Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Le Cap Sizun autrefois raconté par Blandine Meil (10/14)

Classé dans : BRETAGNE — 15 février, 2016 @ 8:39

Les marchands ambulants en trois épisodes

La vendeuse de sardines

Dans notre campagne rurale retirée, rares étaient les marchands ambulants. Nous les voyions arriver surtout en été. Trois d’entre eux me restent encore en mémoire.

 Le premier c’est une femme que nous appelions Ti-Philomène.  La vendeuse de sardines.

Elle pouvait arriver à n’importe quelle heure du jour. C’était selon la marée et la rentrée au port  des pêcheurs de sardines.

Elle arrivait d’Audierne avec sa petite charrette à bras qu’elle tirait derrière elle, pleine de glace qui fondait et coulait le long du chemin et remplie de cageots de sardines fraichement pêchées par les sardiniers d’Audierne. Elle parcourait ainsi les villages du cap Sizun.

97686439

 Quelquefois les sardines surtout en été avaient les yeux vitreux et les ouies brunes. Elle-même plus trop fraîche et difficile de lui mettre un âge, ni jeune, ni trop vieille, longue, élancée et maigre. Elle portait un tablier dans lequel elle s’essuyait les mains après avoir touché aux sardines. De bleu pâle, il tournait au gris foncé. Elle essayait ensuite de replacer ses cheveux collés à son front et qui sortaient de son foulard. 

Nu-pieds l’été dans les chemins caillouteux, tout en tirant sa charge, d’un pas rapide elle courait plus vite qu’un cheval au petit galop. En ligne directe  d’Audierne à Primelin  il y a environ 6km. Il faut compter en plus la distance de la route nationale jusqu’aux villages ainsi que les allers et retours. C’était une championne de la marche, mais attelée à sa charrette ! Un personnage inoubliable.

«Saaaaardines fresk, saaaaardines fresk» lançait-elle en arrivant dans les rues de Kerscoulet.

C’est qu’elle avait déjà fait plusieurs villages avant d’arriver au nôtre!. D’autres fois  plus matinale , nous avions la chance d’avoir des sardines toutes fraîches. Elle vendait aussi des maquereaux ou des congres, des rougets, des vieilles ou autres selon la saison mais c’est le cri de :«Saaaaaarrrdines fresk, saaaardines fraîches» qui me reste en mémoire.

Certains disaient qu’elle était veuve de marin et qu’elle gagnait ainsi sa vie ! Mais personne ne savait trop bien ce qu’elle avait vécu avant de faire ce métier ! Femme sans âge et pleine de courage ainsi que tant d’autres, je vous décerne une mention spéciale dans  les cahiers de mes souvenirs.

16 commentaires

  1. elisabeth dit :

    Je comprends que cette dame était maigre à parcourir tant de kilomètres et à se démener pour vendre. Il fallait bien vivre. Ce devait être une lutte pour survivre. Merci Danae de me rappeler cette histoire lue chez Blandine. Bisous et bon week end.

  2. noelle dit :

    Bonsoir Michèle
    J’adore !pour moi aussi ce sont des souvenirs d’enfance !
    De très jolis récits plein de charme !
    Je t’embrasse, bonne nuit !

  3. l'angevine dit :

    oh que j’adore ces marchands ambulants

  4. Cordée-Clarisse dit :

    Oui, Mr Jack a payé pour avoir son nom au Grand Stade de Lyon/Décines…
    Mais rassures-toi ! pas une fortune !!!mdr !
    Il est sérieux Jacquot !
    Il est parti skier…
    Mais sans doute pas mal de monde….il n’aime pas trop ça !
    Bonne journée ma belle, bisous et amitiés depuis Passy.

  5. j-francois dit :

    Bonsoir ce récit me rappelle les femmes de pêcheurs qui déambulaient avec leur charrette dans les rues de Honfleur en s’époumonant « poissons frais » Bonne soirée bises

  6. Cordée-Clarisse dit :

    Ben oui, tu vois, à défaut de présence, les fleurs ont remplacé…..enfin presque !
    Il est gentil ce Mr Jack, je crois que je vais le garder..MDR
    Bonne journée à toi, et ton JL
    Bises et amitiés depuis Passy

  7. Ariaga dit :

    Encore tellement de retard accumulé …je cours après mon ombre. Je t’embrasse maie fidèle.

  8. marine D dit :

    Elle avait un grand mérite, malgré l’à peu prés hygiénique du aux conditions de l’époque, mais personne sans doute n’en a été malade, le feu brule les microbes !
    Ton amie a une belle mémoire Danae
    Zoubis de Zoupie

  9. dgidgi & michel dit :

    Tes cahiers sont des sources inépuisables !!!
    Bisou du soir Michèle et bonne semaine

  10. lemenuisiart dit :

    Bon il faut aimer les sardines aussi

  11. achillehil dit :

    Elle aurait aussi pu faire la morue
    Gros bisous p’tite Fleur

  12. Cordée-Clarisse dit :

    Magnifique portrait de cette femme…
    Je ne voudrais pas savoir l’état de ses cheveux ni de son oreiller…mais c’était une autre époque !!
    Pleine de charme, ce que nous ne connaissons plus de nos jours.
    Mr Jack est bien rentré, il a bien * footé * le match a été gagné par les lyonnais, alors il est content.
    Bonne journée,
    Gros bisous et amitiés des passerands.

  13. le cornec dit :

    Oui des joli souvenirs que les moins de 50 ans ne peuvent pas pas connaître. Merci.

    —> Merci à vous, en effet !

  14. Yvon dit :

    que de merveilleux souvenirs avec ces marchands ambulants, poisson, lait, beurre, fromage blanc au goût que l’on ne retrouve plus……même sur les petits marchés, normes sanitaires oblige
    bon début de semaine, Danae

  15. Petits Bonheurs dit :

    Un récit charmant qui fait du bien.
    Je me replonge dans mes souvenirs d’enfance.
    Bon début de semaine à vous deux. Bises

  16. Aloysia dit :

    Un portrait remarquablement tracé, à la fois en peinture, en mouvement et en son ! Cette femme est vivante là, pour notre plus grand bonheur ! Et la petite image arrive à point pour compléter ce tableau digne de Millet, mais qui le dépasse…

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...