Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Carnet de voyage désert libyen (6/13)

Classé dans : LIBYE FEZZAN — 23 juin, 2011 @ 15:32

 

Jour 8 – In Amelal – arche Afazedjar

Balade de trois heures le matin où nous escaladons une dune, puis montons à un petit col pierreux où la vue est magnifique sur l’étendue de sable et de pitons rocheux. Déjeuner près d’une tour en rocher dont la base est sculptée de trous comme une dentelle. Ibrahim trouve une vraie pointe de flèche taillée qu’il offrit à Sandrine.

Nous faisons la sieste à l’ombre et nos chaussures sèchent au soleil. Au réveil, plus qu’une seule chaussure par personne. Amgar est passé par là. Il aime nous faire des farces. Le ciel bleu disparaît sous les nuages. Bizarre, j’y vois la tête de Théodore Monod … Je n’ai pourtant pas bu car tout alcool est totalement interdit dans le pays. Les autres partent pour une seconde promenade. Ils iront jusqu’à une arche très impressionnante et pour cela devront sur la route du retour escalader trois cordons de dunes. Ils en reviennent fourbus.

libye48.jpg

Pendant ce temps j’accompagne les touareg à la recherche de bois. Ils ont trouvé de vrais arbres entiers et doivent les arracher au sable en les tirant avec un filin métallique attaché au 4×4. Puis ils en débitent les morceaux avec une très lourde hache. Puis ils tireront sur l’écorce si fort qu’ils en tomberont à la renverse (Moussa et Ibrahim). Cela sera l’objet d’un rire toute la journée ! Les touareg ont conscience que le bois est rare et ne sera pas éternel si bien qu’il est réservé uniquement pour la veillée, pour la cuisine ils utilisent du butagaz.

 libye49.jpg

Au bivouac, les nuages se sont amoncelés. Nous sommes obligés de monter trois tentes qui auront toutes trois l’ouverture placée différemment et pourtant le vent ne vient que d’un côté. La mienne était placée judicieusement et je m’en félicite encore ! Mais aucune sardine ne tenait dans le sable (il n’y en avait que 4) et il fallut chercher des pierres. La pluie se mit à tomber, pas longtemps heureusement. Eh oui dans le désert ça arrive ! Le vent chassa les nuages, les étoiles réapparurent et nous pûmes dormir dehors.

5 commentaires

  1. Jacqueline dit :

    « Si j’suis tombé parterre
    C’est la faute à Voltaire
    Le nez dans le ruisseau
    C’est la faute à Rousseau »

    Je n’invente rien !!!
    Mounette

    —> ha ha ha – hi hi hi !

  2. Jacqueline dit :

    De Théodore Monod voir le visage
    Dans le désert : un mirage
    Par là, Danae je suis passé
    N’ai pas résisté à me montrer
    Les touareg tombent par terre
    Est-ce la faute à Voltaire
    Certains partent quatre à quatre
    D’autres montent dans le 4X4
    Ainsi se résume ce récit
    De la belle au désert de Libye

    Bisous
    Mounette

    —> Ma Mounette, tu m’amuses bien avec ta poésie, et je me demande ce que vient faire Voltaire, si ce n’est pour la rime ! gros bisous

  3. ariaga dit :

    Je voyage, je voyage ! Je repense aux voyages imaginaires auxquels nous avions joué un été. Je t’embrasse.

    —> Oui nous nous connaissons déjà depuis pas mal de temps et tu sais nous entraîner à ta suite dans diverses aventures de la pensée imaginative ! Bises Ariaga

  4. pseud dit :

    n’oublie pas tes chaussures ! lol !
    Je t’embrasse très fort, ma danae

    —> Nelly un très gros et affectueux bisou pour toi.

  5. sonya972 dit :

    merci pour cette belle page
    passe une très belle soirée

    gros bisous

    .•°•.Ś Ő Ń Ŷ Á.•°•.

    —> Kikou Sonya, ma pensée va vers la mer chez toi, si belle, si chaude et si bleue ! Bisous

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...