Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Archive pour la catégorie 'BRETAGNE'

Descente de l’Odet en kayak (2/3)

Posté : 22 avril, 2011 @ 7:22 dans BRETAGNE | 12 commentaires »

 

 

Maintenant que je vous ai présenté cette belle rivière de France, je vais vous en conter ma descente (un peu épique) en kayak. Elle se déroule sur 18 kms et il m’a fallu un peu plus de 4 heures pour aller de Quimper jusqu’à Bénodet.

odet.jpg
photo du net

J’étais en compagnie de deux jeunes neveux mais nous avions chacun notre embarcation. J’avais eu raison de choisir le véritable kayak dans lequel on s’enfile alors qu’eux avaient pris celui tout en plastique sur lequel on se tient assis sans dossier et ils ont eu mal au dos tout au long du parcours.

Le départ était cool. La suite un peu moins et la fin pas du tout !

024.jpg

Au passage des vire court, je vis arriver non sans effroi le gros bateau qui fait la visite avec les touristes, et là je crois qu’ils l’ont fait exprès, il est allé si vite (cela amusait les badauds sur le pont ) que cela a fait d’énormes vagues. Je n’ai eu le temps que de me mettre face aux vagues, bien écarter les jambes dans le kayak pour le maintenir alors qu’il montait à l’assaut des vagues, se mettant tout droit, puis retombant brutalement. J’étais « terrorisée » ! Mais ça a passé … Ce n’était pas le moment de se renverser car je crois que mon kayak loué n’était pas vraiment étanche côté caisson et il aurait pu couler ?!!!

odet4.jpg

photo du net

Ensuite plus loin, à ma grande honte, je croyais qu’un bateau venait sur moi, alors que c’était le courant qui m’entraînait sur lui. Je criais aux gens du bateau, attention, attention ! Cela faisait une drôle d’impression et ce n’est qu’en voyant mes neveux s’esclaffer que j’ai compris ma méprise qui a été racontée bien sûr à tous plus tard !

Descente de l’Odet en kayak (1/3)

Posté : 18 avril, 2011 @ 7:27 dans BRETAGNE | 13 commentaires »

 

 odet3.jpg
photo du net

Depuis Quimper, le cours de l’Odet est extrèmement scénique et lui a valu son surnom de plus belle rivière de France. L’Odet suit les gorges des Vire Court, méandres encaissés dans une très belle vallée boisée, bordée çà et là de châteaux, manoirs et parcs. Le fameux navigateur Eric Tabarly s’était installé dans une de ces belles propriétés, en face de laquelle, il y a quelques années encore, on pouvait souvent admirer son Pen Duick au mouillage. Le circuit de l’Odet est une promenade touristique réputée qui permet de découvrir cette région splendide.

odet5.jpg
photo du net

Un des rochers surplombant l’Odet au débouché des Vire Court a été curieusement nommé le saut de la pucelle. La légende rapporte qu’une jeune fille, poursuivie par un brigand, préféra se jetter dans l’Odet à cet endroit plutôt que de perdre son honneur… Un autre rocher s’appelle la chaise de l’évêque car on raconte qu’un des évêques de Quimper aimait s’y rendre pour se reposer, méditer et profiter du paysage.

L‘Odet finit sa course en se jettant dans l’Atlantique dans une embouchure bordée à l’ouest du port de Sainte-Marine, à l’est de la cité balnéaire de Bénodet. Le pont de Cornouaille, important ouvrage d’art enjambant l’Odet juste avant son embouchure, relie les deux communes.

odet9.jpg
photo du net

Terminons cette présentation de l’Odet par ces vers de Guillaume Apollinaire, écrits en août 1917 après un séjour du poète à Bénodet:

Bénodet ne sait pas celle-là qu’il préfère
La mer aux mille écueils ou sa tendre rivière
L’Odet plus douce encore que ne sonne son nom
Mais le temps passe il faudra bien que tu t’en ailles
Laissant Quimper et le Comté de Cornouaille

Pointe du Raz, Ile de Sein, phare de la Vieille, mer d’Iroise

Posté : 24 mars, 2010 @ 8:46 dans BRETAGNE | 15 commentaires »

 w.jpg
ND des naufragés veille sur les marins en mer

Il est un homme amoureux comme un fou de la Pointe du Raz au point de la parcourir nuit et jour, par tous les temps, dans tous ses recoins, dans toutes les saisons, muni de son appareil photo pour nous en restituer des images fabuleuses. C’est mon ami John Ushant de Keller de son pseudo, originaire d’Ouessant, que vous pouvez retrouver sur son blog : http://ushant.unblog.fr

dsc00887tempest20081200x.jpg

Il m’a permis ici de publier quelques unes de ses photos et je le remercie sincèrement.

 oldlighthousepharepointedurazenezarmenlescoffmarielecozhoteldeliroisea20306156p.jpg

Tout au bout de la pointe, le regard porte jusqu’à l’île de Sein et sur les remous  du Raz de Sein.  A vos pieds, le Toul Bian, un passage extrêmement étroit entre deux roches que les bateaux empruntent uniquement lorsque la marée est haute, et un peu plus loin le Trouziard, encore une passe dangereuse avec de forts courants.  L’îlot de Tevennec surgit au milieu des flots. Il a la sinistre légende d’être un phare maudit, les gardiens y devenaient fous !

