Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

« Que gagne-t-on à échanger ? Un supplément d’âme »

Classé dans : citations — 21 juin, 2012 @ 7:52

 

 Comme je le disais dans la conclusion de mon article sur le Laos et Cambodge, la rencontre avec d’autres cultures apporte un vrai supplément d’âme. L’expression me plaît et je remercie mon amie Graindecel du Maroc   http://graindecel.canalblog.com/     de m’avoir fait connaître la copie de cet éminent philosophe sur le sujet.

 

Le philosophe Vincent Cespedes a planché sur un des sujets du bac de philo .

Par VINCENT CESPEDES, philosophe écrivain

De mon point de vue, «Que gagne-t-on à échanger?» est le plus beau sujet du Bac philo 2009. Beau parce que poétique (c’est-à-dire faisant trembler nos émotions les plus intimes) et politique (c’est-à-dire faisant trembler le monde).

Le présupposé est facile à déceler: «Nous avons la capacité d’échanger». C’est ce verbe assez mystérieux qu’il faut interroger d’emblée.

On pense tout de suite aux transactions matérielles – troc, argent, biens divers. Puis l’immatériel nous saisit – conversation, dialogue, confidences, apprentissage, mais aussi émotions, tendresse, amour. Point commun : pour qu’il y ait échange, il faut que je prenne et que je donne, autrement dit qu’il y ait transaction entre au moins deux partis, transmission mutuelle. Comment, dès lors, parler de «gain», si la nature même de l’échange est de tendre vers la réciprocité, le donnant-donnant, l’accord des deux parties ? Inversement, si l’échange est déséquilibré, s’il induit une nette différence permettant de parler d’un «gagnant» (victorieux) et d’un «perdant» (lésé), en quoi s’agirait-il encore d’un échange, à proprement parler ?

Une distinction semble ici nécessaire. Dans l’échange matériel, ce que je donne ne m’appartient plus, je le perds au profit de ce que je reçois en contrepartie ; tandis que dans l’échange immatériel, je ne me dépossède pas de ce que je donne. L’échange matériel inverse la possession des choses, change les titres de propriété (cela vaut également pour les flux virtuels de la Bourse) ; l’échange immatériel, en revanche, est un partage. Je ne perds pas le savoir que j’enseigne, l’information que je livre ni la caresse que je prodigue.

(…….)

Oui, c’est de la vie qui s’échange dans l’échange immatériel, y compris les informations prétendument «objectives» dont nous abreuvent les mass media. Qui n’a pas senti dans l’échange quel qu’il soit une certaine «magie qui passe», une «bonne vibration» qui chamboule nos émotions et ancre l’autre dans notre corps, notre cœur, notre mémoire ? La philosophie française, obsédée par l’allemande, a trop longtemps dénigré et méprisé cette expérience singulière et essentielle qui bouleverse tout un chacun.

Pour Julien Offray de La Mettrie (1709-1751), la conversation est un vital appétit d’échange qui «me rend le même service qu’un bon livre, elle relève mon âme, elle nourrit et restaure en quelque sorte un être qui mourrait comme d’inanition : c’est presque rendre la vie à un cadavre.» Dans l’échange philosophique, Socrate délivre les pédants de leurs préjugés et redonne vie à la pensée pétrifiée en dogmes. Dans l’échange pédagogique, le bon maître apprend à l’élève, mais aussi de l’élève : le cheminement de l’apprentissage s’opère par un va-et-vient passionnant. Dans l’échange amoureux véritable (à ne pas confondre avec l’encouplement qui met l’amour sous contrat !), les libertés se renforcent l’une avec l’autre, les horizons s’élargissent en se conjuguant ; les amants mélangent leurs jus et leurs joies dans une intense « percolation ». L’échange humain se décline sur le mode fertile et incontrôlable de la création.

Que gagne-t-on à échanger? – Un accroissement de vie ou, pour le dire autrement : un supplément d’âme. Un essor, aussi infime soit-il, qui déploie et vivifie grâce à l’autre nos désirs, nos rêves, notre identité, nos talents. C’est la leçon qu’Édouard Glissant nous chuchote, depuis sa Caraïbe : «Je peux changer, en échangeant avec l’Autre, sans me perdre pour autant.»

Vincent Cespedes, philosophe, écrivain

 Pour lire l’article en entier c’est à ce lien : 

http://www.liberation.fr/societe/0101574882-que-gagne-t-on-a-echanger-un-supplement-d-ame

 

 

6 commentaires

  1. coste nicole dit :

    Que gagne-t-on à échanger? De belles rencontres virtuelles qui parfois deviennent réelles!Echanger avec toi de beaux récits de voyage, une approche d’autres civilisations, un bonheur! merci Danaë, même si mes visites sont espacées j’ai plaisir à revenir! Nicole

    —> Je te remercie Nicole, c’est un bonheur de te retrouver ! Oui échanger, partager, cela donne un peu de piment à la monotonie de la vie ! Bises

  2. Ariaga dit :

    Cela y est , j’ai terminé ton voyage et ce fut vraiment un bel échange de nous proposer ton expérience et ta manière d’ouvrir les yeux tout grands comme ceux d’un enfant.

    —> Un enfant a le don de s’émerveiller et c’est bien quand adulte on admire ! Je t’embrasse.

  3. peintrefiguratif dit :

    je suis d’accord que les échanges sont très important c’est pourquoi j’avais créer le blog et que je fais des initiations pour partager ce que j’aime avec des personnes qui n’ont jamais pratiqué et qui aimeraient connaitre sans oser se lancer
    voir autre chose que sont propre horizon, s’interesser aux autres c’est ma philosophie
    donner sans attendre qu’on vous le rende c’est aimer
    bisous
    raymonde
    —> Oh mais Raymonde je suis ravie de tes commentaires et d’accord aussi pour dire les échanges importants et donner sans attendre en retour ! Une belle philosophie à pratiquer chaque jour et je te félicite pour les initiations à la peinture que tu fais bénévolement. Bises

  4. grain dit :

    Partageons chère Danae!
    De belles images,un poème…de belles émotions comme tu sais si bien le faire.
    Grain(e)
    —> Un beau partage n’est-ce pas Grain (e) grâce à ta découverte. Encore merci.

  5. Jacqueline dit :

    Echanger induit une transaction.Si je n’ai rien je ne peux échanger.
    Partager induit donner recevoir rien n’est déséquilibré. Partager est avec amour un des plus beaux motx de la langue française avec merci.
    J’aime ces mots qui sont flux et reflux de la vie. Je vais bientôt partager mes mes fleurs et sourires du chemin.
    Je t’embrasse
    Mounette
    —> Merci Mounette pour tes observations très justes. Merci d’avance pour le partage des fleurs et sourires. Bises

  6. peintrefiguratif dit :

    un peu trop tôt pour moi pour philosophie et le temps pourri ne s’y prête pas
    bisous
    raymonde

    —> Ah ya pas que chez moi alors le temps pourri ! Cela me console . Bises Raymonde

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...