Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Mission humanitaire en Guinée Conakry (2/4) l’hôpital de Télimélé

Classé dans : GUINEE AVEC ONG — 12 novembre, 2008 @ 9:42

 salle d'attente hôpital de Télimélé

Je devais travailler en tant que gestionnaire à l’hôpital de Télimélé. A 8 heures de piste de Conakry, Télimélé est à la fois une préfecture et un grand village dont la rue principale sablonneuse est occupée par un marché coloré où l’on trouve encore du bon pain français sous forme de baguettes. 

Je faisais partie du groupe qui restait sur place, seulement 5 blancs au milieu de 8.000 noirs ! Nous habitions une ancienne villa coloniale avec une belle terrasse sur les hauteurs de Télimélé. Mariama Bah, une africaine dévouée, nous servait nos repas dans une grande salle à manger éclairée le soir par une lampe à pétrole. La nourriture, faite par un cuisinier à l’extérieur, était abondante mais peu variée. C’était souvent excellentes tomates et avocats (lavés en principe dans un désinfectant) puis du poulet, un peu ferme car élevé en plein air, à la sauce cacahuètes.

Nos chambres carrelées avaient des fenêtres munies, comme dans tout le pays, de lamelles de bois qui laissaient passer l’air pour avoir moins chaud. Nous dormions sous une moustiquaire. Dans la salle d’eau, quelques cancrelats se promenaient si bien que je prenais garde à ne pas marcher pieds nus. J’économisais l’eau sachant qu’elle était amenée dans des bidons par notre gentille mama depuis le puits éloigné.

Mon travail consistait à gérer la pharmacie, en faire l’inventaire, classer les nombreux cartons de médicaments que nous apportions et les distribuer aux patients, selon l’ordonnance du médecin français qui donnait ses consultations dans la pièce voisine. Je devais leur expliquer en langage poular comment les prendre : « diarama tanalato » voulant dire » bonjour, ça va la famille », « goto bimbi « : « un le matin », » didi kikidé » : « deux le soir » ! La pharmacie doit en principe s’autogérer, c’est-à-dire que les médicaments sont vendus très peu cher aux populations (pour éviter le gâchis), cet argent permettant d’acheter à nouveau des médicaments essentiels par exemple ou bien un groupe électrogène nécessaire à l’utilisation de l’échographe apporté.

Les malades se bousculaient pour les consultations, arrivant même très tôt le matin. Nos médecins devaient réclamer eau, cuvette et savon ainsi que traducteurs et infirmiers. Sur un mur de la salle d’attente on pouvait apercevoir une peinture montrant comment construire des latrines avec cette inscription  » il faut donc déposer les selles en des endroits où ni les gens, ni les enfants, ni les animaux, ni les mouches ne peuvent les toucher ».

la pharmacie

9 commentaires

  1. Aloysia dit :

    Je ne savais pas que tu avais en plus fait de l’humanitaire !! Quelle voyageuse !….

  2. biker06 dit :

    Hello Danae

    bouon festa di pasca

    Baietta

    Pat

    —> Merci Pat et bises

  3. BAH Elhadj dit :

    bonjour chère Danae je viens de lire votre article riche en information et je voudrais vous remercier pour cet oeuvre dans cette localité que je connais bien. Je suis né a kouria tout prêt de Siraya dont je suis originaire, votre article me rappel mes vieux souvenirs d’enfance. Je voudrais préciser que ce n’st pas tous les enfants qui sont apeurés par des blancs car je ne me rappel pas d’être apeuré durant mon enfance par un blanc mais plutôt j’étais curieux de voir un homme différent des nôtres même s’il y’a des exceptions. Je voudrais juste rappeler à Mr Jacques Maudelaire que c’est pas étrange que les enfants soient apeurés par des personnes européennes et de le signaler que y’a des cas similaires dans les campagnes Françaises quand les enfants voient des Africains.C’est pas parce que les enfants des ces localités sont mauvaise éducation ou par animosité de ces enfants, qu’ils soient Africains ou européens. Je pense bien que cet Elhadje qui a le 4×4 beaucoup fait pour son village (SIRAYA)la plus part des réalisation dans cet village est son oeuvre et je vous rappelle qu’il n’a pas eu son argent a siraya sur le dos des pauvres villageois mais plutot en sierra Léone est plus précisement à khoydou Nongowa. Etant fils de cette localité il revient de temps en temps dans son village et c’est dans ce cadre qu’il rend des services aux villageois. Ce n’est pas parce qu’il est Elhadje et qu’il est religieux mais au contraire il est né musulman et par son travail il est devenu riche c’est d’ailleurs ce qui lui a permis de faire le HADJE donc le PÈLERINAGE. Pour information ne considerons pas les religieux comme des criminels qui vivent dans le dos des pauvres . c’est quand on est relativement riche disons c’est quand on a les moyens qu’on peut faire le HADJE. Chere Danae je vous remùercie pour votre engagement et je vous encourage de retourner pour bien comprendre le fonctionnement de la société Africaine ou disons de cette localité. Je salue tous les villages environnants de Siraya et kouria que j’aime beaucoup.

