Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Au Tibesti (4) camping « toubou style »

Classé dans : TCHAD TIBESTI — 28 avril, 2008 @ 7:50

dans notre camp      fillette pilant le mil

Là nous pénétrons dans l’enceinte du campement entourée d’une haie de palmes et restons émerveillés par la paix qui s’en dégage

Des zéribas ou huttes en roseaux alternent avec les tentes igloo bleues, tout autour d’un jardin potager formé d’une mosaïque de minuscules carrés de terre d’où surgissent quelques pousses vertes. Près de l’entrée, un puits à balancier et un grouillement coloré de femmes et d’enfants peu effarouchés et bavards. Quelques palmiers, des mimosas sauvages étendent leurs ombres sur le réfectoire et la cuisine, tentes allongées construites à la mode Toubou d’un entrelacs de branchages soutenant des nattes. Il y a même une salle de douches à toit ouvert et des arbres couchés qui peuvent servir de bancs. Les cases de la famille d’Edeye le cuisinier et de Barkaï le gardien sont encloses dans le camp. 

 

L’arrivée de l’avion est un évènement. Les femmes du village, dont certaines d’une grande beauté, anneaux dans l’aile du nez, chevillières et bracelets d’argent, arborent leurs plus jolies toilettes, paradant sous des parapluies multicolores passés à l’usage d’ombrelles. Une petite fille porte sur un bras un bébé et en équilibre sur la tête un bol rempli de cailloux. Nous voulons la photographier mais en une seconde le bol se renverse sur la tête de l’enfant qui se met à hurler ! Les fillettes ont des poupées extraordinaires, le corps en bois recouvert de chiffons, la tête en datte et les nattes en ficelle noire. A la nuit tombante les élégantes dansent à petits pas une ronde lente jusqu’à accomplir un cercle presque parfait, levant un bras au rythme du tam-tam du forgeron. 

 

Il est inutile de chercher une porte aux zéribas, il n’y en a pas. Aussi choisissons-nous en vue du froid nocturne une tente plus confortable, de prime abord, mais qui nous jouera le tour de se dégonfler. Un adorable gamin de quatre ans, flottant dans son boubou décolleté, porteur d’une crotte embrasée qui doit servir à allumer un feu, nous réveille dès six heures du matin pour réclamer un bonbon. Il a gelé pendant la nuit, la glace a pris dans la cuvette. Nous attendons la venue du soleil. Barkaï s’allonge face contre terre pour la prière. 

 

L’avion passe en rase-mottes à quinze mètres au-dessus du camp, battant de l’aile pour un dernier adieu auquel nous répondons en agitant nos bras. Désormais nous restons seuls, loin de tout. Paris est à cinq mille kilomètres ! 

Nous apprenons à dire bonjour : « cala a », ça  va bien : « boudi gali », ça va très très très bien : « boudi boudi boudi gali ». Les salutations en langage Toubou ressemblent à des litanies : « ça va ta mère, ton mari, ton oncle, ta cousine, ça va toute ta famille, et ta sœur ? » Rien que par plaisir nous les répétons à « toubou d’champ ». 

 

Une mère débarbouille le visage de son jeune enfant avec l’eau d’une calebasse et termine sa toilette sommaire en lui mouchant le nez entre ses doigts mouillés. Juste derrière le camp s’ouvre le jardin de Lamaye, notre guide Toubou. Il passe une partie de sa journée à puiser l’eau, un dur labeur, pour arroser le blé et les tomates auxquelles il nous fera goûter précieusement. J’ai vu des norias fonctionner au Maroc activées par des chameaux ou des ânes, à Djanet par des zébus mais ici c’est l’homme qui remplace la bête. Sa fille pile consciencieusement le mil et en tamise la farine. L’intermède du thé est de rigueur. 

Un message d’un habitant de là-bas :
« Vous les occidentaux. Faut nous aider vous savez Que nous sommes souffrants faite en quelque sorte de dire aux ONG pour nous aide,dans l’éducation,santé,et de l’eau »

 

 

9 commentaires

  1. Hissein Yahya dit :

    Vous les occidentaux. Faut nous aider vous savez
    Que nous sommes souffrants faite en quelque sorte de dire
    Aux ONG pour nous aide,dans l’éducation,santé,et de l’eau

    —> MJe comprends que vous ayez besoin d’aide, aussi je transmets ce message au travers de mon blog.

  2. Arnold dit :

    Fascinant Désert et Fascinant Toubous !

    Un livre « remuant » : « Sahara, économie du rien » , Pascal Maitre, Michael Stuhrenberg, Actes Sud

    Pas pour comprendre, juste pour réaliser l’immensité de notre incompréhension.

    Un extrait de ce site web :

    http://lecturesdailleurs.uniterre.com/

    « Un regard incisif sur le Sahara, très documenté, un livre magnifiquement illustré

    « Sahara, économie du rien » , Pascal Maitre, Michael Stuhrenberg, Actes Sud

  3. carole dit :

    c’est incroyable cette impression de sérénité et de langueur !
    c’est magique que ce voyage dans le temps!
    la question que je me pose est qu’en est il 40 plus tard !

  4. Nicole Coste dit :

    Toujours une envie d’ailleurs qui se réalise avec toi!
    Rencontrer des gens, vivre un temps autre chose, un plaisir que tu nous fais partager, merci! Nicole

  5. Christian dit :

    Bonjour,
    Un mode de vie bien différent du nôtre et certainement un milieu bien pauvre !
    Amitiés et bonne semaine,
    Christian

  6. ~Bonsai~ dit :

    Bonjour Danaé,

    …Ce magnifique voyage se poursuit grâce à ta plume qui écrit ces mots trempés dans l’encrier de ta mémoire.
    Je suis éberlué que tu puisses te rappeler si bien tous ces souvenirs fidèlement racontés après 40 ans.

    C’est avec grand plaisir de passer sur ton blog pour me faire conter de belles histoires…celles de tes souvenirs.

    Bises et merci pour ce bon moment tiré du passé de notre grande voyageuse.

    ~Bonsai~

  7. vink dit :

    Tu décrit avec une telle précision ces scènes de vie nomades que l’on a l’impression que tous ces gens sont là devant nous. Danae tu as un talent certain pour retranscrire ces ambiances du désert.

  8. danae dit :

    C’est évident que pour un voyage qui s’est passé il y a 40 ans, je ne puisse me rappeler tous les détails, mais j’avais écrit ce récit (et beaucoup d’autres) dès mon retour avec des notes prises sur le vif.

    Je vous remercie tous de vos commentaires et de vos visites.

  9. nade dit :

    difficile d’imaginer qu’après la chaleur torride de la journée il puisse geler la nuit et que la terre ou le sable n’emmagasine pas la chaleur pour en restituer un peu!tes photos rendent bien l’atmosphère du camp et ta description la rend très présente, bravo! mais comment fais-tu pour te rappeler tous ces détails ? un carnet de voyage sans doute…..

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...