Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Ma traversée du Tanezrouft (4/4) Bidon v – Bordj Mokhtar

Classé dans : ALGERIE TANEZROUFT — 18 janvier, 2009 @ 9:00

 

matin dans le sahel

Nous avons bien du mal à repartir, fech fech, ce qui veut dire sable mou, ensablement, gonflage ou dégonflage des pneus. Il faut pousser la voiture. Encore cent cinquante kilomètres avant d’atteindre la frontière du Mali. Des tourbillons de fumée sur la piste, ce sont les voitures qui roulent de front où bon leur semble, ou qui se rapprochent jusqu’à presque se toucher au grand effroi des passagères !

Insensiblement nous nous écartons de la piste et quand nous en prenons conscience, nous sommes seuls à deux voitures au beau milieu d’un immense plateau vierge. Il serait sage de reprendre nos traces mais nous connaissons la direction de la piste et allons. Seulement quand nous la recoupons, il s’agit de savoir s’il faut la reprendre vers la droite ou vers la gauche ? Les hommes opinent pour la gauche et n’écoutent pas mes dénégations obstinées. Au bout d’une dizaine de kilomètres les indications portées sur un bidon me donnent raison et je n’en suis pas peu fière ! Nous retrouvons les autres voitures stoppées, inquiètes d’avoir perdu leur guide.

Tout à coup, face à nous, mais est-ce un mirage, un pneu qui roule tout seul ! Il est tombé de la voiture nous précédant sans que personne s’en aperçoive. Nous approchons des horizons montagneux de l’Adrar des Iforas. Une végétation de maigres touffes vert tendre adoucit le paysage. Aux confins du désert, une femme et deux enfants à moitié nus nous remercient du pain que nous leur donnons par un grand sourire. D’où viennent-ils, il n’y a rien à trente kilomètres à la ronde ?

 

au milieu de nulle part

Nous arrivons à 16 h 30 au bordj Pérez (aujourd’hui Mokhtar) à la frontière algérienne avant le Mali. Présentation des papiers. Malheureusement il nous manque les cartes grises de deux voitures et malgré l’attestation de vol de la police d’Adrar, les soldats ont reçu l’ordre de nous retenir. Ils doivent correspondre en morse avec Adrar et recevoir une réponse ce soir vers vingt heures. Nous sommes vaguement inquiets à cause de l’histoire avec le policier.

Nous installons les voitures en carré pour nous couper du vent et décidons de dîner mais l’appétit n’y est pas. L’attente commence. Comment peuvent-ils correspondre avec Adrar puisqu’ils nous ont dit avoir leur groupe électrogène en panne ? Des tentes de nomades nous parviennent des tam tams et bruits de flûtes. Ils nous feront attendre jusqu’à 22 h 30 et si nous ne leur avions donné un litre de vin, nous y serions peut-être encore !

Nous les quittons, trop heureux. Dans la nuit noire à la lueur des phares, je prends les touffes d’herbe pour de dangereux pavés. Le sahel commence. Installation ultra rapide des tentes pour une nuit terrible tant il fait froid.

Nous venons de traverser le Tanezrouft.

Depuis ces temps là, une route est en cours de construction !

 voir ce lien : http://www.3emegroupedetransport.com/LePK250.htm


8 commentaires

  1. BELIN dit :

    Je suis passé à Bidon V en 1974(1ère grande famine au Sahel),mais je n’ai plus aucune photo en ma possession.

    Merci de m’en transiter :prises sur cette même année

    Pit
    —> J’y suis passée en 1967 et je n’ai pratiquement aucune photo. Désolée, les autres viennent du net.

  2. Danielle perdrizet Ortelli dit :

    En 1967, j’ai fait le même voyage mais Gao Adrar, et c’est nous qui avons perdu les papiers des deux voitures de Gabriel Osmont , en rentrant en France ,nous sommes allés chez Peugeot , pour avoir des duplicatas, et vous les avez récupéré à Niamey, c’est Mme Jacqueline Auriol à qui nous les avions confiés, qui les a remis. À notre hôtel, le sien
    Était juste en face,
    Je pense que Gabriel a du vous raconter , nos mésaventures d. ‘Adrar ,
    L’année suivante je suis allée au Tibesti, et vous ? Toujours avec Gabriel

    —> Oui je suis aussi allée au Tibesti avec Gabriel. Vous pouvez trouver sur mon blog tous les récits. Mais je vais vous écrire en direct prochainement, heureuse de vous avoir rencontrée et de pouvoir parler de notre ami Gabriel.