19426338blog.jpg
Ses amis les ligneurs

vous savez ceux qui vont dans le Raz de Sein, au péril de leur vie, pêcher les bars, ce poisson réputé qui régale les fins gourmets,  ses amis donc l’emmènent quelquefois avec eux et c’est là qu’il prend les plus beaux clichés et qu’il approche les phares comme le phare de la Vieille désormais automatisé et dont on conte encore, le soir dans les chaumières, la vie rude de ses gardiens dont la relève était si difficile.

vendettapointedurazbegarrazlescoffcarlaaccentusleouessantenezarmenfina20297715p.jpg

La beauté de ces lieux ne peut faire oublier les terribles naufrages qui s’y sont déroulés !

Les photos ne sont pas libres de droits.

Couchers de soleil dans le Cap-Sizun (diaporama)

Posté : 5 janvier, 2010 @ 8:48 dans BRETAGNE | 19 commentaires »

 coucherssoleil20060017copie.jpg

La Bretagne tout à l’ouest de la France est formée de trois pointes. Le Cap-Sizun est la pointe sud, mon lieu de vie  que l’on m’envie avec ses côtes rocheuses et sauvages, ses sentiers de bords de mer, ses jolies chapelles et ses paysages si diversifiés.

couchersoleil2008052copie.jpg

Les photos et le diaporama, que je vous conseille vivement de visiter, sont de mon ami Noël Peuziat de Cléden-Cap-Sizun, qui parcourt la région toujours en quête de belles photos. Il vous suffit de cliquer ici : 
http://www.kizoa.fr/diaporama/d624991k3326329o1/couchers-de-soleil-en-cap-sizun

pict4572copie.jpg

La mer en Cap-Sizun (diaporama)

Posté : 16 décembre, 2009 @ 2:09 dans BRETAGNE | 22 commentaires »

 020.jpg

J’ai créé un petit diaporama avec 26 de mes photos pour vous promener en bord de mer dans l’endroit magique où j’habite, dans le Finistère c’est-à-dire au bout de la terre ! Vous voyez la pointe sud de la Bretagne, c’est ici la Pointe du Raz, la Pointe du Van  et la baie des Trépassés, 25 kilomètres de côtes souvent rocheuses dont la lande se couvre de genêts d’or et de pourpre des bruyères dès le printemps.

http://www.kizoa.fr/diaporama/d587448k7596296o1/cap-sizun

014copiecopie.jpg

1123.jpg

Marins perdus en mer

Posté : 3 septembre, 2009 @ 9:11 dans BRETAGNE | 5 commentaires »

 

création Mutti 

 

« Au bout du promontoire

Quand j’ai posé ma main sur la pierre humide

De la vieille croix granitique rongée de larmes

Elle a bruissé les soupirs des femmes

En attente devant la mer nue. »

 

Je remercie Mutti Ici  pour sa jolie création numérique
Je remercie Ariaga pour cet émouvant poème dont vous trouverez la suite sur son blog 
Ici

Voyage en mer d’Iroise – Un défi à Plogoff, deux rameurs rallient Sein et le phare d’Ar-Men

Posté : 27 août, 2009 @ 8:37 dans BRETAGNE | 16 commentaires »

Il faut que je vous présente mon blogopote Didd que je connais bien puisqu’il habite près de chez moi.  Avec une amie Gaëlle très sportive aussi,  il vient de réaliser son rêve , relier la Pointe du Raz à l »île de Sein et aller bien au delà jusqu’au pied du phare d’Ar -Men, en ramant à bord de son doris Abadenn ! En trois jours, ils auront « avalé » 35 miles à la force des bras !

