Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Sur les traces d’Henry de Monfreid (4/9) Hodeida et les bords de la mer rouge

Classé dans : YEMEN — 14 décembre, 2008 @ 9:15

 

bivouac

Puis c’est le départ en toyota vers Hodeida par une route construite par les chinois, Nous traversons un col, la lumière est éblouissante, les montagnes vertigineuses, les cultures en terrasses impressionnantes quand on pense qu’elles ont été construites par la main de l’homme, avant d’arriver dans une plaine où nous trouvons plantations de kat, de coton, de maïs et même des bananiers. Des nids de tisserands sont suspendus aux rares fils électriques. Une vache écrasée huit jours plus tôt est restée sur le bord du chemin, gonflée comme une outre. Après un arrêt dîner, nous poursuivons la piste vers Salif à 60 kms dans la nuit noire durant trois heures éprouvantes par les secousses.

A minuit la mer rouge est atteinte et nous nous baignons au clair de lune dans une mer tiède mais obscure, inquiétante par tout ce que nous ne voyons pas

Nous établissons un bivouac sur la plage après avoir fait un rempart de nos bagages contre le vent. Le boutre est là, en ombre chinoise sur la mer.

Nous sommes réveillés par des pêcheurs qui tirent leur filet sur la plage. Les dauphins volent les poissons jusqu’à vingt mètres du bord, les pélicans regardent narquoisement les filets sortir vides. Les gamins passent derrière le filet de pêche et ramassent un kilo de fretin de barracudas. Les rochers sont couverts d’huîtres. Des sortes de cormorans hauts sur patte s’envolent à notre approche. Une aigrette blanche nous suit avec curiosité.

Nous découvrons notre nouveau territoire. Face à nous d’immenses plages où nous ramassons quelques coquillages dont un précieux peigne de vénus, des oursins crayons et de minuscules et brillantes porcelaines. Nous apercevons au travers de l’eau limpide des milliers de petits poissons qui me plairaient bien en friture dans mon assiette !

Nous allons au village pour le petit déjeuner autour du plat unique de haricots fèves et piments, léché après nous par une quantité de chats les plus maigres et éclopés du monde.

5 commentaires

  1. peintrefiguratif dit :

    cette photo pourrait être un tableau tant elle est belle
    superbe voyage
    bonne journée

    —> Merci
    On trouve beaucoup d’inspirations pour les peintures chez les photographes !
    amitiés
    danae

  2. Down under dit :

    je ne pensais pas qu’il y ait une telle faune aux abords et dans la mer rouge…mais la situation a du changer avec les problèmes de salinité…

    —> Bonjour Béa, Madame x !
    Le phénomène el nino qui a provoqué un réchauffement des mers du globe et ainsi la mort de certains planctons qui étaient la nourriture des coraux, donc provoqué la mort des coraux, n’a pas touché la mer rouge. Tu n’as pas fini d’être étonnée quand je vais parler de tous les poissons que nous avons observés sur l’île …
    à bientôt et bises
    danae

  3. nade dit :

    très belles tes photos, elles illustre bien les souvenirs que tu nous partage . merci Nade

    —> Bonjour Nade
    Toujours fidèle et partante pour mes aventures ! J’espère que tu t’es chauffée auprès de ma cheminée.
    Joyeux Noël
    danae

  4. © Jack Maudelaire dit :

    —> Chère Danae,

    J’imagine que de ces moments vertigineux, il est sorti un sentiment de bien-être ou d’avoir vécu quelque chose de particulier. Être au bord de la mer rouge et se mêler au vent qui balaie la plage, cela ne peut pas s’oublier, la preuve puisque tu offres par tes mots l’ivresse de ces instants…

    Merci pour ce voyage, bien tendrement, Jack.

    —> Cher Jack
    Je te remercie de venir chaque jour suivre mes voyages. On dit que c’est l’attente d’un plaisir qui est un bonheur plus grand que le plaisir lui-même, mais là en l’occurence, la plage n’était pas vraiment belle et nous étions impatients d’arriver sur l’île. L’ivresse ce fut sur l’île, des moments inoubliables.

    Je tembrasse et te souhaite une belle journée
    danae

  5. cielnuageux dit :

    T’es vraiment incroyable lol
    Mais ça ne peut s’inventer tout ça
    Je suis vraiment « soufflée »
    bizzz

    —> Non effectivement ça ne peut pas s’inventer d’autant plus que je ne suis pas du tout imaginative et que je ne saurais pas m’inventer une identité !
    Tu as les photos qui en sont le témoignage.
    En attendant il ne doit pas faire chaud chez toi (sans électricité et avec la neige) !
    Alors viens te chauffer à ma cheminée (qui en réalité est la tienne que j’ai chipée sur ton site !)

    bizzz
    danae

    Dernière publication sur blogapart : Un américain à Paris

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...