-shave de sa composition.

Sicile – Les îles éoliennes (1/7)

Posté : 2 décembre, 2011 @ 8:35 dans ILES EOLIENNES | 19 commentaires »

 

Entre la botte de l’Italie et la Sicile, au coeur de la mer Tyrrhénienne , se dresse un archipel volcanique unique. Il est composé de sept petites îles à découvrir. les îles éoliennes.

C’est un voyage que j’ai fait il y a très longtemps, mes filles avaient dans les 10 et 12 ans. Elles se souviennent encore des 3000 kms que nous avions parcourus pour descendre toute la botte italienne jusqu’au détroit de Messine que nous avions traversé . C’était l’ouverture de l’autoroute du soleil et elles s’amusaient à compter tunnels et viaducs tant ils étaient nombreux et impressionnants.

280pxaeolianislandsmap.png

 

Et c’est depuis la Sicile que nous avions abandonné notre petite voiture, pour prendre un bateau vers ces îles qui offrent chacune une atmosphère qui lui est propre. Tel Ulysse, nous venions visiter la demeure d’Eole, le dieu du vent ! Ce qu’elles ont en commun cependant est le caractère volcanique qui leur donne une personnalité de feu. Nous rêvions de délicieuses baignades dans les eaux cristallines et de quelques plongeons dans la transparence d’une mer iodée et tiède juste comme il faut.

Mes souvenirs étant lointains, je ne vous en donnerai qu’un léger aperçu agrémenté de petits détails trouvés au cours de mes lectures.

 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...