Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Si loin du monde, l’histoire de Tavae

Classé dans : livres de voyages,POLYNESIE — 15 avril, 2009 @ 8:50

 

De l’histoire de Tavae, un livre en est sorti en 2003, dont le titre est :

 « si loin du monde »
avec une citation de Jack London :
« les plus belles histoires commencent toujours par des naufrages »

par Tavae , récit recueilli par Lionel Duroy aux éditions Oh.

Tavae

Tavea est donc parti le 15 mars 2002 pour une journée de pêche ordinaire au mahi mahi, la dorade coryphène qu’il a l’habitude d’attraper au harpon. Le vent est bon, la mer est calme, lorsque soudain le moteur de la petite embarcation tombe en panne. Impossible de réparer, impossible de regagner la côte.

Tout d’abord il dérive et ne s’inquiète pas trop pensant que quelques bateaux vont croiser son chemin. Hélas. Les jours passent, il se nourrira des poissons qu’il pêche, découpant leur chair en de fines lamelles qu’il fera sécher au soleil.

« J’ignorais où m’emportait le courant et j’eus soudain le sentiment vertigineux d’être entré dans le vide infini du monde » Il s’endort sur cette pensée. « Garde tes forces pour toi, pour résister et te sauver. » Il prie le seigneur de lui envoyer un signe. Il croit avoir eu la visite de ses ancêtres. Les après-midi s’écoulent et pas un avion ne traverse le ciel, pas un bateau ne fend l’horizon. Il fait des encoches sur sa boite de fusées pour compter les jours. Puis finalement il perd la notion du temps, ne sait plus s’il est vivant ou mort.

Des algues flottent sous son bateau et il découvre des petits poissons qui fraient dans son ombre. Il prend un seau et arrive à en recueillir quelques uns qu’il caresse et à qui il parle pour se sentir moins seul. « Je ne vais pas vous manger, je vous envie de voyager en famille, je suis tout seul perdu loins des miens »

Puis voilà qu’il aperçoit un chalutier qui semble décrire de larges cercles sur l’océan mais qui finalement ne le verra pas. Il est si désespéré ce jour là qu’il n’a pas l’énergie de pêcher et pourtant il lui faut survivre. Sa ration d’eau s’épuise. « La soif m’effrayant, cela m’avait amené à me rationner jusqu’à ne plus boire que deux gorgées le matin et deux gorgées le soir. M’en tenir à ce régime après une dizaine d’heures de soleil, me réclamait chaque fois un sursaut de volonté. J’étais maintenant assis au fond de mon bateau, incapable de penser qu’à mon désir de boire. Je n’avais pas absorbé une goutte d’eau depuis trente-six heures et ma langue avait la consistance rêche du carton. Le feu m’embrasait jusqu’au fond de la gorge et je n’avais plus une goutte de salive pour l’apaiser. » Une grêle assourdissante le tira de sa torpeur et il put remplir d’eau ses glacières et tout ce qu’il était possible de remplir.

Une autre fois, il dut surmonter sa peur, son canot devenu épave à la merci du vent et des déferlantes. « Je suis certain que sans la prière, sans l’aide de Dieu, je n’aurais pas survécu aux heures qui suivirent. Je voyais mon bateau dévaler des murs d’eau de six à sept mètres de haut. »

Et puis, un matin radieux, des oiseaux apparurent et peu de temps après, une terre à l’horizon où le ressac l’a jeté sur une plage des îles Cook  à 1.200 kms de son point de départ, après 118 jours de mer, où il fut recueilli et devint un héros national. Une fin heureuse.

image de Polynésie

7 commentaires

  1. Cowan Tupuna dit :

    J’ai bien aimé le livre Tavae Si loin du monde vous devrez le lire il est plein d’aventure
    —> Oui ce livre est vraiment passionnant !

  2. MATHIEU dit :

    Un livre formidable, nous sommes les compagnons d’une aventure de 1200km et 118 jours qui aurait se terminer trés mal. Encore bravo. Un livre qui se dévore.
    Jean-Jacques

    —> salut compagnon d’aventure et merci pour ta visite

  3. Chris-Tian Vidal dit :

    Je commande !

    —> Je l’ai lu d’une traite !

  4. Chris-Tian Vidal dit :

    Merci Danae de ton ressenti de lecture qui donne envie de lire le livre. A force de volonté, à force d’âme… On déplace les montagnes. Il s’agit d’une autobiographie, je suppose ? Je note dans mes tablettes !

    —> C’est l’histoire d’un homme authentique dans sa sincérité et sa simplicité. Je t’en conseille la lecture, c’est passionnant.

  5. pere cantoche dit :

    C’était la  » bouche en O  » , bien sûr ….

    —> J’avais bien compris ! en Oh

  6. pere cantoche dit :

    J »ai lu ton petit résumé , la bouche en eau …
    Pas perdu une goutte … très envie de lire les aventures de ce pêcheur … Grand merci , Danae !

    —> Le livre est en pocket et il vaut la peine de le lire.
    J’espère que tu as refermé la bouche depuis !
    bises et bonne journée

  7. Marie-Aline dit :

    Merci Danaé!
    Cet am, je cours vers ma librairie préférée trouver ce récit ou le commander. Beau témoignage de vie. Quelle ressource au sein de sa Vie intérieure!

    Bonne journée bretonne!

    Marie-Aline

    —> Vous ne serez pas déçue, c’est un très beau texte d’une histoire oh combien émouvante.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...