 Pour voir le film, c’est sur son blog  ICI

caussée de sein

Ils avaient déjà été jusqu’à l’île de Sein en 2002 puis en 2008 , toujours au départ du port du Loch dans le Cap-Sizun, en traversant le raz de Sein réputé dangereux de par ses forts courants.

au pied du phare

 photo C. Leberre en 2008

Précisons que le phare d’Ar-Men est l’un des phares mythiques les plus connus, en raison de son caractère isolé, des difficultés considérables qu’a présentées sa construction et du danger qu’il y avait à relever son personnel. Les coups de boutoir portés par la grande houle pendant les tempêtes faisaient trembler tout l’édifice.

ar-men

 photo André

Voici son récit :

« Sein s’éloigne lentement dans notre sillage, on a l’impression de ramer sur un lac. Encore quelques coups d’aviron, un dernier effort et nous pouvons laisser glisser le doris…. Ca y est, nous y sommes, le phare d’Ar Men est là, à portée de main, but de notre voyage. Les cormorans occupent les lieux à la place des gardiens. Maintenant il faut songer à rentrer. Il est bientôt 18 heures.

ile de sein

Dans l’aquarelle du moment, Sein c’est le trait de crayon là bas dans l’est et le faible courant nous en écarte. D’abord rejoindre Namouic et puis se déjouer de toutes les têtes de roche, j’ai envie de suivre la chaussée parce que les courants traversiers sont faibles. Nous retrouvons Sein. Qui pourrait imaginer qu’un si petit doris vienne d’Ar Men. Un peu moins de quatre heures d’aviron, et pour moi de la fatigue et quelques ampoules, mais aussi un immense bonheur d’avoir réussi à concrétiser ce rêve. Ce soir repas à bord de Chouchen (c’est le voilier qui nous accompagne).

les rameurs

 photo André

Demain il faudra penser à regagner le Loch. Cerise sur le gâteau, ce sera en passant par Tevennec, puis comme à l’aller, le phare de la Vieille, la Plate, Gorlégreiz, Trouziard, mais là le Raz a fini sa sieste. Le flot commence à bien s’établir, et c’est à plus de 5 noeuds, aidés par le courant, que nous passons Coumoudoc…..Dans notre tête la jolie balade est déjà finie……  « 

Et voici  un dernier petit mot de l’intéressé lui-même :

Merci pour vos commentaires, ils me touchent beaucoup. Cependant s’il y a un mot que je n’aime pas beaucoup c’est « exploit ». L’exploit c’est surtout les anciens marins qui le réalisaient au quotidien, quand ils devaient s’user sur les avirons de leurs lourdes chaloupes pour rejoindre Sein ou le continent par manque de vent, voire courant contraire. L’exploit c’est les marins iliens qui l’ont réalisé en construisant ce phare mythique qu’est « Ar Men » (15 ans de construction acharnée avec les moyens de l’époque, de l’herbe aurait poussé plus vite). L’exploit c’est tous ces marins qui fréquentent la mer pour simplement gagner leur vie, l’exploit eux ils le vivent au quotidien. Moi je n’ai rien fait de tout cela, par respect pour eux je n’aime pas trop qu’on utilise ce mot pour qualifier cette balade. Moi je n’ai aucune obligation, je choisis mon moment et mon heure (petit coëf de marée, bonne météo et horaire de renverse) J’ai toujours un bateau accompagnateur. Je fais ça parce que j’ai envie de retrouver ces endroits fréquentés en kayak, je fais ça pour réaliser des rêves (parce que  ça pimente ma vie), je fais ça pour me donner un but (ça aide à passer les hivers), je fais ça pour ramener des images (surtout dans ma tête, et je les partage aussi), je fais ça un peu aussi pour promouvoir le doris (merveilleuse embarcation) et je fais ça surtout pour mon plaisir.

Didd

Un été sur les plages de rêve (5/5) Bretagne

Posté : 18 juillet, 2009 @ 11:37 dans BRETAGNE | 15 commentaires »

plage sur la côte nord

La France n’est pas en reste pour les plages de rêve !  Elles sont juste différentes de celles des pays exotiques mais elles ont leur charme propre.

cavalier à la baie

Nous sommes ici en Bretagne, dans le Cap-Sizun, tout près de la Pointe du Raz. Le spectacle y est sauvage et grandiose surtout pendant les tempêtes d’hiver lorsque les vagues montent à l’assaut des phares et des rochers dans une grande éclaboussure ouatée et que les courants s’affrontent entre le continent et l’île de Sein.

au loin la pte du Raz

Et que dire lors du coucher du soleil, lorsque le ciel s’embrase et que l’astre du jour se fond dans la mer

 coucher soleil à la baie des trépassés

laissant apparaître sur la ligne d’horizon, un court instant, le fameux rayon vert !

plage de trez goarem à esquibien

L’air est pur et iodé, la baignade vivifiante et, allongé sur le sable, vos yeux suivent l’incessant ballet des oiseaux de mer qui aiment bien se percher sur les clochers des chapelles proches.

goélands

 

A la belle saison, la lande s’illumine de l’or des genêts et de la pourpre des bruyères.

paysage du cap

 

Virginia Woolf, dans son livre « les vagues » sait si bien nous décrire ces instants magiques. Ecoutons-la.

vagues

« Le soleil ne s’était pas encore levé. La mer et le ciel eussent semblé confondus, sans les mille plis légers des ondes pareils aux craquelures d’une étoffe froissée. Peu à peu, à mesure qu’une pâleur se répandait dans le ciel, une barre sombre à l’horizon le sépara de la mer, et la grande étoffe grise se raya de larges lignes bougeant sous sa surface, se suivant, se poursuivant l’une l’autre en un rythme sans fin.

