Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs

Bienvenue sur mon blog

Première journée sur l’île de Hurra

Classé dans : MALDIVES AVENTURES — 17 janvier, 2008 @ 10:13

mon repas     Mon pêcheur et sa famille

 

 

 

 

 

   Ce qui frappe le plus en arrivant, c’est la fraîcheur des teintes de l’eau, qui de bleu foncé au loin se transforment en pastel turquoise près du bord, d’une transparence incroyable, avec quelquefois des reflets argentés de poissons qui s’enhardissent à venir jusque dans vingt centimètres d’eau.

Mon île a deux kilomètres de long sur huit cents mètres de large environ. Elle a une voisine, toute petite, little Hurra, qu’on peut atteindre soit à la nage, soit par canot, soit à pied à marée basse par des bancs de sable. Les pirogues dont la proue et le gouvernail ont des courbes harmonieuses, s’étagent sur le sable blanc, autour du débarcadère. C’est là que le soleil se couche dans un déploiement de couleurs orangées chaque soir différent, incendiant la mer.

Hurra est habitée par des pêcheurs dont les enfants représentent la moitié de la population. Quand on vient d’Inde, quel contraste de voir ces enfants bien nourris de poissons et de noix de coco, aux bonnes joues bien remplies, qui font plaisir à voir.

J’ai une jolie case au toit en feuille de palmiers, avec le sol en sable blanc balayé plusieurs fois par jour et un lit de cordes tressées recouvert d’une natte. Une petite barrière entoure mon jardin et j’y installe une caisse qui me servira de banc. Dès que je m’y assois pour essayer d’écrire quelques notes, c’est un défilé ininterrompu du voisinage. Des enfants m’apportent des cadeaux en signe de bienvenue, des prunes un peu bizarres, un peu dures et amères, des coquillages, ou bien si on n’a rien à m’offrir, on me sourit. Les femmes aussi sont curieuses et n’ont pas souvent de distractions à part fumer le water pipe (narguilé). Il faut bien répondre à ces gestes amicaux et toute ma provision de bonbons y passe. Seul le chef de l’île qu’on appelle ici le « kalifon » parle anglais.

Il faut que j’organise l’emploi du temps de mes journées.

Bain de soleil, baignade, tour de l’île à pied, exploration sous-marine, ramassage des coquillages et coraux (maintenant c’est interdit), lecture, sieste, visite des îliens qui veulent tous m’inviter chez eux.!

Une jolie fillette de la famille de mon pêcheur vient, lorsque arrive l’heure du repas, me chercher et me prend par la main pour me mener vers mon repas qui m’attend sous une cloche à l’abri des mouches : riz curry, trois chapatis aux noix de coco et thé dans une jolie tasse en porcelaine de chine, poisson grillé et papaye. J’avais apporté un pot de confiture qu’on me sortait sur le plateau à chaque repas et lorsqu’il fut fini, jugez de la délicatesse de ces gens qui m’ont apporté du miel à la place. Au five o clock tea je suis le point de mire des femmes. Les jeunes sont extrêmement belles, les vieilles toutes édentées, mais toutes ne savent qu’inventer pour me faire plaisir. Si l’une râpe de la noix de coco, elle m’en offre.

Je me couche tôt, car demain grand programme : le matin jusqu’au reef en dhoni pour mettre le nez sous l’eau de l’autre côté de la barrière de corail et l’après-midi snorkeling jusqu’à une île sauvage voisine avec un touriste allemand rencontré ce matin.

2 commentaires

  1. danae dit :

    Bonjour Zik
    Oui, je ferai un petit arrêt entre deux histoires !
    Je ne veux pas décevoir mes lecteurs, mais il faut que je leur laisse un peu de temps …
    Bonne journée à toi

  2. zikperso dit :

    Vas pas si viteeeeeeeeeeee, tu vas finir ton blog trop tôt !!!!!!!!!!!!!!
    Je n’ai pas encore tout lu, ça va venir :-)

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Balade nordique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | luluaucostarica
| Marina Baie des Anges
| Mbour - Tuabbou, quatre moi...