Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Carnet de voyage au Ladakh (3/7) les danses masquées au monastère d’Hémis – un signe du ciel pour l’intronisation de Sa Sainteté Gyalwang Druckchen

Classé dans : INDE LADAKH — 13 septembre, 2008 @ 14:18

danseur masqué

22 juin

Lever 3 h du matin ! Dans la nuit nous butons sur les pierres glissantes du chemin vers le monastère où nous nous rendons en même temps que la foule des tibétains venus par milliers, à pied, à cheval, dans leurs habits de fête, les femmes ayant sorti leur « peyrac » coiffure aux grandes oreilles sur laquelle sont cousus turquoises et bijoux d’argent. La cour du monastère est déjà presque remplie et nous parvenons difficilement à nos places sur le balcon, dont la bordure s’effritera arrosant de gravats les gens du dessous, suite à l’assaut d’un touriste qui tentait l’escalade.

Le Ladakh n’étant ouvert aux étrangers que depuis 1974, nous sommes les premiers européens à découvrir la grande thanka de dix mètres de haut déroulée tous les douze ans et qui représente Padma-Sambhava (Guru Rimpoche pour les ladakhpas), le précieux maître qui diffusa le message bouddhique jusqu’aux confins du plateau tibétain et qui eut une vision étonnante de l’avenir en écrivant au 8 ème siècle :

« Lorsque s’envolera l’oiseau de fer et que les chevaux galoperont sur des roues, les tibétains seront éparpillés à travers le monde comme des fourmis et le dharma (l’enseignement) parviendra jusqu’au pays de l’homme rouge. »

Les danses rituelles obéissent à des règles immuables et ont une signification symbolique qui doit mener à la paix et à l’harmonie. Les têtes de morts qui surmontent les masques rappellent l’impermanence de toutes choses et les danseurs avec leurs sabres tranchent le mal. Nous changeons d’emplacement et poussées par la foule, nous grimpons avec peine une échelle (où il manque des barreaux) pour arriver sur le toit qui, par miracle, ne s’écroulera pas sous le poids de tant de fidèles.

la foule sur le toit du monastère

 

Nous resterons six à sept heures debout sans pouvoir bouger. Nous redescendrons en sautant par un trou dans le plafond jusqu’à l’étage inférieur. Madame A. tombe par surprise dans les bras d’un de ses meilleurs amis : le spécialiste mondial du bouddhisme au Cachemire ! Difficile d’aller aux toilettes depuis le toit ! On m’a parlé des sermons de Bourdaloue qui duraient toute une journée et les gens apportaient leur pot. Sous les grandes robes, ça se faisait d’autant plus discrètement que ces pots étaient munis de serpentins qui empêchaient tous bruits !

Nous attendons Madame Indira Gandhi qui ne semble pas très appréciée car quelques tibétains manifestent contre elle . On a pourtant construit 300 mètres de route pour son arrivée. Rimpoche la reçoit et elle a droit à un beau fauteuil pour assister à la cérémonie. En Inde elle aurait voulu supprimer les petits colporteurs de rues qui vendaient trois bananes ou deux beignets, représentant leur seule ressource.

23 juin

Le deuxième jour, nous trouvons une place assise près des danseurs, mais les policiers y chassant tous les tibétains, nous protestons, nous les touristes et quittons aussi l’endroit. Enfin, nous voici sur un balcon bien exposés au soleil et aux odeurs des tibétains assis auprès de nous (il faut savoir que l’hiver il fait une température de moins 30° qui n’incite pas aux ablutions). Je regrette l’eau de toilette Guerlain que Madame A. ne manque pas de s’asperger chaque matin sous la tente !

Attente de 2 h 30 pour que le spectacle commence. Puis attente de 2 h pour qu’il démarre et pour voir quoi, vous ne devinerez jamais : deux chevaux, un marron et un noir, trois chiens et une chèvre couverts de peinture rouge, qu’on excite en les entraînant droit sur la foule qui, terrorisée, s’escamote comme elle peut. C’est complètement fou. A un moment, les chevaux à grand mal retenus par une corde, s’élancent sur les gens assis tranquillement pour contempler le spectacle ! Puis installation d’un trône et de sous trônes où vont s’asseoir les lamas coiffés de mitres d’évêques brodées tenant à la main d’énormes cymbales de cuivre qui rythmeront les nouvelles danses masquées .

l'intronisation de Sa Sainteté  Druckchen

24 juin

Le troisième jour, de l’aube au crépuscule, dans la cour du monastère, une cérémonie très importante se déroule devant une foule immense venue de toutes les vallées de la province. Il s’agit de l’intronisation publique de Sa Sainteté le XII ème Druckchen Rimpoche, l’héritier actuel d’une tradition presque millénaire et élève de Thuksay Rimpoche. Agé de 18 ans, le jeune tulkou à lunettes, à l’aspect moderne, qui parle très bien anglais, devient le chef reconnu de la lignée.

Au moment où il recevra les ornements de Naropa (dont il est la réincarnation) (collier et tablier en perles et diamants, couronne en argent et turquoises et une grande chasse vitrée contenant des objets de prière en or) un HALO, comme un ARC EN CIEL se formera juste au-dessus de sa tête. J’étais là, je peux en témoigner. C’est d’ailleurs un phénomène dont on ne s’étonne plus au Tibet, tant il est courant. La foule s’est levée en l’acclamant, des centaines de katas blanches ont volé vers lui. C’était impressionnant. D’un balcon à l’autre, les gens se précipitaient, même des mères de famille avec leurs bébés sur les bras, enjambant le vide avec leurs grandes robes. Les policiers eurent fort à faire et les deux Rimpoche s’emparèrent de katas pour s’en couvrir le nez et la bouche afin d’échapper à la poussière !

4 commentaires

  1. Aloysia dit :

    Ça y est, j’ai trouvé les commentaires… Passionnant !!

  2. C’est vraiment dépaysant et très étonnant pour des gens comme nous! Mais tu as vécu de grands et beaux instants, croiser le chemin de personnalités bouddhiques et autres, et assister à un spectacle « complètement fou »!
    Quelle richesse tu gardes en toi!!!

  3. ariaga dit :

    Les récits sont déjà suffisants, pour les photos, on peut lire national géographic. Je t’embrasse.

  4. Gin.net dit :

    Bonjour Danae,

    Tes récits sont toujours fascinants. Mais dommage que tes photos soient si petites !

    A propos de photos, un contact d’un forum a eu l’occasion de voyager cet été au Ladakh et en a ramené des images magnifiques : http://www.flickr.com/photos/romimages/sets/72157607020664872/detail/

    Au plaisir de lire la suite :)

    Gin

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...