  3. mokrane dit :

    Bonjour, votre histoire me fait rever et me donne envie d’aller visiter Bidon V et le désert de Tanezrouft, pourriez-vous SVP m’indiquer l’itinéraire le plus logique en prenant le départ à partir de la ville d’Alger, merci beaucoup.

    —> Il faut rejoindre Adrar puis Reggan, je ne peux trop vous dire car je ne me souviens plus mon voyage datant de plusieurs années, tout ce que je puis vous dire c’est qu’on ne se lance pas dans le tanezrouft tout seul sans prendre toutes les précautions ! Amitiés

  4. ANNIC Jacques dit :

    Je suis passé à Bidon V en 58 (j’étais météo à OUALLEN )
    J’aimerais échanger des photos de Bidon V. Voici mon E Mail: annic@free.fr
    @micalement.

    —> Je vous réponds en direct. Amitiés

  5. radiock dit :

    Bonjour,
    excusez moi mais je voudrais juste une confirmation; cette traversée du Tanezrouf a été faite en 1967 comme écrit sous une de vos photos?
    C’est à dire que je souhaite faire cette traversée également alors je me renseigne comme je peux :) Je me demande un peu comment ça se passe actuellement. Je souhaite la faire seule pour rejoindre des amis à la frontière malienne.

    Kahina d’Alger.

    Ps: merci pour votre blog, il me fait rêver quand je n’ai pas le moral.

    —> Bonjour
    Je ne peux vous donner de renseignements sur la traversée actuelle du Tanezrouft, mais je peux vous dire que c’est une traversée difficile à ne pas faire seul, mais à deux voitures avec tout l’équipement pour désensabler, les pièces de rechange voiture essentielles, l’essence nécessaire à la traversée et surtout beaucoup d’eau. Avec le GPS, c’est peut-être plus facile qu’autrefois, mais ce n’est pas à mener à la légère.
    Je vous souhaite donc la réussite de votre projet et vous remercie de venir visiter mon blog de temps à autre.
    Amitiés
    danae

  6. peintrefiguratif dit :

    me voilà en afrique maintenant et je trouve cette photo très belle
    bonne soirée
    bisous

    —> Merci de ta visite en afrique ! les tam-tams vont résonner !
    J’aime aussi beaucoup cette photo d’une rencontre vraie …
    bisous

  7. Chris-Tian Vidal dit :

    L’Afrique et pour l’heure, c’est vrai que l’Afrique ne m’attire pas mais je la découvre, ici, en ton blog et aussi sur celui de LMVIE. J’espère que tu publieras tes carnets de route et que le lien que je t’ai donné t’y incitera. Un pneu qui roule seul, ça c’est pas mal ! En Mongolie, lors de mon épopée de 2007, pas de panneaux… Rien… Que la boussole. Je suis heureux de voir que Jack Maudelaire vient te voir et je suis heureux de le lire chez toi. Pour répondre à ta question… Je sais que les Philippines, c’est pas la Chine mais il est vrai que souvent je réponds à des choses, comme un cheveu sur la soupe, comme on dit. Tout ça pour te dire que tes récits m’invitent à revoir mes idées de voyages et que tes récits en fabriquent d’autres. C’est beau cette communauté de partages. Tu as commencé ton blog en décembre 2007 : je te dis beau travail et si tu m’autorises à publier la photo que tu m’as adressée, j’aimerais bien présenter ton blog dans le mien. Des bisous toulousains, après la tempête, en croisant les doigts pour que demain, à Taurize, mes parents aient enfin la lumière et qu’il n’y ait pas trop de dégâts. Chris.

    —> La photo, je te l’offre. Elle représente une énorme vague qui se heurte à la digue d’un tout petit port tout près de chez moi où je vais à pied !
    La tempête chez toi a dû être terrible et j’espère que tes parents ont retrouvé l’électricité et le chauffage à moins qu’ils n’aient une cheminée.
    En Afrique, ce que j’ai préféré, c’est le sahara, cet endroit où l’on dit qu’il n’y a rien, que du sable, mais des paysages de toute beauté à couper le souffle.
    bisous Chris et à +

  8. © Jack Maudelaire dit :

    —> Bonjour chère Danae,

    Toujours autant d’intensité dans tes périples qui nous jettent dans des environnements où le silence semble se mêler à la fureur de la vie…

    Merci pour cet instant d’évasion, bien tendrement, Jack qui t’envoie ses plus douces pensées.

    —> Bonjour cher Jack,

    Du silence de mes déserts jusqu’à l’instant de silence sur ton blog, c’est toujours le silence que j’aime retrouver et dont je te remercie de tout coeur.
    danae qui t’embrasse

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...