Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Sur les traces d’Henry de Monfreid (2/9) le départ

Classé dans : YEMEN — 10 décembre, 2008 @ 9:04

 Février 1976

Une journée de pluie s’achève.  Chaque heure qui passe, chaque jour qui fuit, m’approche de ce qui sera un rêve, un rêve d’eau et de soleil, d’île déserte et de boutre, un rêve d’infini et de vie primitive. As-tu eu un jour la tête pleine de songes avant d’en faire une réalité quotidienne, toi le Monfreid de la Mer Rouge ?

Je me prépare à quitter le sol parisien un vendredi 13. Faut-il croire aux présages ? Les voyagistes précédents ont rencontré plein de difficultés, tempêtes, problèmes entre le Yemen et Djibouti, les îles Hanish, où nous devons nous rendre, étant encore à cette époque eaux internationales.

Départ de Paris dans le froid, les fusils sous-marins sont acceptés à la douane. Escale à Rome, cette fois sous la pluie, Nous arrivons à Damas vers minuit où nous nous délectons d’une bière sans alcool avant de nous allonger jusqu’à 4 h du matin sur les banquettes gelées de l’aéroport essayant de trouver le sommeil bercés par des airs de musique arabe. Escale à Djeddah en Arabie Saoudite près de la Mecque, arrivée à Sanaa, à 9 h du matin à nos montres (11 h heure locale) après avoir, entre 6 h du soir et 9 h du matin, dîné quatre fois dans l’avion.  Le lever de soleil au-dessus du désert était magnifique, succession d’énormes vagues figées par un mystérieux Titan.

dans le souk de Sanaa

Sanaa, 2450 mètres d’altitude. Première impression le bruit, invraisemblable, toutes les voitures (des taxis en grande majorité) actionnent sans arrêt leurs trompes d’avertisseur. Tous les véhicules, camions et motos sont décorés de pompons, plumets et peintures de couleur Le souk, musique arabe à tue-tête, présente des échoppes de toutes catégories si minuscules que les yéménites y sont pliés comme dans une caisse. Et toujours vieilles Mercédes et charrettes à ânes qui foncent dans la foule bigarrée à grands concerts de klaxon. En effet s’ils écrasent quelqu’un, ils sont décapités sur la place publique, s’ils volent on leur coupe la main droite. La loi est rude mais le résultat surprenant. On nous courut après pour nous rendre une caméra oubliée dans une boutique.

mendiant à la main coupée

4 commentaires

  1. Anne Marie dit :

    Comme souvent, mes voyages je les fais grâce à toi .
    On dirait que le jeune homme est en posture de yoga :-) )
    J’ai assisté aussi au lever du soleil dans le désert et j’en garde un souvenir inoubliable ,grandiose ,divin …
    Danaé merci
    Douce nuit

    —> Bonjour Anne Marie

    Un lever de soleil, l’annonce d’une nouvelle journée dans le désert vaut bien plus que toutes les beautés du monde !
    Belle journée à toi
    danae

  2. © Jack Maudelaire dit :

    —> Chère Danae,

    Mais où est donc l’auto-éducation, celle qui aurait dû supplanter bien des lois ? Cela est bien triste, je trouve que les hommes perdent ce qui les rend humains : le respect de toutes choses !

    Bien à toi, et belle journée, Jack qui t’embrasse.

    —> Cher Jack

    Tristes sont ces pays où subsiste encore la peine de mort ! Ce n’est pas aux humains de juger et dans ces cas là, l’humain se déshumanise.

    Je te souhaite aussi une belle journée parmi les magnifiques paysages que tu crées sur ton blog
    Je t’embrasse
    danae

  3. © Jack Maudelaire dit :

    —> Chère Danae,

    Si les résultats peuvent être surprenants, ils n’en sont pas moins dus à la crainte qu’ils ont s’ils commettent quelques infractions. Ils ne sont donc pas à la mesure de ce qu’offre le véritable respect.

    A suivre attentivement, Jack qui t’envoie ses plus douces pensées.

    —> C’est sûr que si c’est la peur qui les fait devenir honnêtes, ce n’est pas véritablement de l’honnêteté mais n’est-ce pas un moyen de « gérer » l’ordre public !

    amicales pensées
    danae

  4. evelynej dit :

    Salut Danae,

    Voilà, c’est parti, je te suis sur les traces d’Henry de Monfreid. Le voyage commence bien.
    Merci pour ton commentaire sur mon nu au fauteuil rouge.

    Au plaisir de lire la suite des aventures d’Henry.

    Evelynej
    Scribouille et peinturlure

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...