    —> Bonjour Bah, je vous remercie pour votre commentaire si intéressant qui met au point bien des choses que je ne savais pas vraiment. Je ne pourrai y retourner car je suis trop âgée maintenant, mais je garde un excellent souvenir de ma venue en Afrique et je souhaite que d’autres y viennent afin de perpétuer l’amitié franco-africaine.

  4. elisabeth dit :

    C’est bien ce que tu as fait là-bas. C’était en quelle année ? Bonne soirée Danae.

    —> C’était en 1993 ! Bisous Elisabeth et bonne soirée

  5. Dominique BAUMONT dit :

    J’adore ! Et la description de votre vie dans la maison me renvoie plein de souvenirs. On attend la suite avec impatience. Amitiés et bonne journée (très pluvieuse en ce qui me concerne). Dominique

    —> Mais Dominique il y a quatre épisodes, et vous pouvez les lire à ce lien : http://danae.unblog.fr/tag/guinee/
    Merci Dominique pour votre intérêt à mes aventures. Ici il fait soleil. Bises
    J’ajouterai que je n’avais aucune connaissance médicale mais je me suis bien débrouillée, pataugeant un peu dans les médicaments qu’il fallait classer soignant telle ou telle maladie !

  6. Small= Peti Diaka Bah dit :

    Hi, my name is Ibrahima Diaka Bah
    And i live in Toronto,Ontario,Canada
    And i’m from Guinee Telimele Kouramoukay.
    And I’m the song of Mr, Cherif.
    Please say hi to my Mom Binta
    Thank you
    Merci

    —> I am sorry but I don’t come back to Telimele. Have a good day

  7. ~Bonsai~ dit :

    Hello Danae,

    Je poursuis la lecture passionnante de ta mission humanitaire en Guinée…J’aime bien la manière dont tu racontes tes expériences en pays lointains.

    @micalement
    ~Bonsai~

    —> Cher Bonsai
    Je te remercie de ta venue, toujours fidèle tu es et ne m’oublies pas malgré tes nombreuses absences en forêt boréale (comme je t’envie !)
    bises
    danae

  8. Jacques Miedan dit :

    Bonsoir,

    j’aimerai avoir des informations sur l’hopital de Telimele. Quel type de patient peut il accueillir?
    Quelles sont les maladies les plus souvent traites.

    Cdt

    Jacques Miedan

    —> réponse : Bonjour
    Dans le quatrième épisode vous aurez toutes les informations pour joindre l’Acauped, l’ONG avec laquelle je suis partie, et qui continue ses missions en Guinée quatre fois par an, et qui pourra vous répondre mieux que moi.
    Amicalement
    danae

  9. Jack Maudelaire dit :

    —> Chère Danae,

    Une belle leçon d’humanité que tu nous offres ici où la réalité se montre à nu dans les moindres besoins de la vie qui, pourtant, sont indispensable si l’on ne veut pas laisse se générer des maladies ou autres infections qui résulteraient d’un manque d’hygiène. Le chemin de l’éducation est donc très important, surtout à ce niveau, tant pour ceux qui y vivent que pour ceux qui y viennent les aider. Une tâche difficile qui nécessite bien du courage et de la générosité de la part de chacun, un exemple à suivre…

    Bien tendrement, Jack qui t’embrasse.

    —> Cher Jack

    C’est sûrement une tâche difficile pour ceux qui s’y impliquent, mais combien passionnante. Dans mon récit j’ai omis volontairement de parler des nombreuses difficultés rencontrées auprès de certains qui veulent profiter égoïstement des bienfaits apportés et ce n’est pas nouveau et pas qu’en Guinée !

    Douce soirée Jack, je t’embrasse
    danae

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...