Chaque vague se soulevait en s’approchant du rivage, prenait forme, se brisait, et traînait sur le sable un mince voile d’écume blanche. La houle s’arrêtait, puis s’éloignait de nouveau, avec le soupir d’un dormeur dont le souffle va et vient sans qu’il en ait conscience. »

moi à la baie

 

Pour terminer cette série sur les îles de rêve, vous prendrez bien une crêpe accompagnée d’une bolée de cidre frais ?
Quoi ?  Vous dites « vouloir goûter au ragoût de homard » ! Pardon, je n’entends pas bien,  sans doute le bruit de la mer …

 

Pors Loubous – le petit port et la grosse vague

Posté : 1 juillet, 2009 @ 7:53 dans BRETAGNE | 16 commentaires »

 Tout au bout de la terre dans le Finistère, se trouve ce petit port qu’on appelle aussi le port aux oiseaux.
J’habite non loin de là  et c’est ma promenade favorite ! 

Pors Loubous 

 C’est  un spectacle fascinant lorsque, lors des grandes tempêtes,  les vagues le submergent !

une vague énorme

En ces jours de grosse chaleur en France,   je vous adresse de l’air frais iodé de bretagne avec un peu d’écume pour vous rafraîchir  !

Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir.

 

 

Belle-Île-en-mer

Posté : 17 mai, 2009 @ 12:24 dans BRETAGNE | 15 commentaires »

 

Des falaises abruptes et de longues plages de sable, des landes illuminées à la belle saison par l’or des ajoncs et la pourpre des bruyères et des criques d’eau turquoise

Un port capitale, le Palais , avec sa Citadelle construite par Vauban et son mur d’enceinte  

la citadelle Vauban

Un port de carte postale, Sauzon, sis sur la rive d’une ria où les voiliers aiment à relâcher au milieu des goélands, avec son petit phare et ses maisons pastels

Sauzon

Et deux bourgs dans les terres, Bangor et Locmaria
L’île culmine à Locmaria. Sa chapelle blanche confère au village une touche méditeranéenne renforcée par la présence d’un pimpant palmier.

chapelle de Locmaria

C’est Belle-île-en-mer, la plus grande des îles de Bretagne, une île comme on en rêve !
Sa splendeur a inspiré beaucoup d’artistes qui ont succombé à son charme.

A l’arrivée du bateau on ne voit que la côte douce alors qu’à l’opposé la côte sauvage est battue par les vents et les vagues du grand large.

vue du ciel

Parmi les plus belles plages , voici port Donnant aux multiples visages et au sable d’une belle couleur orangée. La mer y est rarement calme, souvent agitée et parfois déchaînée.La mer et le vent sculptent le schiste et creusent la roche, créant de remarquables arches de pierre et des gouffres ouverts sur la mer.

plage de Port Donnant

Haïku de Jack Maudelaire Ici

Les vagues vont et viennent
sur le rivage brûlant,
mouvement perpétuel

La grotte de l’Apothicairerie abritait autrefois plusieurs centaines d’oiseaux qui y construisaient leurs nids, les nids alignés ressemblant à des bocaux sur des étagères d’une officine d’apothicaire, d’où le nom. De nos jours,une réserve ornithologique protège entre autres des colonies de mouettes tridactyles, des goélands et des cormorans . Au pied de falaises escarpées, on trouve un curieux crustacé qui ressemble un peu à un pouce humain et qu’on appelle le pouce-pied, un rare délice de la mer .

grotte de l'apothicairerie

En 1894, Sarah Bernhardt découvre la Pointe des Poulains et s’y installe dans un fort pour quelques années, mais l’endroit le plus connu, ce sont les aiguilles de Port Coton immortalisées par le tableau de Claude Monet, ainsi appelées parce que la mer y bouillonnant se gonfle en gros paquets d’ouate, formant un spectacle magique . Et vous découvrirez peut-être avec un peu d’imagination le profil de Louis XIV, un chien qui hurle à la mort et le Mont Saint Michel !

Port Coton par Monet

Sauzon par Emile Sabouraud

 

1...34567
 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...